Trump menace les tarifs douaniers contre Macron "stupide"

Trump menace les tarifs douaniers contre Macron "stupide"

La lecture multimédia n'est pas prise en charge sur votre appareil

Légende du médiaDonald Trump explique sa préférence pour le vin américain

Le président américain Donald Trump a accusé le président français Emmanuel Macron de "sottise" face à une taxe sur les services numériques, et a laissé entendre qu'il taxerait le vin français à titre de représailles.

M. Trump a exprimé sa colère dans un Tweet vendredi, en réponse aux projets français de taxer des multinationales telles que Google.

Les autorités françaises affirment que les entreprises paient peu ou pas d'impôt sur les sociétés dans les pays où elles ne sont pas basées.

L'administration Trump a déclaré que la taxe ciblait injustement les géants américains de la technologie.

"La France vient d'imposer une taxe numérique à nos grandes entreprises technologiques américaines. Si quelqu'un les taxe, cela devrait être leur pays d'origine, les États-Unis", a écrit M. Trump sur Twitter.

"Nous allons annoncer une action réciproque substantielle sur la bêtise de Macron. J'ai toujours dit que le vin américain était meilleur que le vin français!"

Interrogé plus tard à propos du problème dans le bureau ovale, M. Trump, qui est teetotal, a déclaré: "J'ai toujours aimé les vins américains mieux que les vins français. Même si je ne bois pas de vin. J'aime juste leur apparence."

Les États-Unis sont le plus gros consommateur de vin et le plus grand marché d'importation de vin au monde. La France figure systématiquement parmi les principaux pays d'origine des vins importés.

Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a répondu vendredi en affirmant que la France s'en tiendrait à ses plans fiscaux numériques. "La taxation universelle des opérations numériques est un défi qui nous concerne tous", a-t-il déclaré.

Les présidents Macron et Trump ont discuté vendredi de la nécessité d'un accord international sur la taxation des géants de la technologie numérique, a annoncé le bureau du président français.

Le gouvernement français affirme que les multinationales telles que Apple, dont le siège est à l'étranger, paient peu ou pas d'impôt sur leurs ventes en France. La taxe de vente numérique a été approuvée par le Sénat français jeudi, une semaine après son adoption par la Chambre basse, l'Assemblée nationale.

La lecture multimédia n'est pas prise en charge sur votre appareil

Légende du médiaLe Californien essayant de faire du vin comme le français

Toute entreprise numérique dont le chiffre d’affaires dépasse 750 millions d’euros (dont 850 millions d’euros générés en France) sera désormais soumise à la taxe, qui sera appliquée rétroactivement à partir de début 2019 et devrait augmenter. environ 400 M € de recettes cette année.

Plus tôt vendredi, le président Trump avait averti le géant américain de la technologie Apple qu'il ne bénéficierait d'aucun allégement tarifaire sur les pièces fabriquées en Chine. "Faites-les aux Etats-Unis, pas de tarifs!" il a écrit.

Pourquoi cibler les géants de la technologie?

À l'heure actuelle, ils ne peuvent payer que peu ou pas d'impôt sur les sociétés dans les pays où ils ne sont pas physiquement très présents. Ils déclarent la plupart de leurs bénéfices là où ils ont leur siège.

La Commission européenne estime qu'en moyenne, les bénéfices des entreprises traditionnelles au sein de l'UE sont soumis à un taux d'imposition de 23%, tandis que les entreprises Internet paient généralement entre 8 et 9%.

La France a longtemps soutenu que les taxes devraient être basées sur le numérique, pas seulement sur la présence physique. L'année dernière, il a annoncé sa propre taxe sur les grandes entreprises technologiques, après le blocage des efforts à l'échelle de l'UE.

Un prélèvement de l'UE exigerait un consensus entre les membres, mais l'Irlande, la République tchèque, la Suède et la Finlande ont soulevé des objections. La nouvelle taxe française de 3% sera basée sur les ventes réalisées dans le pays plutôt que sur les bénéfices.

La lecture multimédia n'est pas prise en charge sur votre appareil

Légende du médiaLe ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a critiqué les menaces de représailles américaines

Défendant la nouvelle taxe jeudi, M. Le Maire avait déclaré que la France était "souveraine et avait décidé de ses propres règles fiscales".

"Je veux dire à nos amis américains que cela devrait les inciter à accélérer encore plus notre travail pour trouver un accord sur la taxation internationale des services numériques", a-t-il déclaré.

Environ 30 entreprises vont payer, principalement des groupes américains comme Alphabet, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft. Les entreprises chinoises, allemandes, espagnoles et britanniques sont également concernées, de même que la firme française de publicité en ligne Criteo.

Le gouvernement français a déclaré que la taxe prendrait fin si une mesure similaire était adoptée au niveau international. Les grandes entreprises de technologie ont affirmé qu'elles se conformaient aux lois fiscales nationales et internationales.

Avant le tweet de M. Trump vendredi, le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer, avait annoncé une enquête sur l'impôt français, affirmant que la France "ciblait injustement la taxe sur certaines entreprises technologiques basées aux États-Unis".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *