Présentation de la stratégie du député britannique Air Force, du Brexit et des futurs avions de combat

Présentation de la stratégie du député britannique Air Force, du Brexit et des futurs avions de combat

PARIS – En tant que chef d’état-major chargé des plans et des programmes de l’armée de l’air française, le major-général Frédéric Parisot est la référence incontournable si l’on veut connaître les projets de la force pour l’avenir.

Ainsi, Defence News l’a retrouvé devant le salon aéronautique de Paris dans son nouveau bâtiment du ministère des Forces armées, au sud-ouest de Paris. L'officier de l'armée de l'air a abordé les stratégies, les projets d'avions et l'impact du Brexit.

En novembre, le chef d'état-major de l'armée de l'air, le général Philippe Lavigne, a annoncé un nouveau plan stratégique connu sous le nom de «plan de vol» afin de s'assurer que la Force aérienne est «puissante, audacieuse, agile et connectée». Pouvez-vous développer?

«Puissant» signifie, premièrement, que nous maintenons notre force de dissuasion nucléaire aéroportée, ce qui nous garde sur nos gardes car si jamais le président nous dit que nous devons l'utiliser, nous devons être prêts immédiatement. Nous aurons un nouveau système d’armes nucléaires dans la première moitié des années 2030 pour remplacer l’ASMP-Amélioré. Cela signifie que nous restons capables d'être les premiers sur le théâtre, que nos équipements restent à la minute. La norme F4 du Rafale, l’A400M, les nouvelles capacités de guerre électronique, l’arrivée de notre deuxième transport de ravitailleurs multirôles en juillet et d’autres à venir – et que ces avions pourront communiquer d'ici 2025 directement avec le Rafale – font partie des rester puissant.

Par «audacieux», nous entendons dans nos innovations. Il faut être curieux et prêt à prendre des risques calculés car les innovations sont payées par les contribuables. La nouvelle Agence pour l'innovation de la défense va jouer un rôle extrêmement important.

«Agile» signifie que nous pouvons nous adapter à un nouvel environnement de travail. Par exemple, le futur pilote passera probablement plus de temps à gérer des services qu’à piloter réellement l’avion. La version F4 du Rafale a déjà un assistant virtuel.

Et «connecté», dont le sens est évident pour l'équipement, signifie principalement que l'armée de l'air veut rester liée à la société, aux partenaires et à la jeunesse.

Quelle est la prochaine pour le Rafale après F4? Et que dire de l'interopérabilité avec le chasseur F-35?

La norme F4 est ouverte. Nous savons que tous les sept à dix ans, nous devons intégrer de nouvelles technologies, mais à partir du F4, il s’agira probablement de mises à jour logicielles plutôt que de matériel. Ainsi, les leçons que nous tirons de la F4, et quelle que soit la nouvelle technologie disponible dans le futur, mèneront à une version F5, qui conduira ensuite au système de combat aérien futur, ou FCAS.

Et, bien sûr, il est fondamentalement important qu'ils soient interopérables avec nos alliés, car il est peu probable que nous menions des opérations nous-mêmes. Beaucoup ont acheté le F-35 et l’interopérabilité avec cet avion est donc vitale. Nous discutons de cette question entre forces aériennes, forces aériennes, agences d’approvisionnement, agences lors de séminaires, conférences et réunions privées, mais aucune discussion technique sur la manière d’y parvenir n’a encore commencé au sein de l’OTAN.

Nous ne pouvons pas nous retrouver avec une alliance à deux volets: un F-35 et un autre. L’arrivée du F-35 a quelque peu bouleversé l’interopérabilité que nous avions acquise avec tous les avions précédents. Nous devons donc trouver rapidement la capacité nécessaire pour être totalement interopérable avec celui-ci.

Il existe une confusion concernant FCAS, étant donné que deux projets différents, l'un avec le Royaume-Uni et l'autre avec l'Allemagne, portent tous le même nom. Pourriez-vous clarifier?

Le FCAS original, lancé en novembre 2014, était un projet franco-britannique visant à développer un RPAS furtif. [remotely piloted air system]. Les opinions divergeaient quant à la manière de procéder et le Brexit n’a pas aidé. FCAS est donc devenu FCAS-DP – programme de démonstration – et développe essentiellement des briques technologiques.

Un projet de conception du système futur de combat aérien est présenté lors d'une cérémonie le 5 novembre 2014 au siège de Dassault Aviation à Saint-Cloud, en banlieue de Paris. (Eric Piermont / AFP via Getty Images)
Un projet de conception du système futur de combat aérien est présenté lors d'une cérémonie le 5 novembre 2014 au siège de Dassault Aviation à Saint-Cloud, en banlieue de Paris. (Eric Piermont / AFP via Getty Images)

Les Britanniques ont lancé le programme Tempest pour un chasseur furtif. Et nous avons un programme avec les Allemands, auquel les Espagnols sont en train de s’associer, qui s'appelle en réalité «NGWS au sein d’un FCAS». NGWS signifie «système d’arme de nouvelle génération», et notre coopération inclut le développement d’une nouvelle génération. combattant, transporteurs à distance et des armes.

Le ministère de la Défense britannique a révélé un modèle conceptuel d'avions de combat de nouvelle génération, baptisé Tempest, lors du salon aéronautique de Farnborough 2018 dans le cadre du lancement d'une nouvelle stratégie nationale de combat aérien. (BAE Systems) "height =" 394.8 "width =" 600 "class =" image paresseux
Le ministère de la Défense britannique a révélé un modèle conceptuel d'avions de combat de nouvelle génération, baptisé Tempest, lors du salon aéronautique de Farnborough 2018 dans le cadre du lancement d'une nouvelle stratégie nationale de combat aérien. (BAE Systems)

NGWS fait partie d’un FCAS français qui, rappelons-le, désigne le système futur de combat aérien, c’est donc un système mondial qui inclut le Rafale – que nous aurons jusqu’en 2060/2070 – notre AWACS. [airborne warning and control system], le RPAS EuroMale, et le successeur du Transall Gabriel, appelé CUGE [charge utile guerre électronique, or useful electronic warfare payload], un nom très laid, mais nous pensons le surnommer Archange. Ce sera un système stratégique de collecte de renseignements basé sur un avion de type commercial.

NGWS fait également partie d’un FCAS allemand qui inclura le Typhoon, par exemple. Et le FCAS espagnol comprendra le F-18 et le Typhoon.

Ainsi, lorsque le NGWS sera prêt, vers 2040, il devra être capable de fonctionner en coopération avec tous ces systèmes hérités.

Mais n’est-ce pas la même voie empruntée il ya 35 ans, qui a abouti à deux avions de chasse européens concurrents: l’Eurofighter Typhoon avec le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne, et le Rafale, que la France a développé elle-même?

À ce stade, cela semble être le cas. Nous verrons comment Tempest se développe, comment NGWS se développe. Aujourd’hui, deux programmes ont été lancés, mais il n’est pas trop tard pour qu’ils convergent.

La coopération avec l’Allemagne n’est-elle pas entravée par l’interdiction par ce gouvernement des licences d’exportation de matériel militaire contenant des composants allemands?

Ce n’est pas un facteur de blocage pour nos projets bilatéraux. Je ne dis pas qu'il n'y a pas de discussions, mais ça ne bloque pas. Cela fait partie des discussions générales. Nous ne parlons pas d’exportation de NGWS, ce n’est donc pas un élément de confrontation, mais une discussion plus globale sur les exportations franco-allemandes. Mais il est évident que si le serveur NGWS n’est pas exportable, cela compliquera les choses.

Quelle est l’importance de la furtivité pour le NGWS, compte tenu de la sophistication accrue des capteurs?

Nous examinons divers concepts. Nous y modifions un certain nombre de paramètres, parmi lesquels la furtivité. Je ne peux pas vous dire à quel point le futur avion sera furtif car nous n’avons pas encore choisi de concept. L'avion sera probablement quelque peu furtif, mais nous savons déjà que l'hyper-furtivité n'est pas une solution, car, comme vous l'avez dit, nos ennemis développent des radars passifs et d'autres capteurs. C’est en confrontant les différents concepts aux menaces futures que nous pourrons décider.

Nous passons donc assez de temps sur le concept pour décider des caractéristiques globales que devrait avoir le chasseur de la prochaine génération, de la manière dont il interagirait avec les transporteurs distants, qui pourraient porter des armes létales et non létales, afin d’avoir un rendement global efficace. système qui nous permettra de prendre le dessus sur nos ennemis.

Qui sont ces ennemis? À la fin de la guerre froide, de nombreux pays occidentaux ont supposé qu'une guerre entre États était improbable et se concentraient sur la lutte contre le terrorisme. Mais le vent semble tourner à nouveau, l’OTAN et d’autres pays montrant clairement la Russie et la Chine.

Daesh, ou des organisations similaires sous des noms différents, seront présents dans les années à venir. Mais cet ennemi n'est pas si dangereux. J'ai un système de classification: l'ennemi le plus probable et l'ennemi le plus dangereux. Dans la première catégorie, je mettrais des organisations terroristes, des puissances moyennes ou des organisations non étatiques munies de matériel ramassé dans des dépôts abandonnés et dans des endroits où la gouvernance n’était pas très développée. Nous devons savoir comment faire face à cet ennemi.

Mais nous devons aussi savoir comment faire face aux plus dangereux, à savoir les adversaires potentiels que vous avez mentionnés. Ce n’est pas nécessairement une confrontation directe avec ces pays, mais avec leurs clients qui ont acheté leur matériel militaire. Nous devons trouver le bon équilibre car, si nous nous concentrons uniquement sur les plus dangereux, nous disposerons d'un outil militaire extrêmement sophistiqué pour contrer une menace – heureusement, nous n'avons pas vraiment de chances de le rencontrer – mais trop coûteux à utiliser pour combattre Daesh. Nous n’utiliserons pas d’avion hyper-furtif, comme le B-2, pour frapper Daesh. Nous devons équilibrer les coûts et l'efficacité, ce qui est important dans une démocratie.

Si le Royaume-Uni quitte l'Union européenne, quelle incidence cela aura-t-il sur les liens bilatéraux étroits qui unissent les forces aériennes française et britannique?

Je ne pense pas que cela aura un impact sur nos excellentes relations bilatérales, car nous avons la même taille, les mêmes capacités, une même logique militaire, c’est-à-dire que nous sommes capables de nous déployer de manière opérationnelle et de durer sur le théâtre. Et dans l’ensemble, nous sommes très semblables sur le plan militaire.

Nous sommes présents dans les mêmes régions et nous entretenons donc de très bonnes relations bilatérales sur le plan militaire. Ce n’est pas parce que le Royaume-Uni quittera l’Union européenne que cela changera. Mon point de vue personnel est que quitter l’Union européenne ne quitte pas l’Europe. Leurs intérêts sont en Europe, la stabilité de l'Europe est également importante pour eux. Quand nous devrons entreprendre une autre opération à la périphérie de l'Europe, je ne pense pas qu'ils se retourneront pour dire: "Ce n'est pas notre problème, nous avons un Brexited." Et de toute façon, ils resteront à l'OTAN. , qui est encore aujourd'hui le forum où nous échangeons le plus.

Vous établissez également des liens opérationnels étroits avec l'Allemagne.

Oui, un escadron mixte C-130J, qui n’a pas encore de nom, sera officiellement créé à l’été 2021. Il aura 10 appareils – quatre français et six allemands – et sera basé à Evreux en Normandie. C’est la première fois que nous atteignons un tel niveau d’intégration, ce qui signifie qu’il y aura du personnel français et allemand dans le cockpit et dans la soute. Les premiers Allemands arriveront cet été pour commencer tous les préparatifs nécessaires. Et nous parlerons tous anglais au début, mais espérons français et allemand à l’avenir.

En quoi l'A400M a-t-il changé vos opérations?

Des soldats français se tiennent le 17 janvier 2019 sur le tarmac d'une base aérienne à Toulouse, dans le sud de la France, à côté d'un Airbus A400M. (Ludovic Marin / AFP via Getty Images) "height =" 400.0 "width =" 600 " = "image-paresseux
Des soldats français sont à côté d'un Airbus A400M sur le tarmac d'une base aérienne à Toulouse, dans le sud de la France, le 17 janvier 2019. (Ludovic Marin / AFP via Getty Images)

Il a révolutionné le transport aérien militaire. Il a des capacités extraordinaires. Nous apprenons encore à l'utiliser, et [it is now mature enough where] on le considère pour certaines missions [when it would benefit] les forces spéciales. Sa capacité à voler haut, rapide et lointain lui permet d’entreprendre certaines opérations que nous n’aurions pas pu faire avec le C-130, notamment pour effectuer des opérations directement de la France plutôt que de devoir se pré-positionner. Aujourd'hui, nous avons la capacité d'exploiter le même avion pendant plus de 30 jours sur un théâtre sans aller dans un hangar tous les soirs, ce qui n'est pas évident en termes de logistique, de maintenance, etc.

Quand l'armée de l'air française aura-t-elle des hélicoptères lourds?

Ce n'est pas prévu dans la loi actuelle sur les programmes militaires, mais c'est un sujet que nous abordons régulièrement, car cela nous permettrait de laisser des hommes et du matériel derrière les lignes ennemies. C'est donc une capacité qui nous intéresse. avec le Caracal, mais sa capacité de charge utile est un peu plus petite. Nous ramènerons le sujet à la table en 2021 lorsque la loi sur les programmes militaires sera soumise à de nouvelles discussions.

Les forces spéciales veulent cette capacité, et la solution la plus évidente à l’heure actuelle est basée sur les produits américains. Cependant, si Airbus Helicopters présente une offre, nous la regarderons. Les Allemands ont un besoin urgent de ce type d’hélicoptère, et si nous en avions aussi, nous pourrions alors créer un escadron mixte, un miroir de celui que nous sommes en train de mettre en place à Evreux, mais cette fois en Allemagne. Mais rien n'est prévu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *