Nouvelles du Brexit: le "plan intelligent français" a bloqué le plan brillant de Macmillan pour une meilleure Union européenne | UK | Nouvelles

Nouvelles du Brexit: le "plan intelligent français" a bloqué le plan brillant de Macmillan pour une meilleure Union européenne | UK | Nouvelles

La semaine dernière, Emmanuel Macron a déclaré que l'Europe ne devrait pas craindre un Brexit sans accord, affirmant qu'un tel résultat reviendrait à la responsabilité de la Grande-Bretagne. Lors d'une conférence de presse tenue à l'issue du dernier sommet de l'UE, le président français a déclaré: "J'espère de mon côté que nous aurons terminé avant [October 31]. "Nous ne devrions pas avoir peur du pire scénario, qui est toujours une option possible, et en fin de journée [it] La responsabilité incombera aux Britanniques (…) car, à la fin de la journée, le gouvernement britannique a la possibilité de retirer l’article 50 et de décider de ne pas partir. »

Ses propos ne sont pas surprenants, car il était le seul dirigeant de l'UE à s'opposer à l'octroi d'une longue prolongation à la Grande-Bretagne en mai dernier.

M. Macron s’est battu avec ses homologues pour limiter l’influence britannique au cours de la tension tendue qui a duré sept heures à Bruxelles alors qu’il voulait voir la Grande-Bretagne sortir du bloc le plus rapidement possible.

Le président français estime que la Grande-Bretagne et sa sortie monopolisent l'agenda européen au détriment d'autres questions importantes.

Tout en reconnaissant que la France subira les dommages économiques les plus importants dus au Brexit, M. Macron tient à minimiser les retombées prolongées causées par une incertitude prolongée en tentant de chasser le Royaume-Uni du bloc le plus rapidement possible.

"Le brillant plan de Harold Macmillan pour une Europe meilleure a été bloqué par l'intelligent français" (Image: GETTY)

autoplay_video, harold macmillan, brexit news, brexit plus tard, pas d’accord, nigel farage, brexit party, londres, londres news, emmanuel macron, france news,

La semaine dernière, Emmanuel Macron a déclaré que l'Europe ne devrait pas avoir peur d'un non-accord sur le Brexit (Image: GETTY)

Ce n'est cependant pas la première fois que Paris tente de distinguer la Grande-Bretagne de ses intérêts nationaux.

Lorsque le Premier ministre britannique Harold Macmillan a demandé à adhérer à la CEE – le précurseur de l'Union européenne – pour la première fois dans les années 50, le président français Charles de Gaulle a empêché le Royaume-Uni d'entrer sur le territoire britannique en opposant son veto à deux reprises.

Bien que de nombreuses personnes aient affirmé que de Gaulle était préoccupé par l’incompatibilité fondamentale du Royaume-Uni avec les idéaux de la CEE, des rapports récemment refaits suggèrent que la France avait tout simplement ses intérêts à coeur.

Lors d'une conférence à l'Université de Yale en 2019, Vernon Bogdanor, l'un des plus éminents experts constitutionnels de Grande-Bretagne, a rappelé comment M. Macmillan avait élaboré un meilleur plan que la CEE.

L'ancien Premier ministre voulait voir une zone de libre-échange (ZLE) au lieu d'un État fédéral à part entière.

M. Bogdanor a déclaré: "Lorsqu'il était Premier ministre, Macmillan a tenté de diluer la Communauté européenne en un projet intergouvernemental.

"Il a proposé à la place une zone de libre-échange, un plan de libre-échange des biens industriels entre les 17 puissances de l'Europe occidentale.

"L'agriculture ne serait pas incluse, il n'y aurait donc pas de politique agricole commune (PAC) ni de tarif extérieur commun.

autoplay_video, harold macmillan, brexit news, brexit plus tard, pas d’accord, nigel farage, brexit party, londres, londres news, emmanuel macron, france news,

Ancien Premier ministre Harold Macmillan (Image: GETTY)

autoplay_video, harold macmillan, brexit news, brexit plus tard, pas d’accord, nigel farage, brexit party, londres, londres news, emmanuel macron, france news,

Ancien président français Charles de Gaulle (Image: GETTY)

"Ainsi, l'ALE n'affectera pas les importations britanniques d'aliments bon marché en provenance du Commonwealth et n'aura aucune implication politique telle que" l'union sans cesse plus étroite ".

"Mais pour ces mêmes raisons, l'ALE n'a pas séduit les Six de la Communauté européenne car le libre-échange dans l'industrie manufacturière mais pas dans l'agriculture signifierait que les produits britanniques entreraient sur les marchés industriels du continent en franchise de droits, tandis que les produits des agriculteurs continentaux pas entrer sur le marché britannique libre de droits.

"L’opposition à la FTA était dirigée par la France, même avant l’arrivée au pouvoir de Gaulle en 1959.

"L’hostilité française est devenue encore plus forte en 1959 et de Gaulle a mis fin aux négociations.

"C'était un signe très clair que la Grande-Bretagne était en train de perdre le leadership de l'Europe."

Dans un article publié en 2018 par le Daily Telegraph, l'auteur et journaliste Christopher Booker est allé encore plus loin, affirmant que le président français avait bloqué les négociations et empêché le Royaume-Uni d'entrer dans le bloc parce qu'il savait que ce dernier s'opposerait à la politique agricole commune (PAC). ) si c'était un membre.

La PAC était et reste cruciale pour la sécurité et la stabilité économiques de la France.

Tous les pays de l’UE contribuent au UE budget, et bénéficient en retour des dépenses de l'UE dans leurs pays.

Comme le gros de la UE Le budget est dépensé pour la Politique agricole commune (PAC), qui soutient les revenus des agriculteurs. Les pays ayant un secteur agricole important, comme la France, récupèrent plus qu’ils n’en ont investi.

M. Booker a écrit: «L'intelligent français a noté que le traité de Rome promettait une politique agricole commune mais sans donner de détails.

«Ils ont donc répondu à l’idée de concevoir une PAC tellement absurde en faveur de la France que deux autres pays ne fourniraient pas seulement un marché pour ses excédents, mais ils paieraient pour les subventionner.

«Ces pays étaient Allemagne et la Grande-Bretagne, qui avait alors annoncé son intention de rejoindre le Marché commun.

«Mais le Royaume-Uni a dû être exclu jusqu'à ce que tous ces arrangements financiers obscurs aient été conclus.

«Sinon, la Grande-Bretagne, avec alors le secteur agricole le plus efficace d’Europe, pourrait bien bloquer un tel accord unilatéral: d’où la véritable raison des deux vetos de De Gaulle en 1963 et 1967.

«Ce n’est qu’en 1969, lors d’un sommet à La Haye, que les Français ont finalement obtenu l’accord qu’ils souhaitaient.

"Le point suivant de l'ordre du jour était de réexaminer la demande d'adhésion de la Grande-Bretagne."

autoplay_video, harold macmillan, brexit news, brexit plus tard, pas d’accord, nigel farage, brexit party, londres, londres news, emmanuel macron, france news,

Expert constitutionnel Vernon Bogdanor (Image: YALE)

autoplay_video, harold macmillan, brexit news, brexit plus tard, pas d’accord, nigel farage, brexit party, londres, londres news, emmanuel macron, france news,

L'ancien Premier ministre Edward Heath a signé le traité d'adhésion en 1973 (Image: GETTY)

M. Booker a constaté que dans les années soixante-dix, l'ancien Premier ministre Edward Heath était si pressé de faire entrer la Grande-Bretagne en Europe, qu'il "avait accepté la PAC sans hésiter".

Il a expliqué qu'en 1973, année de l'adhésion de la Grande-Bretagne à la Communauté, les revenus agricoles britanniques étaient plus élevés que jamais auparavant, mais que les arrangements financiers pour la PAC étaient si contraignants qu'en 1979, il était clair que le Royaume-Uni allait être le plus gros contributeur net au budget bruxellois, dont la PAC en représentait alors 90%: d’où le combat de cinq ans de Mme Thatcher pour obtenir son rabais ".

Depuis lors, M. Booker a affirmé qu'une grande partie de l'agriculture britannique était en déclin car "nous importons maintenant 30% de nos denrées alimentaires de l'UE, une grande partie provient de la France, qui continue d'être le plus grand bénéficiaire de la PAC".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *