Qu'est-ce que ça fait d'être une recrue du Tour de France? Nous avons parlé avec trois débutants – VeloNews.com

Qu'est-ce que ça fait d'être une recrue du Tour de France? Nous avons parlé avec trois débutants - VeloNews.com

Nous avons rencontré Joey Rosskopf, Mike Woods et Jack Haig pour discuter du stress personnel et des performances uniques de la plus grande course de ce sport.

ÉPERNAY, France (VN) – Chaque semaine, Joey Rosskopf a allumé son téléphone portable, la liste des messages de félicitations de ses amis et de sa famille s'allongeant.

«C’est comme si j’avais gagné une course, mais évidemment je ne l’ai pas fait. Je viens juste d’arriver au départ d’une course », déclare le coureur américain de 29 ans, membre de l’équipe CCC, avec un sourire qui reflète sa stupéfaction.

Rosskopf a raison, bien sûr. C’est simplement que «la course» à laquelle il fait référence n’est pas n'importe quelle course. C’est le Tour de France et il est l’une des 33 recrues à faire ses débuts cette année.

Rosskopf est l’un des trois débutants du Tour VeloNews a parlé cette semaine des stress personnels et de performance uniques générés par la plus grande course de ce sport. Le Canadien Mike Woods (EF Education First) et l'Australien Jack Haig (Mitchelton-Scott) font également leurs débuts cette année. Les trois coureurs ont une expérience du grand tour dans le Giro d’Italia et dans la Vuelta a España, mais le Tour est le Tour – la plus grande course cycliste de tous.

Ainsi, avant que le Tour ne quitte la Belgique lundi sur la troisième étape, de Binche à Épernay, nous avons consulté les trois hommes pour obtenir leurs premières impressions sur la course.

"J'avais peur de le dire à ma famille."

Rosskopf (équipe du CCC) se rend au début de la troisième étape, une étape de 215 km entre Binche et Épernay. Photo de Chris Graythen / Getty Images

Rosskopf savait depuis le camp d’entraînement de l’équipe CCC en décembre dernier qu’il participerait au Tour dans le cadre d’une formation qui ne cherchait plus à obtenir un classement général. L’équipe court après les victoires d’étape, avec le champion olympique belge Greg Van Avermaet en tête de la charge, mais avec la conviction que tous les coureurs pourraient avoir une chance de le faire.

«Nous faisons toujours une réunion [at the training camp] d’établir le calendrier de chaque coureur pour l’année », a déclaré Rosskopf. «J'avais une bonne idée, tant que je pouvais rester en bonne santé et en forme, que je pouvais être ici au début."

Rosskopf admet qu'il y avait des moments où il doutait de participer un jour au Tour. Chez BMC, l’attention portée au classement général par l’équipe a souvent fait oublier un joueur aussi polyvalent que lui.

"Je faisais encore un grand tour chaque année, et il n'y avait pas de grande pression de l'intérieur que je devais me rendre au Tour de France ou autrement", a-t-il déclaré. «Ma carrière de cycliste était toujours très amusante, toujours agréable et difficile. Mais tout le monde sait à quel point c'est un spectacle grandiose. C’est toujours un grand plaisir d’être ici.

Quelles sont les grandes différences que Rosskopf a remarquées en comparant le Giro et la Vuelta avec ce qu’il a vécu jusqu’à présent au Tour?

«La foule, je pense; qui alimente la pression », a-t-il déclaré. «Vous entendez toujours dire à quel point c'est stressant, à quel point il y a de pression – en particulier parmi les coureurs de leurs directeurs et ce qu'ils se font eux-mêmes. Tout se nourrit de lui-même… de l'accumulation toute l'année et de la foule. ”

Rosskopf a hâte de voir ses performances sur le Tour. Il pense qu'il pourrait avoir une chance de briller dans une échappée lors d'une étape avec certaines des montées «moins profondes». Sa famille et de nombreux amis l'acclament, qu'il vienne de France ou des États-Unis, où il est originaire de Decatur, en Géorgie.

Rosskopf sourit avec ironie quand on lui demande si sa famille a prévu un voyage spécial en France pour le voir faire la course. Ils ont. Son frère et sa famille devaient arriver lundi, alors que ses parents et certains de ses "compagnons d'équitation" rejoindront le Tour le premier jour de repos – mardi prochain – et suivront le Tour jusqu'à sa fin à Paris tout en faisant du vélo. tour. Il était toujours inquiet de leur dire qu'il avait été sélectionné pour faire partie du Tour.

«J'avais un peu peur de leur dire ou de leur en parler», a-t-il déclaré. «Dès que j'ai commencé, ils ont commencé à planifier un voyage, un grand voyage d'été en France. Je leur ai donné un avertissement juste, [saying], «Ces horaires de cyclisme changent constamment, vous savez. Je pourrais tomber en panne demain et être absent pendant six mois. On ne sait jamais. Et si vous planifiez un voyage en France, assurez-vous que ce soit agréable en soi, sans compter sur ma présence. »

Au fond de lui, il est ravi par le buzz de ses parents. «C’est une grande excitation», a-t-il déclaré. «C’est la seule course qu’ils suivent de manière fiable à la télévision, et la seule dont leurs amis ont probablement reconnu le nom, s’ils commencent à parler du cyclisme et des activités de leur fils.»

"Je regarderais le Tour chaque été."

Mike Woods chevauche aux côtés de Peter Sagan dans le maillot vert et juste devant le concurrent du GC Jakob Fuglsang lors de la troisième étape. Photo de Tim de Waele / Getty Images

Mike Woods se lève à l'âge de 32 ans, mais le natif de Toronto est encore jeune dans le sport qu'il a pratiqué en 2013 après une blessure mettant fin à sa carrière de coureur de demi-fond.

Et le coureur EF Education First admet heureusement qu’il était nerveux avant son premier départ sur le Tour. Maintenant que le Tour est terminé, il a déclaré qu'il «se sentait bien». Il a réussi à «perdre un peu des nerfs» lorsqu'il était arrivé pour la première fois à Bruxelles.

«Les principales raisons pour lesquelles il y a plus de nerfs, c'est parce qu'il s'agit du seul événement cycliste qui transcende réellement le cyclisme», a déclaré Woods. «C’est connu en dehors du monde du cyclisme. Quand je ne connaissais pas le cyclisme, je connaissais encore le Tour et je suivais celui-ci et observais tous les coureurs du Tour. Tu sens ça. Vous sentez le nombre croissant de messages des fans, l'intérêt accru des médias chez vous, en particulier le fait d'être l'un des deux Canadiens ici [Hugo Houle (Astana) the other]. Et nous n’avons pas eu de Canadien dans le Tour depuis 2016. »

Woods admet qu'au cours de sa carrière sportive, il croyait déjà avoir la capacité de courir le Tour.

«Je regardais le Tour chaque été quand j'étais coureur au lycée et je l'appréciais vraiment, et j'avais le sentiment que je pouvais avoir un lien avec les gars qui le couraient parce que j'étais dans un sport d'endurance», a-t-il déclaré. «Je pensais que certaines de mes compétences pourraient peut-être être transférées dans cette discipline. Mais quand j’avais environ 20 ans et que je sortais avec ma femme, elle m’a demandé: «Penses-tu que tu pourrais faire le Tour?» Je me suis dit: «Ouais probablement.» Et savoir ce que je sais maintenant, c’est fou. Mais j’avais raison, je n’avais pas tort.

Cette preuve a été faite lorsque Charly Wegelius, directeur sportif de EF Education First, a téléphoné à Woods deux semaines auparavant pour confirmer qu'il avait été choisi pour faire partie de l'équipe dirigée par le Colombien Rigoberto Urán, l'un des prétendants au classement général.

Woods, médaillé de bronze aux championnats du monde sur route de l’année dernière, figurait sur la liste du circuit de l’équipe depuis le début de l’année. Mais cet appel a réaffirmé sa conviction qu'il avait mérité sa place grâce à une bonne saison comprenant une 10e place au Tour de Romandie et une cinquième à Liège-Bastogne-Liège.

