Restaurant review: L'Inde rencontre la France chez Epicer

Restaurant review: L'Inde rencontre la France chez Epicer

Epicer
110 chemin Ponsonby, Ponsonby
09 376 6477

NOUS AVONS PENSÉ: 14 – Bien
Nous avons dépensé: 177 $ pour deux

Fais attention à ce que tu souhaites?

Je sais que j'ai un peu gémi récemment au sujet de la prolifération des restaurants asiatiques de fusion; sur la façon dont vous ne pouvez pas utiliser une carte de crédit dans cette ville sans frapper une boulette de fromage fumé ou une huître buff Bluff.

Ce n'est pas que je n'aime pas les shumai et chawanmushi et al, mais n'est-il pas temps de changer? Entrez Epicer. C'est indien et français et ce ne serait pas, a promis le serveur, comme tout ce que j'avais vécu auparavant. Quand le potli samosa d'agneau est arrivé ligoté avec une ciboulette à l'ail frais, j'ai su qu'il avait raison.

Plus de 120 repas dans ce concert critique, Epicer est le premier à véritablement dérouter. D'abord, si vous voulez un indien très haut de gamme, il n'y a toujours qu'un seul restaurant en ville. Epicer est chez Sidart comme peut-être Cobb & Co chez The Grill. En toute honnêteté, ce ne serait pas mon deuxième ou troisième choix non plus (Cassia et 1947, si vous vous le demandiez). Mais il y a un facteur de nouveauté – et un engagement très réel envers un excellent service – qui me rend réticent à maudire ce nouveau venu dans ce groupe croissant de restaurants indiens allant au-delà du poulet au beurre dans un bol partagé.

Physiquement, il a un réel sens de l'occasion. Des chaises rose citron et rose, des murs vert paon et un plafond haut vraiment grand font de cet aménagement un spectacle pour les yeux douloureux de Scandi.

La liste des cocktails est longue et inventive. J'étais le premier client de la soirée et le destinataire d'une vente difficile comprenant un whisky fait maison et quelque chose avec de multiples itérations de rosé. Ce dernier serait le plus joli cocktail de la ville, alors je suis sûr que le barman a été vidé de toutes ses forces lorsque j'ai commandé la date et le tamarin margarita (17 $). Cela ressemblait à un approvisionnement en eau en milieu rural après une forte pluie (ce qui ne m'a pas empêché de lécher complètement le bord du sel épicé). Adraki Caipirinha (15 $) d'Erica contenait assez de gingembre brut pour guérir plusieurs rhumes, bien qu'il faille quelques gorgées de chaleur pour donner une note de tête très sucrée.

Le menu de collations du bar comprend du naan qui ressemble à de la pizza (champignons, truffes, fromage bleu, etc.) et du samosa susmentionné. "Potli" signifie colis et ceux-ci ont été pincés comme de petites poches. La pâtisserie était épaisse et un peu sèche; la garniture légèrement grasse et crispée et seulement un peu épicée. Cela m'a rappelé de hacher du pain grillé. Miam, dit Erica, confessant qu'un anniversaire de pré-adolescence, quand elle aurait pu avoir tout ce qui lui plaisait pour le dîner, elle avait demandé à avoir du pain grillé.

Nous avons convenu que le meilleur plat de la soirée était une entrée de porc vindalou (22 $), dans laquelle des cubes individuels de viande de ventre avaient été cuits à point de fusion, puis recuits pour craquer et servis avec deux chips de chou. Quatre morceaux de viande de porc ont été placés sur une longue assiette ovale et recouverts d'une sauce piquante vindaloo. Si vous ne m'avez jamais lu, utilisez le mot "nappe" avant de le considérer comme révélateur de la formalité à l'ancienne de mon expérience culinaire Epicer.

Toute la nourriture vient plaquée comme un repas autonome. Un petit fleuron de brocoli ici, une carotte rôtie là-bas et pas mal de soucis. C'est la cuisine indienne pour les rôtis du dimanche; une collision pas une collusion et j'ai eu du mal à le rendre logique.

Heureusement, je ne mangeais pas seulement avec mes yeux. Deux groupes de papilles ont adoré le riz très savoureux qui accompagnait un biryani d'agneau (24 dollars) et, je suppose, tous les autres biryanis, puisque la viande était servie en guise de brochette supplémentaire.

Le biryani d'agneau avec des cocktails chez Epicer. Photo / Getty Images
Le biryani d'agneau avec des cocktails chez Epicer. Photo / Getty Images

Notre serveur nous a recommandé un plat végétarien intitulé "sauce au fenouil kofta aux épinards" (22 $), mais je ne peux pas. Insipide et caoutchouteux, cela me faisait penser à l'intérieur des vieilles balles de golf.

Le poisson de Goa (25 dollars) était des morceaux de merle d'Amérique légèrement en croûte de semoule, plus cuite que je l'aurais souhaité, dans une sauce épaisse et moins épicée que je l'aurais souhaité.

Je regardai autour de moi et vis qu'une table avait commandé les côtelettes d'agneau en flammes. C'était finalement le flair français promis. Je pense que plus de ceci pourrait assurer la survie d'Epicer. Parce que, même si la salle est grande, le service est excellent et les cocktails sont intéressants, mais les petites carottes et les garnitures à la ciboulette ne le sont pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *