«Nous avons dansé dans les rues avec les soldats»: des civils français se souviennent des joies et des horreurs du jour J – National

«Nous avons dansé dans les rues avec les soldats»: des civils français se souviennent des joies et des horreurs du jour J - National

Thérèse Le Chevalier n'avait que 15 ans le 6 juin 1944, mais elle peut encore entendre les bombes qui ont annoncé le début de l'invasion du débarquement.

«C'était un son dur», se souvient-elle. «Mon père avait creusé une tranchée dans la cour. Nous avons donc passé toute la nuit dans la tranchée.

LIRE LA SUITE:
Souvenir du jour J: comment les alliés ont brisé la "forteresse européenne" de Hitler

Le Chevalier a grandi dans le village côtier français de Bernières-sur-Mer en Normandie, sur l'actuelle Juno Beach. Elle et sa famille ont vécu quatre ans sous l'occupation nazie.

«Ce n’était pas facile de vivre, en particulier parce que la nourriture était difficile à obtenir», dit-elle.

L’invasion de la France occupée par les nazis par les Alliés il ya 75 ans a marqué le début de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Mais cette victoire a coûté très cher, y compris à la population française de Normandie. Au moment où le soleil s'est couché le jour J, environ 2 500 civils français ont été tués, dont certains pris dans le feu croisé des bombes alliées.

Le Chevalier et d'autres civils français survivants qui ont enduré l'occupation et la libération partagent maintenant leurs histoires dans le cadre d'une nouvelle exposition intitulée Sur leurs traces. Il était organisé par le Centre Juno Beach, un musée de Normandie dédié aux 14 000 soldats canadiens qui se sont battus le jour J.

«Les Canadiens qui sont venus libérer Juno Beach ne sont pas venus libérer les pierres, ils sont venus libérer les gens», a déclaré Nathalie Worthington, directrice du Centre Juno Beach. «Il y avait des gens qui vivaient ici. vous avez eu des familles qui ont eu des enfants. Et ils ont vécu tous les traumatismes de l’occupation allemande, puis ceux de la libération. "

REGARDER: Le jour J explique: Comment les Canadiens ont façonné la plus grande invasion de l'histoire militaire





Marguerite Cassingneul a toujours du mal à parler de ces traumatismes. Elle et son mari, Remy, étaient adolescents le jour J. Ils ont été témoins de civils et de soldats tués à la suite de l'invasion des Alliés, y compris de Canadiens.

«Les soldats canadiens parlaient français», dit Rémy. «Nous nous étions rassemblés lorsque, tout à coup:« Bang! », Un Canadien s’est effondré sous nos yeux. Il vient de s'effondrer. Un tireur d’élite allemand lui aurait tiré dessus très haut dans les arbres.

Des fantassins canadiens du Régiment de la Chaudière discutant avec des civils français à Bernières-sur-Mer, en France, le 6 juin 1944.

Bibliothèque et Archives Canada

«Nous sommes retournés à la maison et il était étendu sur la table. Nous voulions aider mais il n'y avait rien à faire.

La voix de Marguerite se brise et ses yeux s'élèvent alors qu'elle se souvient d'avoir vu des cadavres sur la plage, y compris un jeune soldat allemand gravement défiguré. "Il est impossible de regarder la mer sans y penser", dit-elle. "Ce soldat allemand avait des parents."

LIRE LA SUITE:
La nouvelle minute du patrimoine rend hommage à N.B. majeur qui a perdu la vie le jour J en vidéo émotionnelle

Ces souvenirs de traumatisme et de chagrin se mêlent à la joie et à la gratitude. Lorsque les combats ont pris fin après le jour J, Le Chevalier se souvient avoir rampé hors de leur tranchée avec sa famille.

«Je suis sorti dans la rue; c'était incroyable », dit-elle avec un souffle coupé. «Nous pouvions voir d’énormes chars et des soldats partout. C'était absolument merveilleux.

Ce coin de rue à Tailleville, en Normandie, porte le nom du Canadien Alphonse Noel du régiment de la Côte-Nord, qui a été blessé à la suite de l’invasion du jour J en juin 1944.

Jeff Semple / Global News

Elle dit qu'une des troupes alliées a trouvé une maison avec un piano, l'a roulée à l'extérieur et a commencé à jouer. «Nous avons dansé dans les rues avec les soldats», dit-elle en riant. "Les gens du village étaient si heureux, si heureux d'être en vie."

Mais la fête n’a pas duré longtemps. Après quelques jours, dit-elle, tous les soldats canadiens étaient partis, poussant plus profondément dans le territoire occupé par les nazis. Ils avaient changé le cours de la guerre, mais il restait encore 11 mois terribles pour se battre.

«Nous avons eu pitié d'eux, parce qu'ils devaient y aller», dit Le Chevalier.

De nombreux drapeaux canadiens volent maintenant dans les communautés le long de la plage de Juno et certaines rues et écoles portent le nom des soldats canadiens qui y ont combattu. Et à ce jour, Marguerite et Rémy Cassingneul ouvrent encore leur demeure aux visiteurs canadiens.

«Nous avons un profond respect pour les Canadiens», a déclaré Remy.

REGARDER: Un homme autochtone réfléchit au sacrifice du grand-père du jour J





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *