Trudeau va pousser le pacte commercial au sommet des dirigeants européens alors que la France avance sur le CETA

Trudeau va pousser le pacte commercial au sommet des dirigeants européens alors que la France avance sur le CETA

MONTRÉAL – Les législateurs français entament la ratification de l'accord commercial global entre l'Union européenne et le Canada alors que le Premier ministre Justin Trudeau accueille aujourd'hui à Montréal les dirigeants du bloc des 28 pays membres.

Trudeau a beaucoup insisté pour que le commerce et la politique étrangère l'emportent après deux années difficiles, marquées par une renégociation brutale de l'Accord de libre-échange nord-américain avec l'administration Trump et par la détérioration des relations politiques et commerciales avec la Chine.

Trudeau évoquera les avantages de l'accord économique et commercial global, ou CETA, avec le président du Conseil européen, Donald Tusk, et le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, lors d'une série d'événements à Montréal au cours des deux prochains jours.

Cependant, l’évolution juridique de mercredi lorsque l’Assemblée nationale française commencera à examiner le projet de loi de ratification de la loi française constituera également une priorité pour le Premier ministre libéral du Canada, qui se battra pour une élection fédérale cet automne.

Des sources en France et au Canada, qui n'étaient pas autorisées à parler en public sur les discussions, disent que Trudeau a fait pression sur le président français Emmanuel Macron pendant plus d'un an pour présenter le projet de loi, et que ces efforts ont finalement porté leurs fruits le mois dernier à Paris lors de leur dernier visage. réunion en face à face.

Presque tout l'AECG – plus de 90% – est entré en vigueur en septembre 2017 sous le nom d'application provisoire, mais chaque pays membre de l'UE le ratifiera intégralement.

Cela signifierait une victoire pour l'ordre commercial international qui a été attaqué par le président américain Donald Trump.

«C’est une étape essentielle. Nous sommes très heureux de notre coopération avec le gouvernement français », a déclaré le ministre du Commerce international, Jim Carr, dans une interview.

Carr rencontrera son homologue de l’UE, Cecilia Malmstrom, à Montréal. Il a déclaré que la ratification de la législation française constituait une étape importante dans la réalisation de l'objectif plus large du Canada de diversifier ses marchés d'exportation.

Trudeau était à Paris au début du mois de juin après avoir assisté aux commémorations du 75e anniversaire du jour J en France et en Grande-Bretagne. Macron et lui ont alors annoncé que la France ferait avancer la ratification de l’AECG. La présentation de ce projet de loi à l'Assemblée nationale est une première étape dans un processus qui, espère-t-il, aboutira à une ratification complète d'ici la fin 2019.

Macron et Trudeau ont parlé de l'accord à plusieurs reprises – à Paris en avril 2018, lors d'une conversation téléphonique un an plus tard et d'autres réunions en face-à-face. Macron est un ardent Europhile et un partisan convaincu de l'AECG, mais il a dû faire preuve de prudence en raison de son opposition populiste aux accords commerciaux en France et dans toute l'Europe.

Le Canada a fait pression sur les législateurs, les hommes d’affaires et les agriculteurs français, ce qui comprenait plus de deux douzaines de visites de diverses régions de la France par Isabelle Hudon, ambassadrice du Canada.

Trudeau a également lancé un appel direct aux législateurs français dans un discours prononcé devant l'Assemblée nationale en avril 2018, la première fois qu'un premier ministre canadien a pris la parole devant cette instance.

«Posons-nous cette question: si la France ne peut pas ratifier un accord de libre-échange avec le Canada, avec quel pays pouvez-vous imaginer le faire?» A demandé Trudeau.

L'AECG donne aux entreprises canadiennes un accès privilégié à 500 millions de consommateurs européens et à un marché de 24 billions de dollars. En 2018, les exportations canadiennes vers l’UE ont augmenté de 7%, pour atteindre plus de 44 milliards de dollars.

Mike Blanchfield, La Presse Canadienne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *