Où maintenant pour le Tour de France?

Lorsque Julian Alaphilippe (Deceuninck-QuickStep) a franchi la ligne d'arrivée du contre-la-montre de vendredi pour remporter une victoire d'étape choquante et renforcer son avance au classement général du Tour de France, il a semblé avoir une chance – pour la première fois depuis des années – la course pourrait vraiment s'aventurer dans des eaux inexplorées.

Et maintenant? Après des années ou une réputation bien méritée, considérée comme la formule la plus prévisible et la plus formelle des trois Grands Tours, le Tour de France a soudainement déchiré son scénario de longue date avec vengeance. Et qui sait où nous allons?

En remportant le Tourmalet avec le favori général de longue date, Geraint Thomas (Team Ineos) a lutté et d'autres prétendants plus établis au GC ont soit tiré ou fendu encore plus, Alaphilippe a certainement renforcé son avance à plus de deux minutes.

Dans le même temps, la confirmation que le Français allait rester au centre du Tour de cette année pour le moment plutôt que de foncer sur le Tourmalet a véritablement créé une grande course. Même si c’est loin d’être invraisemblable, Alaphilippe atteindra la journée de repos et ira au fond de la troisième semaine en jaune.

Il est bien entendu parfaitement concevable qu’après avoir montré qu’il soit le coureur le plus fort du circuit de cette année, avec deux victoires d’étape, Alaphilippe puisse rester toujours en tête du peloton dans les Alpes et devenir le premier Vainqueur du Tour à 34 ans.

Mais compte tenu de son inexpérience dans la lutte pour tout classement GC et de son équipe, il est loin d’être le plus fort pour une course par étapes de trois semaines, et compte tenu surtout du fait que la position actuelle d’Alaphilippe au pouvoir sur le Tour fait suite à huit ans de carrière. une domination quasi totale de la part de Team Sky, aucun concurrent du GC ne méritera de s'asseoir sur ses mains et offrira à Alaphilippe un tour de fauteuil à Paris. Et paradoxalement, plus Alaphilippe restera longtemps au pouvoir, plus ses rivaux voudront le tester – s’ils le peuvent.

Comment on est venu ici? Simplement parce que le scénario que la plupart des observateurs s’attendaient à jouer sur le Tourmalet était celui où Team Ineos a repris le contrôle alors que Alaphilippe craquait. Mais au lieu de cela, nous avons vu trois équipes se mettre en avant lors de la montée de 19 km: Movistar, Groupama-FDJ et Jumbo-Visma. À l’exception notable de l’équipe espagnole, dont la tactique avec Quintana s’était retournée contre lui de manière spectaculaire, c’était un moyen aussi efficace de mettre son chapeau à la place du ring pour se frayer un chemin parmi les autres. Quant à Team Ineos, ils étaient au mieux en sourdine.

“Conclusions d'aujourd'hui? Nous avons vu que le leader est plus fort que prévu, qu’Ineos n’est pas aussi bon qu’il est normalement, et que [Steven] Kruijswijk et Thibaut Pinot peuvent tous deux gagner le Tour », a déclaré le directeur de Movistar, Eusebio Unzue Cyclingnews.

Le vide de puissance créé par l’absence de Chris Froome et l’incapacité inattendue de Thomas de retrouver l’élan du Tour de l’année dernière ont également des effets surprenants. S'il y a eu moins d'attaques que prévu sur le Tourmalet, c'est que les coureurs ne savent pas encore si et à quelle profondeur ils peuvent aller et garder le contrôle de ce qu'ils ont réalisé. C’est un territoire inconnu pour tout le monde.

"Vous pouvez voir d'après la façon dont la course se déroule que Froome n'est pas ici", a déclaré Mikel Landa de Movistar. "Les attentes des coureurs ont considérablement augmenté, ce qui nous inquiète tous de perdre ce que nous avons."

Reste à savoir si l’équipe Ineos peut rétablir l’ordre des sept ans, mais c’est loin d’être exclue. Bien qu’il n’ait pas été aussi fort qu’en 2018 jusqu’à présent, le potentiel de Egan Bernal en tant que concurrent du Tour de France a à peine été mis à l'épreuve et il pourrait encore redresser la situation pour l'équipe britannique.

Il serait également plus que peu judicieux d’annuler Thomas simplement parce qu’il avait un contre-la-montre bon, mais pas extraordinairement brillant – combien d’autres concurrents du GC auraient signé sur la ligne pointillée pour se classer deuxièmes samedi? – et encore ne brille pas aussi fort que prévu sur le Tourmalet. Team Ineos reste également l’équipe du Tour la plus expérimentée en termes de victoires remportées ces dernières années.

Mais on a aussi le sentiment qu'après des années de course contrôlée par la Team Ineos et l'ancienne Team Sky, la pression exercée sur le barrage est devenue trop forte pour résister et que nous sommes soudainement dans un tout nouveau match. Si un non-candidat au classement théorique comme Alaphilippe peut affronter avec autant de succès les plus grands noms de son propre jeu, qui sait ce qui pourrait se passer ensuite? Tout cela aussi en l'espace de 24 heures et à huit jours de Paris. Tenez vos chapeaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *