Pourquoi l'avenir du français est africain

Pourquoi l'avenir du français est africain

Copyright de l'image
AFP

Le président français Emmanuel Macron a décrit l'Afrique comme "le continent du futur", mais elle pourrait aussi sauver la langue de son pays du déclin qu'elle vit ailleurs dans le monde, écrit Jennifer O'Mahony.

Quand Dakar se lève chaque matin, le premier port d'escale est la boulangerie pour une baguette.

Tout en discutant des services téléphoniques fournis par Orange, un résident affamé de la capitale sénégalaise pourrait s’arrêter pour obtenir de l’argent dans les franchises locales de Société Générale ou de BNP Paribas, ou se rendre dans un supermarché: Auchan, Carrefour et Casino sont au choix.

En apparence, la France garde le contrôle de ses anciennes colonies: les grandes entreprises françaises de télécommunications, les banques et les géants de la grande distribution sont omniprésents dans des pays tels que le Sénégal et son influence politique reste importante.

Une femme avec des baguettes au Sénégal

AFP

Français autour du mondeSources: Organisation internationale de la Francophonie et ODSEF

Et du fait de cette histoire coloniale, le français reste la langue officielle du Sénégal, ainsi que 19 autres pays africains.

Mais quand ce même chasseur de baguettes sénégalais parle, il pourrait dire qu'il se rend à "l'essencerie" ou à la "dibiterie" (restaurant servant de la viande), il se passe quelque chose de plus intéressant.

L'Afrique change la plus sacrée des vaches françaises: sa langue.

Taux de natalité élevé

Il y a 300 millions de francophones dans le monde aujourd'hui, en hausse de près de 10% depuis 2014, et une enquête récente a montré que 44% d'entre eux vivent en Afrique subsaharienne.

D'ici 2050, 85% des francophones pourraient vivre sur le continent, selon une estimation d'une organisation qui surveille les statistiques sur les personnes qui parlent la langue.

Les enseignants et les linguistes affirment que ce phénomène est dû au taux de natalité élevé dans les pays africains francophones et, dans une certaine mesure, aux nouveaux apprenants en langues dans les pays anglophones et lusophones.

Copyright de l'image
AFP

Légende

Les enfants d'Afrique francophone apprennent souvent à lire, à écrire et à compter en français – et non leur propre langue

"La pratique du français se développe sur le continent africain. C'est une réalité tirée par la démographie et, en Afrique de l'Ouest, par des pays entourés de voisins francophones qui souhaitent apprendre la langue", a déclaré Céline Desbos, directrice des cours de français à l'institut culturel français de Dakar.

Mais le français s'adapte à la réalité d'être une deuxième ou troisième langue pour la plupart de ses locuteurs d'Afrique, renforçant ainsi son rôle de lingua franca plutôt que de langue maternelle pour la plupart.

En mars, le ministère français de la Culture a annoncé le lancement d'un nouveau dictionnaire numérique francophone utilisant une "approche collective" pour les mots du monde francophone.

Le français est mélangé avec des expressions locales dans tous les pays africains où il est parlé, créant un nouveau vocabulaire riche en provenance du continent qui divergent considérablement avec le français parlé dans "L'Hexagone" (France).

Transformer le français en cinq phrases clés

  • Wesh? – une expression d'argot utilisée en France pour signifier "quoi de neuf?" du dialecte algérien de l'arabe
  • Je suis enjaillé (e) de toi – une phrase utilisée en Côte d'Ivoire signifiant "je t'aime vraiment". "Enjailler" est un mot d'argot de Nouchi, patois ivoirien, qui selon certains dérive de l'anglais "enjoy"
  • Deuxième bureau – une phrase utilisée en RD Congo. Sa traduction littérale est "second office", mais cela signifie "maîtresse"
  • Ça avance ndank-ndank – une phrase utilisée au Sénégal signifiant "ça avance lentement", en utilisant "ndank-ndank", un mot wolof pour "petit à petit"
  • Je Wanda – signifiant "je me demande", "aucun moyen" ou "je ne peux pas y croire", expression populaire au Cameroun et même le nom d'un magazine à potins, tiré du mot anglais "to wonder" et reflétant l'utilisation du pays par Anglais, français et pidgin

En Côte-d'Ivoire, le dialecte argot du nouchi emprunte fortement au français et à plusieurs autres langues pour créer un patois de rue qui a peu à peu fait son chemin dans des milieux de plus en plus raréfiés.

En 2013, le président ivoirien Alassane Ouattara a déclaré à l'ancien dirigeant sénégalais Abdou Diouf: "Nous sommes enjarrés de toi", utilisant une expression nouchi-française pour dire "Monsieur le Président, nous vous aimons vraiment."