«Je leur ai dit que je voulais faire la tournée», a déclaré Woods. “Je leur ai dit:“ Je ferai tout ce qui est nécessaire. Je vais chercher des bouteilles. Quel que soit le rôle, j’ai juste besoin de faire le Tour. ’Je ne rajeunis pas. J'ai besoin de cette expérience. Au cours de la saison, j’ai senti que j’étais sur la liste grâce à mes performances. ”

Et comme tout débutant sur le circuit, Woods n’a pas manqué de recevoir des pourboires. Son esprit était inondé de conseils.

"Oh mec, j'ai reçu beaucoup de conseils non sollicités et sollicités pour cette course", a-t-il déclaré. «Pour être honnête, je pense à tout le monde lorsque je pense au Tour à cause des conseils que j'ai reçus. Mais je ne peux pas vous dire un gars. C'est juste une accumulation de connaissances. Beaucoup de gens ont exprimé les mêmes sentiments: c’est une course très stressante et ce n’est pas comme les autres. Quelques personnes ont dit: "Traitez-la comme toute autre course de vélo." Ce n'est pas le cas. "

"Lorsque j’ai reçu l’appel, c’était, 'Aaah!'"

Jack Haig (Mitchelton-Scott) traverse la foule des fans et des médias après la troisième étape du Tour. Photo de Justin Setterfield / Getty Images

Jack Haig a appris sa sélection du circuit le lundi après-midi après le Critérium du Dauphiné, une course à la fois utilisée par Rosskopf et Woods pour terminer leur préparation du Tour.

Haig, 25 ans, était à la maison en Andorre en train de boire un café lorsque le directeur sportif de Mitchelton-Scott, Matt White, a appelé pour confirmer sa place dans l'équipe dirigée par le Britannique Adam Yates.

«C’était un peu un soulagement. J’ai raté le Giro en raison d’une blessure au genou et je me suis battu avec acharnement pour revenir afin d’être en bonne forme physique», a déclaré Haig, membre de l’équipe australienne depuis 2016. si dur, bien performer au dauphiné [he finished second on stage 8]J'attendais l'appel. «J'espère vraiment y être parvenu. J’y ai mis beaucoup de travail. »Lorsque j’ai reçu cet appel, c’était:« Ahh…! ». Après le soulagement, j’ai été:« Waouh, c’est le Tour de France, la plus grande course cycliste. Je dois y aller maintenant. C’est assez spécial.

Haig contenait cependant son enthousiasme. Il a dit qu'il n'avait pas téléphoné à sa famille en Australie pour annoncer la grande nouvelle, mais il a reconnu que sa "petite amie était très excitée".

Cependant, il profite de l’attention supplémentaire qu’il reçoit en raison de sa sélection pour le Tour. «C’est de plus en plus grand en Australie», a-t-il déclaré à propos du cyclisme. «Le Tour est la course la plus suivie. C’est bien d’obtenir un peu plus de soutien de la part des Australiens et d’obtenir un peu plus de reconnaissance pour ce sport. "

Haig a déclaré que son travail pour le Tour consistera à aider Yates lors des «moments critiques» dans les montagnes et à cause de cela, il tentera de conserver le plus d'énergie possible jusque-là.

Haig ne laisse pas non plus le battage publicitaire du Tour l’atteindre. Jusqu'ici, au moins, il a trouvé beaucoup de choses surestimées. "Je pense que tout le monde le construit un peu", a-t-il déclaré. «C’est vraiment spécial et grand. Et lors de la première étape, lorsque nous nous sommes rendus à Bruxelles dans les 10 derniers kilomètres de cette grande route, il y avait la fontaine et la grande arche… j’ai pris un petit moment pour regarder un peu. Je me suis dit: «Ah, c’est vraiment spécial, hein? Il y a pas mal de monde sur le bord de la route. ’C’est spécial, c’est différent. Mais je pense que tout le monde le construit un peu plus que ce qu’il est. Mais je pense qu'une fois arrivés en France et à la montagne, ils vont vraiment s'y glisser. "

Pour finir à Paris? «C’est vraiment une pensée spéciale», a-t-il déclaré. "Le glaçage sur le gâteau. Descendre les Champs-Élysées… en terminant la plus grande course de vélo du monde. ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *