Oradour-sur-Glane marque le pire massacre de civils par les nazis en France | Nouvelles | DW

Oradour-sur-Glane marque le pire massacre de civils par les nazis en France | Nouvelles | DW

Des cérémonies marquant le 75e anniversaire du pire massacre de civils commis par les troupes nazies en France pendant la Seconde Guerre mondiale ont lieu lundi dans les ruines commémoratives inhabitées du village.

La ministre de l'armée, Geneviève Darrieussecq, assistera à une messe commémorative et laissera des hommages aux monuments commémorant les personnes décédées en juin 1944, quelques jours à peine après le débarquement en Normandie, à des centaines de kilomètres au nord.

Un après-midi de juin 1944

Le 10 juin 1944, le régiment nazi "Der Führer" de la division de chars SS "Das Reich" est envoyé dans le petit village d'Oradour-sur-Glane, situé à 20 km au nord de Limoges.

Le village en ruines et une voiture incendiée de 1944

Les femmes et les enfants ont été rassemblés et emmenés à l'église, qui a été incendiée. Ceux qui ont essayé de s'échapper ont été mitraillés. Les hommes ont été mis dans des granges et des garages et mitraillés. Les soldats parcouraient le village à la recherche de survivants. Le village a ensuite été incendié.

Au total, 642 hommes, femmes et enfants ont été tués. Parmi eux, 246 femmes et 207 enfants, dont six âgés de moins de six mois.

Lire la suite: Le «cri d'Oradour» est encore entendu aujourd'hui

Témoin

Le chef français en temps de guerre et plus tard le président Charles de Gaulle a ordonné que les restes du village soient laissés intacts pour pouvoir témoigner à jamais des meurtres.

On ignore pourquoi le massacre a été perpétré. En 1953, un tribunal militaire de Bordeaux a été saisi des accusations portées contre les 65 survivants des 200 hommes qui ont perpétré les meurtres. En 2014, le tribunal d'Etat de Cologne a porté des accusations contre un ancien soldat SS âgé de 88 ans, qui avait pris part à la procédure, mais ces accusations ont par la suite été abandonnées en raison du manque de déclarations de témoins.

Témoignage allemand

En 2004, le chancelier allemand Gerhard Schröder a assisté aux cérémonies de débarquement du jour J en France et a promis que l'Allemagne n'oublierait jamais les atrocités nazies, mentionnant plus précisément Oradour-sur-Glane.

Gauck et Hollande à Oradour-sur-Glane en 2013

Le président Gauck, Robert Hebras et le président Hollande en 2013

En septembre 2013, le président allemand Joachim Gauck s'est rendu dans le village avec le président français François Hollande. En 2017, le président actuel, Emmanuel Macron, s'est rendu dans le village du mémorial pour rencontrer le seul survivant, Robert Hebras.

Chaque année, le village commémoratif attire environ 300 000 visiteurs.

Chaque soir, DW envoie une sélection des actualités et des reportages de la journée. Inscrivez-vous ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *