Tetuanui défend la loi française

Lana Tetuanui, membre du Sénat français de Polynésie française, a défendu la loi modifiée sur la compensation nucléaire.

Lana Tetuanui de Tapura Huiraatira
Photo: AFP

La loi stipule désormais que les victimes doivent prouver qu’elles ont été exposées au moins aux essais sur les armes nucléaires françaises pour pouvoir prétendre à une indemnisation.

Cela intervient au milieu d'une nouvelle controverse déclenchée par des affaires en instance.

Mme Tetuanui a publié une déclaration dans laquelle elle défendait sa position un jour après que son parti, le Tapura Huiraatira, ait rejeté les critiques qui lui étaient adressées.

Dans ce document, elle a établi un lien entre l'usage du tabac et l'intoxication par les radiations.

Elle a ajouté que si les gens connaissaient le risque que représentait le tabac, il n'appartient pas à l'État français de dédommager les fumeurs atteints d'un cancer en Polynésie française ou de ceux qui se sont rendus en Polynésie française.

Mme Tetuanui était responsable d'une commission il y a deux ans dont les travaux ont abouti à la modification d'une loi française qui réintroduisait un seuil d'exposition minimal.

La semaine dernière, un tribunal de Tahiti a reçu un avis juridique d'experts lui permettant de rejeter 10 des 12 demandes d'indemnisation nucléaire en cours d'examen.

La France a testé 193 armes nucléaires dans le Pacifique Sud sur une période de 30 ans, certaines des explosions atmosphériques irradiant la plupart des îles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *