Nous n'avons aucune idée du vainqueur du Tour de France cette année, et c'est ce qui en fait une si belle course.

Nous n'avons aucune idée du vainqueur du Tour de France cette année, et c'est ce qui en fait une si belle course.

Par Rob Arnold en France

Publié

24 juillet 2019 10:06:07

La course sur le Tour de France a repris après une journée de repos, avec une deuxième victoire d’étape contre l’Australien Caleb Ewan.

Avec plus de 2 500 kilomètres de course déjà terminés, voici un aperçu de la raison pour laquelle il est généralement admis que la course de 2019 est l'une des meilleures depuis des années.

"Nous avons des attaques tous les jours. Nous avons des surprises tous les jours. Nous avons de grands gagnants. Nous avons une belle course."

Lundi matin, alors qu'il se trouvait encore dans un hôtel des Pyrénées, le réalisateur du Tour de France, Christian Prudhomme, a présenté son point de vue sur ce que l'on appelle le "tour le plus excitant de ces dernières années".

"Bien sûr que je suis heureux", a-t-il déclaré en réponse à ma déclaration selon laquelle le 106ème Tour propose un "parcours magnifique, qui a absolument suscité l'intérêt de la course. [the Tour organisers, ASO] aurait rêvé de ".

Il accepte mais plutôt que d'accepter mon compliment pour les innovations apportées au parcours, il a rapidement expliqué que "les compliments s'adressent aux coureurs".

Il y a un vieil adage dans le cyclisme: ce sont les coureurs qui font la course.

Mais Prudhomme et la grande équipe chargée de créer la plate-forme pour ces performances ont toujours cherché à obtenir le bon équilibre dans la phase de planification.

Il y a beaucoup à considérer.

Au-delà de la simple logistique – qui requiert un réseau de 29 000 gendarmes et forces spéciales pour assurer la meilleure sécurité possible dans ce qui est un événement sportif très public – il y a aussi la recherche de bons obstacles, tels que la montagne, tout en satisfaisant le désir du public français pour le Tour de visiter toute la France, pas seulement les Alpes et les Pyrénées.

C’est une quête complexe, mais Prudhomme, qui occupe le poste de directeur de course depuis 2006, a brillamment réussi la route en 2019.

Une montée brutale sur un chemin de terre ne pouvait séparer les grands noms

Le Tour a commencé à Bruxelles, en Belgique, puis a tracé un chemin qui mène à la région de Champagne, où Julian Alaphilippe a remporté sa première étape au sommet d’une colline escarpée à Epernay; avec cela, il a remporté son premier relais au maillot jaune en tant que leader du Tour.

Viennent ensuite deux étapes pour les sprinters de Nancy et de Colmar avant l’une des véritables innovations Prudhomme de cette année: l’arrivée au sommet, avec un tronçon de chemin de terre escarpé au dernier kilomètre, à La Planche des Belles Filles en fin d’étape. six.

Lors de notre discussion à Tarascon-sur-Ariège, avant de faire le trajet de Nîmes le jour de repos, je lui ai dit que je pensais que l'arrivée à La Planche était un "coup de maître de la planification".

Les images étaient spectaculaires.

Et malgré la difficulté du terrain – avec des rampes finales de plus de 20% – il n'y avait pas beaucoup de décalage dans le temps entre les principaux candidats à la victoire.

Et franchement, ce fut une course spectaculaire.

Il acquiesça et répondit avec une explication passionnée de la raison pour laquelle il accepta.

"Sur la ligne d'arrivée à La Planche des Belles Filles", a déclaré Prudhomme, "vous aviez trois coureurs en moins de deux secondes: Geraint Thomas – wow! Thibaut Pinot – ooh! Et Julian Alaphilippe avec son maillot jaune …"

Il a ensuite expliqué que, sans la coopération des autorités locales, ce type de montée n'aurait jamais pu être envisagé.

"La Planche des Belles Filles n'est possible que parce que les politiciens de la région[s] aime le cyclisme et aime le Tour ", at-il expliqué.

"Nous avons besoin de ce lien entre les politiciens locaux – un lien très fort – sinon il est impossible d'avoir la route que nous avons."

La Planche est une exclusivité Prudhomme.

Il a lancé l'idée après avoir vu l'ascension sur Google Earth.

Il a ensuite visité l'ascension du massif des Vosges et a contacté le président du département de la Haute-Saône pour lui faire part de l'idée d'accueillir une étape pour cette ascension du Tour 2012.

C’est ici que Chris Froome a remporté pour la première fois une étape du Tour (lors de cette visite inaugurale).

L'étape vers La Planche des Belles Filles, il y a presque deux semaines, était la quatrième fois que le peloton du Tour combattait la pente.

Dans la longue histoire de la course, l'ascension n'a figuré sur l'itinéraire qu'en 2012, 2014, 2017 et 2019.

Cette année, le chemin de terre – créé par les autorités locales comme une évasion pour les véhicules dans le vaste entourage du Tour lors de visites précédentes – a été intégré à la course.

Alaphilippe a la France dans l'espoir de première victoire depuis 1985

Alaphilippe a temporairement rendu son maillot jaune après avoir terminé sixième de l'étape, perdant 1h35 contre un Italien de l'équipe Trek-Segafredo, Giulio Ciccone, un coéquipier de Richie Porte, qui avait été dans une échappée d'une journée.

Ciccone devint effectivement le "gardien de nuit" du maillot jaune.

Quelques jours plus tard, Alaphilippe était de retour en tête du Tour – et il reste en jaune après 15 étapes.

Le Français a remporté la troisième étape et a été surpris par une surprise lors du contre-la-montre de 27,2 km à Pau mercredi dernier, en battant le champion en titre Thomas.

C'est un coup pour la France, car Alaphilippe est charismatique dans les interviews, audacieux sur le vélo et d'un talent phénoménal.

C'est un artiste… mais peu de gens, y compris le coureur lui-même, doutent qu'il puisse remporter le titre en 2019.

Il a toutefois confirmé sa polyvalence lors de l'étape 14, qui s'est terminée à 2115 mètres d'altitude, au sommet du Col du Tourmalet; "Ala" était le finaliste de son compatriote Thibaut Pinot dans cette belle 14ème étape.

C’était le jour où les espoirs d’une première victoire française sur le Tour depuis 1985 prenaient de l’ampleur.

C'était également le jour où le président de la République, Emmanuel Macron, avait rejoint Prudhomme dans la voiture de tête pour les 75 derniers kilomètres de l'étape pyrénéenne.

Soudain, le pays hôte a deux coureurs en lice pour le maillot jaune.

Mais, comme le suggère Prudhomme, la course est loin d'être terminée.

Cinq hommes crient au jaune à Paris

Pour la première fois depuis des années, le Tour commence la dernière semaine sans véritable indication de qui sera le champion général.

"J'espère que la troisième semaine sera aussi bonne que les deux premières", a déclaré Prudhomme.

Il y a de l'anticipation, du suspense… et une course ouverte pour plusieurs coureurs, selon Prudhomme.

Malgré tout, malgré son héritage, le directeur du Tour met en garde les fans français de ne pas célébrer trop tôt.

Le consensus est que Pinot est le meilleur grimpeur de la course et qu’Alaphilippe finira par manquer de bouffée après une quinzaine exceptionnelle d’ouverture.

Cependant, dit Prudhomme, l’avantage réside toujours dans le Team Ineos, anciennement connu sous le nom de Team Sky, qui comprend Geraint Thomas, qui occupe actuellement le deuxième rang du classement général, à 1:35 derrière Alaphilippe, et le sensationnel colombien Egan Bernal, âgé de 22 ans. classé cinquième au classement général à 2:02.

L’autre candidat, Steven Kruijswijk, pilote de Jumbo-Visma, occupe le troisième rang du classement général après 2,504 km de course, à 1:47.

L'absence de Froome est la clé

Une différence essentielle en 2019 réside dans le fait que Chris Froome, quatre fois champion du Tour, ne fait pas partie du peloton.

Il s’est gravement blessé en juin et, bien que sa rééducation dans la piscine n’ait été que quelques semaines après son accident lors de son échauffement pour la course contre la montre en France, ses blessures l’ont empêché de visiter le Tour en 2019.

"Il se déplace la plupart du temps en fauteuil roulant", m'a confié Tim Kerrison, responsable des performances chez Ineos, lors de la première semaine.

Lors de ma discussion avec Prudhomme lundi, je me demandais si le Tour bénéficiait de l'absence de Froome – qui a été le coureur dominant du classement général (GC) de sa génération.

"[The GC race] est comme une porte ouverte, répondit-il, et Julian Alaphilippe a mis le pied dans la porte. Et après Thibaut Pinot… et après ça [other] les mecs.

"Bien sûr, Chris Froome est la référence du Tour.

"Il est la référence du Tour depuis six ou sept ans. Alors, avec ou sans lui, ce n'est pas pareil. Bien sûr!"

Alors, avec tout cela à considérer, qui pense que le directeur du Tour va gagner?

Il hésite puis explique l'importance du travail d'équipe dans une course comme celle-ci.

"Ce qui est très important, c'est de savoir qui est le numéro deux – et non pas le numéro deux du Tour, le numéro deux des équipes", a-t-il déclaré avant de conclure cette série de questions.

"David Gaudu est tellement important pour Thibaut Pinot", déclare Prudhomme à un jeune français talentueux qui, malgré son talent sur les montées, est un "domestique" – un ouvrier – pour son coéquipier chez Groupama-FDJ.

"Mais," se demande-t-il, "Geraint Thomas est le numéro deux [for Ineos]? Ou est Egan Bernal numéro deux? "

Ceci est très pertinent, dit Prudhomme.

Jusqu'à présent, l'équipe britannique a insisté sur le fait que Thomas et Bernal sont des "co-leaders".

Avec les Alpes à l'horizon, il faut bientôt donner le leadership – et ensuite nous verrons une course différente.

"Ineos aura, à coup sûr, le meilleur numéro deux de l'équipe."

Nous attendons de voir s’il s’agit de Thomas ou de Bernal mais, dit Prudhomme, "avec l’autre gars comme coéquipier – et" seulement "un coéquipier, et non un co-leader – ce sera très différent [again] avoir, selon moi, le pouvoir ".

Il y a cinq étapes passionnantes et passionnantes de courses à venir.

Nous ne savons toujours pas le gagnant.

Et cela fait de cette édition une grande course en effet.

Les sujets:

cyclisme,

sport,

France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *