Nouvelles de l'UE: Comment la France a tenté de convaincre la Grande-Bretagne de casser le rabais européen de Thatcher | UK | Nouvelles

Nouvelles de l'UE: Comment la France a tenté de convaincre la Grande-Bretagne de casser le rabais européen de Thatcher | UK | Nouvelles

La remise de Margaret Thatcher a été inscrite aux négociations sur le Brexit en décembre dernier lorsque le chef du budget du groupe, Gunther Oettinger, a fait volte-face et a désespérément confirmé que le Royaume-Uni serait en mesure de conserver la remise si le Brexit était annulé. Il a déclaré: "Le rabais qui a été négocié par Mme Thatcher est permanent et doit être respecté". La déclaration de M. Oettinger est intervenue après qu'un juge éminent de l'UE ait suggéré à la Grande-Bretagne de révoquer la clause de sortie de l'article 50 sans autorisation des 27 restants. États membres.

Nombreux sont ceux qui ont vu dans cette décision du chef du budget une tentative désespérée et vaine de maintenir le Royaume-Uni dans l’UE et un encouragement pour les anti-Brexiteers.

Cependant, la «correction britannique» obtenue par Mme Thatcher en 1984 est sans doute encore un symbole de la résistance de l'UE.

Le gouvernement britannique a résisté aux campagnes européennes visant à abolir le rabais depuis le début des années 2000.

Tous les pays de l'UE contribuent au budget de l'UE et bénéficient en retour des dépenses de l'UE dans leur pays.

Étant donné que la majeure partie du budget de l'UE est consacrée à la politique agricole commune (PAC), qui soutient les revenus des agriculteurs, les pays dotés d'un secteur agricole important reçoivent généralement plus que ce qu'ils ont investi.

Les grands pays comme la Grande-Bretagne et l’Allemagne sont des contributeurs nets au budget de l’UE.

Cependant, en 1984, Margaret Thatcher a négocié une réduction des deux tiers de la contribution nette du Royaume-Uni, versée par d’autres membres de l’Union européenne, au motif que les subventions agricoles favorisent les petits agriculteurs.

Il y a des millions de petits exploitants en France qui ont conçu le système et très peu en Grande-Bretagne.

Selon un rapport publié en 2005 par le Daily Telegraph, le président français Jacques Chirac avait dirigé les appels européens en faveur de l'abolition du rabais britannique un mois avant le début des négociations budgétaires de l'UE en juin 2005.

Le gouvernement de Tony Blair a estimé que cette démarche était une trahison, le chef français ayant lancé l’attaque quelques heures après que l’ancien Premier ministre lui ait porté secours au sujet de la réforme économique.

Lors d'une conférence de presse à Bruxelles, M. Chirac a déclaré: «Nous ne pourrons véritablement parvenir à un équilibre approprié que si nous rouvrons le débat sur le chèque britannique. [rebate].

«Le rabais pouvait avoir une certaine justification quand il avait été obtenu par‘ Monsieur Thatcher ’mais il ne peut plus être justifié. C'est du passé. "

Un porte-parole du gouvernement a répondu aux affirmations de M. Chirac, affirmant que le rabais était "pleinement justifié en 1984 et qu'il est pleinement justifié maintenant".

Il a ajouté à l'époque: «Même avec cela, la Grande-Bretagne verse deux fois et demie le budget de l'UE en valeur absolue.

«Sans cela, ce serait 14 fois plus.

"Il ne peut y avoir d'accord en juin sur un financement futur qui ne protège pas le rabais."

Entre 1984 et 2002, la Grande-Bretagne a versé 38 milliards de livres dans le budget de l'UE, contre 19 milliards en France, a rapporté le Daily Telegraph.

Les députés conservateurs ont interprété les propos de M. Chirac comme un signe que M. Blair ne défendait pas les intérêts britanniques à Bruxelles.

Sir Graham Brady, alors ministre fantôme de l'Europe, a déclaré: "Le rabais a été remporté par un gouvernement conservateur et est absolument crucial pour le Royaume-Uni.

"Compte tenu du bilan d'abandon du mouvement syndical dans les négociations avec l'UE, nous ne faisons tout simplement pas confiance à ce gouvernement pour le garder."

Même si la prédiction de Sir Graham ne s'est jamais réalisée, le rabais n'ayant jamais été aboli, M. Blair s'est sans doute rendu à l'UE lors des négociations.

En 2005, le politicien travailliste a décidé d’accepter une réduction de 7% du rabais lors des négociations sur l’accord sur le budget de l’UE.

L'accord conclu par M. Blair a coûté 7 milliards de livres sterling à la Grande-Bretagne en sept ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *