Tunnel Jersey-Guernesey-France proposé | Jersey Evening Post

Un tunnel ferroviaire ou routier pourrait débuter à St Sampson à Guernesey, puis se rendre sous la direction de Herm et Sark à Jersey, puis en France métropolitaine, selon l’ancien président de la Chambre de commerce de Guernesey.

Et les grands projets ne s’arrêtent pas là: une île artificielle serait également construite entre Sark et Jersey, pouvant accueillir à la fois un aéroport, un hôpital, une prison et une université de Channel Island.

L’homme d’affaires Martyn Dorey, qui a partagé l’idée lors d’un déjeuner de la Chambre de commerce à Guernesey, a déclaré qu’il estimait que le projet pourrait coûter entre 350 et 7 milliards de livres sterling. Ses commentaires interviennent quelques mois après que Kevin Keen, le «réparateur» des affaires commerciales de Jersey, a rallumé les appels à l’île pour qu’elle envisage de construire un pont vers la France. Il a depuis lors déclaré qu'il était disposé à rencontrer M. Dorey et à lui parler.

En 2008, le ministre de l'Environnement, Freddie Cohen, avait alors ouvert une enquête sur la création d'un lien routier entre l'île et la France. Selon certaines estimations, le coût pourrait s'élever à 1,5 milliard d'euros à l'époque.

M. Keen a déclaré hier au PEC: "Je maintiens ce que j'ai déjà dit et qu'il est nécessaire d'examiner cette question. Si Guernesey l'examine également, il est logique que nous examinions au moins les avantages et les risques et que nous soyons aussi objectifs que possible. dire que nous sommes totalement pour ou totalement contre. Il doit être examiné avec la tête froide. "

M. Keen pense qu'une telle idée pourrait être une réponse aux problèmes de logement de l’île. Les premiers acheteurs recherchent désormais des prix supérieurs à 300 000 £ pour une propriété à un lit avec parking sur l'île.

L’homme d’affaires a déclaré que sa fille avait acheté une maison à Guildford et s’était rendue à Londres parce que les prix des maisons étaient moins chers en ville. Il a ajouté que s’il existait un tunnel ou un pont, les habitants de l’île pourraient faire de même.

L’augmentation de la population de l’île a suscité de nouveaux débats récemment, avec une population dépassant maintenant les 106 800 habitants et un solde migratoire moyen d’environ 1 000 personnes par an au cours des quatre dernières années.

M. Keen a ajouté: "Tout projet devrait être financé par le secteur privé. Si nous imposons un péage, il devrait être financé par le secteur privé bien que les gouvernements puissent être obligés de le souscrire un peu.

«Jersey est un centre financier qui finance de grands projets dans le monde entier. Pour le bon dossier, l'argent est toujours viable. La circulation sur le pont sera-t-elle suffisante et les péages seront-ils abordables? Nous devrons répondre à cela dans une analyse de rentabilisation. "

Selon des informations parues dans Guernsey Press, M. Dorey, actuaire en investissements et entrepreneur en technologies financières, a déclaré: «Nous avons donc pris contact avec les gouvernements de Jersey et de Guernesey et nous avons parlé aux ministres en chef. Et les deux ministres en chef ont dit qu'ils apporteraient leur soutien.

«Dans les prochains jours, j’espère certainement recevoir une lettre cosignée par les deux ministres qui appuieront ce projet pour étudier la faisabilité d’un tunnel. J’estime que cela doit être fait par le secteur privé. "

Il a ajouté que le "grand projet" baptisé "Connect 3 Millions" pourrait doubler le PIB actuel de 7 milliards de £ des Îles Anglo-Normandes et répondre aux inquiétudes du recrutement et de la population en créant une nouvelle "zone économique normande" et une ceinture de banlieue s'étendant au nord de la France.

M. Dorey aurait déclaré à la réunion de la Chambre que c'était réalisable, soulignant des tunnels reliant les îles Féroé ou des aéroports construits sur des îles artificielles dans le monde entier.

Il a également cité le nombre de navetteurs venus de France en Suisse, au Luxembourg et à Monaco pour le travail.

Un porte-parole du gouvernement a déclaré: «Les deux ministres ont convenu de la réalisation d’une première étude de faisabilité, aucun engagement n’ayant été pris par les deux îles. À ce stade, il n’a été convenu que d’une entreprise privée, sans frais pour l’île, d’évaluer la faisabilité d’un tel projet si celui-ci devait être envisagé à l’avenir. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *