P.E.I. Un soldat mi'kmaw inhumé en France honoré dans un nouvel hommage

P.E.I. Un soldat mi'kmaw inhumé en France honoré dans un nouvel hommage

Il y a 102 ans que Pte. Peter Knockwood, de l'île de Lennox, est décédé au combat sur la crête de Vimy, en France, pendant la Première Guerre mondiale – disparu depuis longtemps, mais pas oublié grâce à un nouvel hommage rendu par un inconnu.

Andrew Poirier, de Brantford, en Ontario, a 14 ans et il est le plus jeune Canadien à avoir participé au programme Pèlerinage Vimy de cette année, un programme éducatif destiné aux jeunes volontaires exceptionnels, qui a passé une semaine en France et en Belgique à se familiariser avec le rôle du Canada dans la guerre. Dans le cadre de leur voyage, les étudiants sont tenus de rechercher un soldat ou une infirmière, et Poirier a choisi Knockwood, l'un des quatre hommes de l'île de Lennox tués au cours de cette guerre.

"J'ai une partie des Mi'kmaq en moi et je voulais approfondir cela. J'ai décidé de le faire avec un soldat mi'kmaq", a déclaré Poirier, qui était rentré du voyage il y a environ une semaine. "Peter Knockwood m'a vraiment parlé et je voulais en savoir plus sur lui."

"Complètement époustouflé"

Les recherches de Poirier l'ont mis en contact avec la petite-fille de Knockwood, Sheila Carlisle, de Brandon, au Manitoba.

«Peter Knockwood m'a vraiment parlé et je voulais en savoir plus sur lui», a déclaré Poirier au Monument commémoratif du Canada à Vimy en France. (Soumis par Andrew Poirier)

"Cela m'a complètement époustouflé", a déclaré Carlisle. "Nous sommes tous très complaisants dans nos vies, je suppose, et je ne me suis jamais vraiment imaginé avoir une histoire. Soudain, un jeune homme m'a contacté et il veut mon histoire, et ce fut un voyage incroyable."

Avec l'aide de Carlisle, Poirier fut en mesure d'en savoir plus sur Knockwood: père de cinq filles et d'un garçon pêcheur, il aimait jouer au football avec l'équipe de Lennox Island.

Il a consulté plus de documents historiques de Knockwood, plus de 30 pages qui décrivent le passé de la guerre du soldat.

Et il a découvert comment les soldats autochtones étaient traités.

"Pas même les gens"

"Comment étaient-ils égaux sur le champ de bataille, mais dès leur retour à la maison, ils ont été traités comme des personnes inférieures, voire même pas comme des personnes", a déclaré Poirier. "Cela m'a pris par surprise, parce que je pensais que tout le monde était égal."

«Le voyage a été incroyable», déclare la petite-fille de Peter Knockwood, Sheila Carlisle, qui espère rencontrer Poirier en personne. (Soumis par Sheila Carlisle)

Par exemple, Knockwood avait reçu la médaille de la victoire pour son service sur la ligne de front et la médaille de la guerre britannique en 1922, cinq ans après sa mort. Les archives montrent que sa famille a reçu la Croix d'argent en 1920. Cependant, il n'est pas clair si la famille a jamais reçu les médailles.

Carlisle n'avait jamais entendu sa famille parler des médailles, elle ne les avait pas vues non plus. Maintenant, elle est intéressée à approfondir ce qui leur est arrivé.

"Andrew a tout présenté et il a donné un visage à mon grand-père", a déclaré Carlisle. "Je vais poursuivre cela et essayer de savoir où ils se trouvent … ce sera intéressant de voir ce qu'ils sont devenus."

Elle a dit être fière des réalisations et de l'héritage de Knockwood.

"Il y a encore une bataille en cours en ce qui concerne l'égalité entre les indigènes et les blancs – c'est juste une réalité de la vie."

Honorer Pte. Knockwood

Poirier a visité la tombe de Knockwood dans le Pas de Calais, en France, où il a laissé du foin de pin et du sable de Lennox Island, un cadeau traditionnel du tabac, ainsi qu'une photo plastifiée du fils de Knockwood, Frank, fournie par Carlisle. Frank a toujours voulu visiter la tombe de son père mais ne l'a jamais pu, a-t-elle dit.

«Ce fut une expérience incroyable et enrichissante de découvrir les contributions de Knockwood et d'autres soldats autochtones à la Première Guerre mondiale, a déclaré Poirier. (Soumis par Andrew Poirier)

Poirier a lu un passage de la Bible et une prière d'action de grâce traditionnelle des Mi'kmaq, fournis par P.E.I. L'ancien mi'kmaq, John Joe Sark.

"C'était très émouvant pour moi", a déclaré Poirier. "Tout ce que Peter Knockwood a réellement souffert pendant la guerre et savoir combien Peter Knockwood a fait pour le Canada, et même pour moi.

"Ce fut une expérience incroyable et humiliante."

Sa famille pensait que Knockwood s'était porté volontaire pour être soldat, du moins en partie, pour subvenir aux besoins de sa famille, a déclaré Carlisle.

La famille de Knockwood a maintenu une tradition dans l'armée, a découvert Poirier. Le fils de Knockwood, Frank, a servi, et Carlisle et son mari étaient tous deux dans l'armée. Lorsqu'elle était en mission en Allemagne dans les années 1970, elle s'était rendue en France pour visiter la tombe de son grand-père. Deux de ses frères ont également servi.

Carlisle et Poirier se sont unis pour rendre hommage à cet hommage et espèrent pouvoir se rencontrer en personne bientôt.

Plus P.E.I. nouvelles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *