Matt Leclercq: l'amour de mon grand-père français pour l'Amérique – Actualités – The Fayetteville Observer

Matt Leclercq: l'amour de mon grand-père français pour l'Amérique - Actualités - The Fayetteville Observer

Mon nom de famille vient de mon grand-père, Pierre Leclercq, né à Lille en 1929, dans le nord de la France.

Il était à peine un adolescent lorsque les Allemands ont envahi son pays. Il racontait des histoires sur la façon dont lui et ses jeunes amis saboteraient des véhicules nazis et leur jetteraient des pierres. Grand-père savait bien raconter des histoires – quand j'étais enfant, il m'a convaincu que la mousse au chocolat était à base d'orignal et que la tarte à la mouche était remplie de mouches. Mais je crois que lui et ses petits amis français rebelles ont fait leur part en agaçant les occupants nazis.

Lille a été bombardée pendant la guerre et une de ces bombes a tué le père de mon grand-père. Peu de temps après la guerre, mon grand-père a décidé de quitter son domicile. Encore un adolescent, lui et des amis ont accepté de se rencontrer au port de Dunkerque. Personne d'autre n'est venu. Mais mon grand-père est monté sur un bateau et a fini par travailler dans les cuisines de cargos qui parcouraient le monde.

Il finira par se retrouver à New York, où il vivra dans une pension et rencontrera une jeune femme nommée Maria, dont les parents ont immigré quelques années auparavant d’un village de montagne situé en Espagne, Alhama de Almeria.

Mes grands-parents ont déménagé à Long Island dans les années 1950 et mon grand-père deviendrait un chef français, exploitant un restaurant dans les Hamptons pendant quelques années. Mon père et mon oncle deviendraient aussi des chefs.

Pour mon diplôme d'études secondaires, mes grands-parents m'ont emmenée en France, ma première sortie du pays. Nous avons visité Lille, puis parcouru la côte normande de Dunkerque à Calais en passant par Dieppe et Caen, en passant par tous les sites historiques de la Seconde Guerre mondiale. Nous marchions sur les hautes falaises vertes qui surplombaient les grandes plages où exactement 50 ans plus tôt – en juin 1994, quelques jours seulement après les cérémonies d'anniversaire – des milliers d'Américains sont morts ou ont été blessés le jour J. D’une plage à l’autre, d’énormes cratères marquaient toujours les falaises et les collines où les Allemands avaient leurs bunkers d’artillerie en béton (dont certains sont encore debout).

C'était incroyable, humiliant et terrifiant. Vous ne pouvez pas regarder ces longues plages sans vous demander comment c'était le 6 juin 1944. Aurais-je été assez courageux? Aurais-je inventé la plage?

Mon regretté grand-père aimait l'Amérique, son pays d'adoption. Il aimait tout de notre pays et n'avait aucune envie de rentrer en France; Des décennies ont passé avant qu'il ne revienne pour la première fois. Il n'a jamais perdu son accent épais (il a prononcé mon nom complet «Matchoo»), ni n'a-t-il pas renoncé à fumer, à aimer le vin et à la nature française rebelle (il a refusé de porter une ceinture de sécurité). Et il était l'un des hommes les plus patriotes que je connaisse.

Vingt-cinq ans se sont écoulés depuis ce voyage en France et nous sommes sur le point de commémorer le 75e anniversaire du jour J.

Je suis heureux de vous annoncer que l'observateur a publié dans le journal une publication spéciale de 48 pages, le jeudi 6 juin. Cette publication, créée par GateHouse Media, comprend une tonne de photos historiques, les chronologies des batailles et des comptes rendus de survivants. Le magazine sera inclus dans votre Observateur sans frais supplémentaires pour vous. J'espère que vous le trouverez aussi intéressant que moi.

Et si jamais vous en avez l'occasion, je vous encourage à visiter les plages, les cimetières et les monuments commémoratifs de Normandie. C'est une expérience qui restera avec vous pour le reste de votre vie.

L’éditeur exécutif Matt Leclercq est joignable à mleclercq@fayobserver.com ou au 910-486-3551.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *