Online: La Nouvelle-Zélande et la France unissent leurs efforts pour lutter contre l'extrémisme en ligne – Actualités

Online: La Nouvelle-Zélande et la France unissent leurs efforts pour lutter contre l'extrémisme en ligne - Actualités
Suite à l'attaque de Christchurch, la Nouvelle-Zélande a annoncé mercredi qu'elle travaillerait avec la France pour réunir les pays et les entreprises technologiques afin d'empêcher que les médias sociaux ne soient utilisés pour promouvoir le terrorisme et l'extrémisme violent.

La Premier ministre Jacinda Ardern a annoncé dans une déclaration qu'elle coprésiderait le 15 mai à Paris, à Paris, le président français Emmanuel Macron, dans le but de faire en sorte que les dirigeants mondiaux et les dirigeants de sociétés de technologie s'engagent à promettre de prendre contenu terroriste et extrémiste violent en ligne.

Un seul homme armé a tué 50 personnes dans deux mosquées à Christchurch le 15 mars, alors qu'il diffusait le massacre en direct sur Facebook.

Brenton Tarrant, 28 ans, présumé suprématiste blanc, a été inculpé de 50 chefs de meurtre pour le tir de masse.

"Il est essentiel que les plates-formes technologiques telles que Facebook ne soient pas perverties en tant qu'outil antiterroriste, mais s'intègrent plutôt dans une solution globale de lutte contre l'extrémisme", a déclaré Ardern dans un communiqué.

"Cette réunion est l'occasion d'un acte d'unité entre les gouvernements et les entreprises de technologie", a-t-elle ajouté.

La réunion se tiendra parallèlement à la réunion Tech for Humanity des ministres du numérique du G7, présidée par la France, et au sommet séparé du Tech for Good organisé par la France le 15 mai, a indiqué le communiqué.

Ardern rencontrera également des dirigeants de la société civile le 14 mai pour discuter du contenu de l'appel.

Facebook Inc, le plus grand réseau social au monde avec 2,7 milliards d'utilisateurs, a été critiqué depuis l'attaque de Christchurch pour ne pas avoir réussi à lutter contre l'extrémisme.

L'un des principaux groupes représentant les musulmans en France a déclaré qu'il poursuivait en justice Facebook et YouTube, une unité de Google de l'Alphabet, les accusant d'incitation à la violence en permettant la diffusion en continu du massacre de Christchurch sur leurs plateformes.

La chef de l’exploitation de Facebook, Sheryl Sandberg, a déclaré le mois dernier que la société cherchait à imposer des restrictions sur les personnes pouvant se connecter à sa plateforme en fonction de certains critères.

"Les plates-formes de médias sociaux peuvent relier les gens de nombreuses manières très positives, et nous voulons tous que cela continue", a déclaré Ardern.

"Mais pendant trop longtemps, il a également été possible d'utiliser ces plateformes pour inciter à la violence extrémiste, et même pour diffuser des images de cette violence, comme cela s'est passé à Christchurch. C'est ce qui doit changer", a-t-elle déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *