Selon le législateur français, une guerre commerciale contre la taxe numérique est peu probable

Bloomberg BNA

Un législateur français impliqué dans la rédaction du projet de loi fiscale numérique du pays a rejeté les craintes selon lesquelles cette proposition pourrait conduire à une guerre commerciale avec les États-Unis.

«Notre réponse est double. Premièrement, la France est un pays souverain qui mène sa propre politique fiscale. Deuxièmement, je ne vois pas comment une guerre commerciale pourrait être déclenchée par une taxe de 400 millions d’euros », a déclaré Joel Giraud, membre de l'Assemblée, le 8 avril, alors que l'Assemblée nationale du pays entamait le débat sur cette mesure.

  • La taxe, destinée à des géants de la technologie tels que Google, Facebook Inc. et Apple Inc., d'Alphabet Inc., pourrait susciter une réaction commerciale des États-Unis, a déclaré le secrétaire d'État Mike Pompeo.
  • Giraud a comparé cette proposition aux amendes récentes de la Commission européenne, telles que Google, s'élevant à des milliards d'euros. "Cela n'a pas déclenché l'apocalypse", a-t-il déclaré.
  • La mesure est nécessaire parce que la France ne perçoit pas d’impôt sur la valeur que les multinationales américaines de la technologie créent à partir de données de consommateurs français, a déclaré le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, également à l’Assemblée nationale. "Il est inacceptable que cette situation fiscale entraîne l'émergence de géants du numérique qui achètent, une à une, toutes nos startups et détruisent l'innovation dans notre pays", a déclaré Le Maire.
  • Le projet de loi imposerait une taxe de 3% sur les revenus des grandes entreprises générés par certaines activités numériques, telles que la publicité en ligne ciblée et les plates-formes «intermédiaires» reliant les acheteurs et les vendeurs en ligne.
  • L’impôt prévu par la France a suscité des réactions récentes d’autres fonctionnaires américains. Un groupe de républicains de la Chambre a écrit une lettre au président Donald Trump lui demandant de réagir et le bureau du représentant américain au commerce a inclus des mesures fiscales numériques telles que la France dans une liste des «principaux obstacles au commerce numérique» en 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *