Neuf djihadistes français condamnés à mort en Irak »Manila Bulletin News

A Baghdad court has handed death sentences to seven other French citizens over the past week (AFP Photo/-)

Publié

Par Agence France-Presse

Neuf djihadistes français se trouvent actuellement dans le quartier des condamnés à mort en Irak, après qu'un tribunal en a condamné deux autres dimanche à la peine de mort pour avoir rejoint le groupe État islamique et avoir rejeté une plainte pour torture.

Un tribunal de Bagdad a prononcé la peine de mort contre sept autres citoyens français au cours de la semaine écoulée (AFP Photo / -)

Fodil Tahar Aouidate et Vianney Ouraghi figuraient parmi 11 citoyens français. Un Tunisien a été remis aux autorités irakiennes en janvier par une force soutenue par les États-Unis combattant le groupe djihadiste en Syrie.

Décrit comme violent et prêt à mourir pour l'idéologie extrémiste de l'Etat islamique, Aouidate a comparu pour la première fois devant le tribunal le 27 mai, mais un juge a reporté son procès et ordonné un examen médical après que le jeune homme de 32 ans a déclaré avoir été torturé pour l'avouer.

«Le rapport médical montre qu'il n'y a aucun signe de torture sur son corps», a déclaré le juge à la cour avant de prononcer sa peine.

Son procès a été rapidement suivi de celui d'Ouraghi, âgé de 28 ans, qui a reconnu devant le tribunal qu'il avait «travaillé avec» l'EI mais a déclaré qu'il n'avait participé à aucun combat.

Bagdad a infligé la peine capitale à sept des autres djihadistes français et tunisien la semaine dernière.

Les audiences des deux derniers présumés membres français de l'EI à Bagdad sont prévues pour lundi.

L'Irak a condamné plus de 500 membres étrangers présumés de l'EI depuis le début de 2018.

Dimanche, une femme allemande de 20 ans, identifiée comme Hadia Abdelqader, a été condamnée à 15 ans de prison par un tribunal antiterroriste de Bagdad pour s'être jointe à l'Etat islamique.

Les tribunaux iraquiens ont condamné de nombreuses personnes à la prison à vie et à la peine de mort, bien qu'aucun membre étranger de l'EI n'ait encore été exécuté.

Les condamnés ont 30 jours pour faire appel.

– Essais d’impartition «IS» –
Ouraghi, qui a des racines algériennes, a quitté la France pour la Syrie en 2013 et a rejoint l'affilié d'Al-Qaïda dans ce pays avant de rejoindre l'IS lorsque celui-ci a déclaré son «califat» en 2014.

"Oui, j'ai travaillé avec l'EI, mais je n'ai participé à aucun combat en Syrie ou en Irak", a déclaré Ouraghi en arabe classique, qu'il a appris en Egypte.

Portant des lunettes épaisses et une barbiche marron clair, il a plaidé qu'il n'était qu'un «officier administratif de l'EI» responsable des «veuves et des familles» du groupe djihadiste.

Aouidate n'a pas réagi lorsque le juge a prononcé sa peine de mort, selon un journaliste de l'AFP au procès.

Il s'est rendu pour la première fois en Syrie en 2013 et est revenu en 2014 avec 22 membres de sa famille rejoindre l'Is, selon la justice française.

Les autorités l'ont également lié au mouvement salafiste belge, dont Abdelhamid Abaaoud, présumé cerveau des attentats de 2015 à Paris.

Interrogé pendant quatre mois, il a affirmé lors de sa première audience avoir été battu pour avoir «avoué» les charges qui pesaient contre lui.

Human Rights Watch a accusé vendredi les interrogateurs irakiens d'avoir "utilisé une gamme de techniques de torture… qui ne laisseraient pas de marques durables sur le corps de la personne".

Il a également condamné la "sous-traitance" par la France des procès des personnes soupçonnées d’être victimes de "systèmes judiciaires abusifs" et a critiqué "l’échec de routine de l’Iraq… d’enquêter de manière crédible sur des allégations de torture".

La France insiste depuis longtemps sur le fait que ses citoyens adultes capturés en Irak ou en Syrie doivent être traduits en justice devant les tribunaux locaux, tout en soulignant son opposition à la peine capitale.

La porte-parole du gouvernement français, Sibeth Ndiaye, a répété dimanche que les autorités intervenaient «au plus haut niveau» dans les affaires.

"La position de la France a été constante … Dès que nos citoyens du monde entier risquent une condamnation à mort après une condamnation, nous intervenons au plus haut niveau de l'Etat", a déclaré Ndiaye à la télévision Europe 1.

Dimanche également, le secrétaire d’État français au ministère de l’Intérieur, Laurent Nunez, a déclaré qu '«un autre citoyen français pourrait être jugé» en Irak, tandis qu'environ 450 ressortissants français accusés de liens avec l'EI sont actuellement détenus en Syrie.

La loi irakienne prévoit la peine de mort pour quiconque se joignant à un "groupe terroriste" – même ceux qui ne prennent pas les armes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *