Notre Dame devient un symbole de la présidence glam-ho de Macron | Pauline Bock | Opinion

To restaurer ou innover? Depuis que cette terrible flamme a dévasté Notre-Dame en avril, la nation française a été divisée entre les personnes qui souhaitent voir la cathédrale restaurée délibérément et précisément dans son ancienne gloire, et celles qui préfèrent la vision du président, Emmanuel Macron, qui promis de «reconstruire la cathédrale Notre-Dame pour qu’elle soit encore plus belle qu’elle ne l’était».

Macron, dans son style généralement énergique et trop ambitieux, a également insisté sur le fait que la cathédrale sera de nouveau à son meilleur "dans cinq ans". «Nous sommes un peuple de bâtisseurs», a déclaré Macron le lendemain de l'incendie. "Nous avons tellement de choses à reconstruire."

Mais au lieu d’être un projet fédérateur, la question épineuse de la restauration de la cathédrale Notre-Dame est devenue une métaphore de la bataille entre la vision moderniste de la «jeune nation» de Macron en France et le grand nombre de citoyens français qui ne veulent rien faire avec. Quelque 1 169 architectes, conservateurs et professeurs ont signé une lettre ouverte à Macron, lui conseillant d'attendre et de réfléchir à cette reconstruction. «Prenons le temps d’un diagnostic approprié», indique la lettre. "Écoutez les experts, reconnaissons leurs connaissances, puis fixons un échéancier ambitieux pour une restauration exemplaire."

Et les sondages indiquent que plus de la moitié de la population veut que la cathédrale redevienne comme elle était. Le mois dernier, le Sénat français a adopté un projet de loi stipulant qu'il devrait retrouver son apparence immédiatement avant l'incendie. Pourtant, Macron a approuvé un concours international pour des conceptions architecturales innovantes.

Au centre de la rangée de modernisation se trouve la flèche déchue de la cathédrale. Conçu et construit par Eugène Viollet-le-Duc en 1859 et 93 mètres de haut, c’était un chef-d’œuvre néogothique. Lorsqu'il a pris feu et s'est écrasé à travers le toit, une partie chérie de Notre-Dame a disparu pour toujours.

Lorsque Macron a déclaré qu '«un geste architectural contemporain» serait un remplacement approprié après l'annonce par le Premier ministre français, Édouard Philippe, du concours pour le concevoir, un hashtag est bientôt apparu sur les médias sociaux. #TouchePasANotreDame (ne touchez pas Notre Dame). Raphaël Glucksmann, écrivain et militant de centre-gauche, a déclaré que rien de plus qu'une restauration complète «détruirait l'âme de Notre-Dame». Dans un rare moment d'unité politique variée, la leader d'extrême droite Marine Le Pen et le luminaire conservateur François-Xavier Bellamy ont convenu.

Mais les différentes propositions pour quelque chose de complètement différent sont en place. L'architecte Alexandre Chassang a proposé une flèche en verre ressemblant à Shard, qu'il a partagée sur Twitter, ajoutant: «Nous ne devrions pas copier le passé par mimique. monument classé, une opération qui doit donc se conformer à une loi de 1913 sur les monuments qui limite les nouveaux ajouts à ces structures.

Une proposition de l'architecte brésilien Alexandre Fantozzi.



Une proposition de l'architecte brésilien
Alexandre Fantozzi. Photographie: Alexandre Fantozzi

Le petit-fils de l'architecte d'origine, Viollet-le Duc, n'a pas choisi de parti, mais a observé qu'il s'agissait «d'un débat fascinant entre l'ancien et le nouveau. C'est dommage que Viollet-le-duc ne soit plus là pour participer, il aurait été très intéressé! "

Mais c’est aussi un débat qui montre à quel point l’approche gung-ho de Macron frotte tant de Français dans le mauvais sens. Macron est obsédé par l’innovation dans l’architecture comme dans la politique: le plus jeune président de la France n'a jamais voulu reconstruire la cathédrale, il doit l'améliorer. En politique, Macron a la réputation méritée d’avoir fixé des objectifs audacieux (tels que la libéralisation de l’économie française) et de ne pas trop s’inquiéter des détails, ce qui peut donner lieu à des protestations de plusieurs mois, comme celles de la gilets jaunes. Il souhaiterait que la nouvelle cathédrale incarne sa France modernisée.

Reconstruire la cathédrale avec le temps et la prudence peut être l’occasion d’un projet unique, reconstituant l’intérieur et l’extérieur à l’aide du savoir-faire traditionnel en matière de travail du bois et d’architecture. De nombreux monuments du patrimoine du pays ont également besoin de travaux de restauration et Notre-Dame aurait pu ouvrir un débat plus large sur la protection des sites historiques français. La vision de Macron de grandes compétitions et de délais impossibles pour l'achèvement du projet met tout simplement en lumière les faibles capacités de gestion derrière son sens du spectacle.

Mais je suppose que nous devrions être reconnaissants pour les petites bontés. Au moins, Notre-Dame a échappé à un exercice de changement de marque basé sur les familles et les entreprises qui ont donné le plus d’argent: il n’y aura pas de cathédrale Notre Dame de L’Oréal. Du moins pas pour l'instant.

Pauline Bock est une journaliste française basée à Bruxelles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.