Pour que le français reste d'actualité, des organisations comme La Francophonie, un groupe de 88 États et gouvernements francophones, souhaitent encourager l'enseignement du français aux côtés des langues locales, tout en encourageant l'adoption de nouveaux mots.

AFP

La langue française n'attendra pas dans tous ces pays que l'Académie décide avant d'évoluer

De nos jours, la langue locale wolof est de plus en plus mélangée avec le français dans les écoles sénégalaises, et la Francophonie offre une formation et un soutien aux enseignants qui luttent parfois contre les rigueurs de la langue du célèbre écrivain français Marcel Proust.

"Les enfants apprennent à lire, à écrire et à compter dans une langue qui n'est pas leur langue maternelle", explique Francine Quéméner, chargée de programme à l'observatoire francophone de la Francophonie.

"Souvent, les enseignants ont également des problèmes avec ces bases et ne sont pas à l'aise."

Le passage d'un français savant à un mélange plus fluide est un phénomène qui se produit depuis longtemps dans des pays du Moyen-Orient tels que le Liban, où l'arabe, l'anglais et le français peuvent souvent être entendus dans la même phrase.

Le mouvement en Afrique s'oriente vers un mélange de phrases françaises inconnues en France et la montée en puissance de mots tirés des langues locales.

En République démocratique du Congo, par exemple, un «deuxième bureau» fait référence à une maîtresse plutôt qu’à un lieu de travail supplémentaire, et si on devait «manger quelqu'un», ils ne les mangeraient pas, mais tout simplement les battre dans une compétition.

"Un continent de polyglottes"

Pour de nombreux observateurs linguistiques, cette évolution constante remet en question le rôle de certains des gardiens les plus rigides de la langue française.

Parmi eux, l'Académie française, une institution basée à Paris, publie des édits sur l'usage du français qui vont souvent à l'encontre d'un usage familier.

Ce mois-ci, l'Académie a décrété que les titres d'emploi pouvaient être rendus féminins pour la première fois. Ainsi, une femme ministre peut désormais être qualifiée de "la ministre" plutôt que de "madame le ministre".

Beaucoup de Français ont utilisé "la ministre" pendant des années et Mme Quéméner a averti que l'Académie risquait de perdre de sa pertinence si elle ne pouvait pas suivre.

Vous pouvez également être intéressé par:

"La langue française ne va pas attendre dans tous ces [African] l’Académie de décider avant d’évoluer », a déclaré Mme Quéméner.

Oubliés à la hauteur de l'Académie, les adolescents français ont depuis longtemps adopté les phrases nord-africaines qui viennent des banlieues où se concentrent de nombreux immigrants. Une conversation typique à l'adolescence pourrait commencer par le message d'accueil "wesh?" (quoi de neuf?), avant d’approuver quelque chose avec "je kiffe", de "kif", un mot arabe lié au plaisir et au cannabis.

D'autres mots remontent beaucoup plus loin, tels que "saigné", un mot algérien pour village ou ville natale, qui a été adopté à l'époque coloniale par les soldats français.

Au-delà du nouveau vocabulaire créé en langue française, l'utilisation de l'arabe, de l'anglais et du mandarin se développe en Afrique francophone, dans le but de maximiser les opportunités d'études et de travail à l'étranger. Le français est en plein essor, mais sur un continent de polyglottes.

Copyright de l'image
AFP

Légende

L'Afrique influence la façon dont le français est parlé

Entre-temps, des pays francophones tels que le Rwanda ont élevé l'anglais au statut de langue officielle et l'utilisent désormais comme langue d'enseignement dans les écoles. Le Gabon envisage également d'ajouter l'anglais à sa liste de langues officielles.

"Le continent africain est en général un continent très plurilingue, non seulement parce que vous avez plusieurs langues, mais aussi parce que les gens parlent traditionnellement de nombreuses langues", a déclaré Souleymane Bachir Diagne, professeur de philosophie et directeur de l'Institut d'études africaines de l'Université Columbia.

Quoi qu’il en soit, l’attraction de la France reste forte pour beaucoup. En 2016-2017, 25% des étudiants étrangers inscrits dans les universités françaises venaient d'Afrique du Nord et 22% d'Afrique subsaharienne.

Ils apportent avec eux des contextes linguistiques totalement différents qui façonneront l'avenir du français.

"Les gens pensent que le français n'est que la langue de la France et ce n'est plus vrai. Nous devons changer cette image", a déclaré Mme Desbos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *