Moi aussi? La France en conflit s'attaque enfin au harcèlement sexuel | Nouvelles du monde

Au troisième étage d'un commissariat moderne à l'ouest de Paris, une alerte retentit et l'un des quatre officiers – trois femmes et un homme – assis autour d'un bloc de bureaux commence à taper. Quelque part en France ou dans l'un de ses territoires d'outre-mer, une personne rapporte une agression sexuelle, un harcèlement sexiste ou une discrimination à une ligne de discussion ouverte 24h / 24.

Le commissariat de police de Guyancourt, à 20 km de la capitale, est le cœur du gouvernement français #NeRienLaisserPasser Projet # Don’tLetAnythingGo), qui fait partie de sa réponse au mouvement # MeToo et, disent les responsables, le premier portail en ligne de ce type au monde.

«Nous traitons d’agressions sexuelles, notamment de viols et de harcèlement sexiste. C’est anonyme et confidentiel. Les victimes peuvent toujours se rendre au commissariat de police ou à la gendarmerie, mais cela leur est souvent difficile, surtout si elles dénoncent un viol », a déclaré la capitaine Sandrine Masson, chef de la nouvelle unité, composée de 16 policiers travaillant par équipes 24h / 24. et un psychologue. «C’est une autre façon pour les victimes de nous contacter, de faire entendre leur voix sans avoir à se rendre au commissariat de police en personne.»

La France a été accusée d'être lente à se réveiller face au mouvement #MeToo déclenché par le scandale Harvey Weinstein. À ce moment-là, certains, y compris l'actrice Catherine Deneuve, ont provoqué un tollé national en le rejetant comme un peu plus que le puritanisme sexuel anglo-saxon. Mais l'ampleur de la riposte française #Balancetonporc (#Squealonyourpig) a clairement indiqué que tout le monde n'était pas d'accord avec eux. Plusieurs autres actrices françaises, dont Juliette Binoche, Marion Cotillard, Isabelle Adjani et Eva Green, ont raconté leurs expériences de harcèlement sexuel.

Le président français Emmanuel Macron, qui, peu après être devenu président en 2017, s'était engagé à mettre en place un service en ligne pour les victimes de «violence, de harcèlement et de discrimination», a tenu sa promesse. La conversation a été mise en ligne en novembre dernier, peu après que la ministre de l'égalité, Marlène Schiappa, écrivain féministe, ait supervisé la nouvelle législation introduisant, entre autres mesures, des amendes immédiates pour «commentaires insultants, dégradants ou humiliants» dans la rue ou dans les transports en commun. Depuis lors, 447 amendes ont été infligées en vertu de la loi surnommée la «loi du loup-sifflet».

Les agents de la ligne de conversation ne savent pas avec qui ils communiquent; dans la plupart des cas, ils ne le sauront jamais. Au cours des six derniers mois, 2 500 personnes ont été en contact avec le service, mais moins d’un tiers s’identifient et signalent l’auteur: 70% de celles-ci sont des femmes et 21% des filles. Les autres sont des hommes et des garçons.

Le «chat» moyen est de 54 minutes; la plus longue a duré jusqu'à présent deux heures et demie. Comme la victime n'a pas à parler, elle peut signaler un abus même si l'auteur est à proximité. Il existe également un bouton «panique» qui ferme la page et efface toute trace de la conversation si l’auteur apparaît.

Bien que ce soit anonyme, la police peut demander aux fournisseurs d’accès Internet de retrouver la personne qui les a contactés s’ils estiment être en danger ou envisagent de se suicider.

«Après MeToo, il y avait beaucoup plus de rapports d'abus sexuels et de viols. Que cela existe avant, personne ne peut vous le dire », dit Masson.

«Ce que nous savons avec certitude, c'est que certaines de nos discussions ont trait à des faits anciens qui n'ont pas été rapportés. Ce sont des gens qui avaient besoin de parler à quelqu'un avant et ne pouvaient pas.

«Nous avons également eu des cas de violence conjugale où la personne s'est enfermée dans la salle de bain ou dans les toilettes et ne peut pas parler, mais elle peut prendre son téléphone et causer. Beaucoup disent qu'ils se sentent coupables et nous leur expliquons qu'ils ne sont en aucun cas responsables. ”

Les chiffres publiés par le ministère français de l'Intérieur montrent qu'environ 93 000 femmes signalent un viol ou une tentative de viol chaque année, dont 90% connaissent leur agresseur. Environ 225 000 femmes sont victimes de violence physique ou sexuelle dans le cadre d’une relation; on estime qu'un million de femmes ont été victimes de harcèlement sexuel dans un espace public. Pourtant, moins de 10% déclarent le crime ou des accusations de presse.

Masson indique que si une personne signale du harcèlement sexuel dans un lieu public, le poste de police le plus proche est alerté par un agent qui doit lui infliger une amende immédiate.

«Il y a eu beaucoup de critiques lorsque la loi sur l'indignation sexiste a été mise en place. Ils ont dit: «Qu'est-ce qu'ils vont faire? Siffler à quelqu'un dans la rue est-il vraiment un crime? Quelle perte de temps'. Mais nous avons déjà eu 447 amendes et quand la loi sera mieux connue, il y en aura plus. "

Ce n'est peut-être pas simple d'attraper quelqu'un qui harcèle avec persistance dans la rue ou dans le bus, mais Masson croit que la loi est un moyen de dissuasion sérieux.

«Une amende pouvant aller jusqu'à 350 € incitera les gens à repenser leur comportement», a déclaré Masson. «Le fait qu’il s’agisse d’une infraction et qu’une amende doit être payée immédiatement peut être très dissuasif.

En avril, Schiappa a déclaré aux députés: «Beaucoup d'entre vous sur ces bancs nous ont dit que cela ne fonctionnerait jamais, que nous ne pourrions pas définir un comportement sexiste offensant. Les chiffres montraient que l'action du gouvernement était efficace et que son pouvoir augmenterait. Avec cette loi, la France est devenue le premier pays au monde à sanctionner le harcèlement dans les rues par une amende. "

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *