Trotsky va être expulsé de France – archives, 18 avril 1934 | Nouvelles du monde

Paris, le 17 avril.
Le gouvernement français, lors de sa réunion d'aujourd'hui, a décidé d'expulser Trotsky de la France. Commentant cette décision, le ministre de l'Intérieur, M. Sarraut, a déclaré que «Trotsky n'avait pas tenu sa promesse de rester neutre lorsqu'il avait reçu l'hospitalité de la France.» Trotsky, a déclaré M. Sarraut, serait invité à quitter la France. (et en premier lieu le quartier parisien) dans les plus brefs délais.

Les rapports d'hier sur le mystérieux départ de Trotsky semblent inexacts, et il est entendu qu'il est toujours à Barbizon. La décision prise par le gouvernement français a bien entendu été saluée par les journaux de la droite, qui prennent un malin plaisir à traiter Trotsky comme «le traître de Brest-Litovsk».

Staline a principalement critiqué
A gauche, on pense que l'action du gouvernement est plutôt enfantine, quel mal, at-on demandé, que Trotsky a fait à qui que ce soit en France en essayant de créer une IVe internationale utopique ou en publiant à Paris un journal bimensuel à très faible tirage appelé «Le Bulletin de l’opposition», composé en grande partie des critiques trotskystes habituelles à l’encontre du régime stalinien?

En ce qui concerne la conduite personnelle de Trotsky, at-on fait valoir, il n’ya sûrement pas un autre réfugié politique en France qui l’ait égalé pour sa discrétion délibérée. Il est largement admis que la décision d'expulser Trotsky est dirigée non seulement contre Trotsky, mais aussi contre M. Chautemps, qui a donné son autorisation de résidence en France à Trotsky et qui s'est rendu très impopulaire, notamment auprès de la droite, par son indécision Affaire Stavisky.

Il a même été suggéré que la «découverte soudaine» de Trotsky, dont le gouvernement devait connaître le sort auparavant, n’était pas sincère. L’attitude de M. Sarraut, ministre radical de l’Intérieur, vis-à-vis de M. Chautemps est peut-être un peu surprenante, mais il n’existe aucun homme plus susceptible que lui à la «frayeur communiste». C’est lui qui a inventé le mot-clé '' communisme est l'ennemi »en 1927 – année où il nomma également M. Chiappe à la police de la préfecture de Paris. Peut-être n’a-t-il pas pensé à M. Sarraut que Staline tirera plus de plaisir de l’expulsion de Trotsky que quiconque.

Le dirigeant communiste russe exilé Leon Trotsky est arrivé à Paris après s'être vu proposer l'asile en France, en 1933.



Le dirigeant communiste russe exilé Leon Trotsky arrivé à Paris après s'être vu offrir l'asile en France, 1933. Photo: Heritage Images / Getty Images

France et les réfugiés
La décision est en partie une piqûre pour M. Chautemps, mais elle montre un point de vue qui se développe dans certains quartiers. Un Français conservateur m'a donné un exemple typique de cette attitude. Il a dit:

«Pourquoi les réfugiés – il a en fait utilisé un mot plus fort – du monde entier doivent-ils venir en France? Je sais qu’en Angleterre, vous serez tous indignés par notre expulsion de Trotsky, mais pourquoi ne le prenez-vous pas vous-même? Et pourquoi ne pouvez-vous pas nous enlever certains de ces réfugiés allemands? Même si nous n’aimons pas cela, nous les avons au moins laissés venir ici. Mais vous ne tenez que des réunions de protestation contre la terreur hitlérienne. Tu ne peux pas faire plus que ça?

Le sentiment n’est pas incompréhensible, mais il montre un triste déclin de la vieille tradition française d’hospitalité envers les exilés politiques. Et maintenant, Trotsky (dont l'exil a commencé avec son bannissement en Sibérie après sa rupture avec Staline en 1927) entamera un autre de ses nombreux voyages à la recherche d'un domicile fixe. Il semble que le gouvernement français ne l’autorise même pas à se rendre en Corse, bien que l’expression de M. Sarraut laisse entendre qu’il pourrait être autorisé à rester temporairement en dehors du district parisien. Le gouvernement espère probablement que la Turquie lui permettra de retourner à Prinkipo et il est également possible que Trotsky demande un visa à la Suisse.

Mais si ces pays ne l’ont pas, le gouvernement français risque de se trouver dans une position assez délicate – que peut-il faire d’un réfugié dont personne ne veut? Il est difficilement concevable que cela le jette en prison. C'est ce qui arrive à certains des réfugiés les plus humbles qui, après avoir été expulsés nominalement, ne trouvent aucun pays qui les acceptera.

Journalistes et photographes devant la maison de Trotsky à Barbizon, France, 1934.



Journalistes et photographes devant la maison de Trotsky à Barbizon, France, 1934. Photographie: Keystone-France / Gamma-Keystone via Getty Images

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *