Macron se tourne vers les mairies françaises pour constituer une base de pouvoir | Nouvelles

Par Michel Rose

PARIS (Reuters) – Après avoir dynamisé les principaux partis français, le président Emmanuel Macron se concentre sur la réélection et la nécessité de percer dans le dernier bastion de l'ancien établissement: les 35 000 mairies de son pays.

Les élections municipales sont encore dans huit mois, mais Macron prépare déjà un parcours pour conquérir des villes grandes et petites, avec un candidat pour le plus grand prix de toutes – Paris – qui sera choisi par son parti mercredi prochain.

La conquête de villes telles que Marseille, Lyon ou Bordeaux est cruciale pour l'édification d'une base de pouvoir locale pour son parti, La République en Marche (LREM), qu'il a créée avec une poignée d'aides en 2016 en tant que vecteur de sa campagne présidentielle.

À l'époque, il avait promis un mouvement populaire révolutionnant la structure politique hautement centralisée de la France. Mais son incapacité à communiquer avec des gens ordinaires est une des raisons pour laquelle il a été pris au dépourvu par les manifestations anti-gouvernementales contre le gilet jaune qui ont commencé en octobre.

"Ce sera essentiel pour lui d'avoir une bonne performance", a déclaré Claude Dargent, chercheur à l'université Sciences-Po à Paris. "Ce sera une opportunité de gagner des bastions locaux, car c'est également ainsi que vous gagnerez une élection présidentielle."

Les maires, qu'ils soient de petites communes rurales ou de grandes villes, ont une influence sur la politique locale française et, en tant que prestataires de services de maintien de l'ordre, de transport ou de planification, ils constituent souvent le principal point de contact des citoyens avec l'État.

CRAVATS ET BROCHES

Le choix du LREM pour son billet pour Paris donnera un aperçu de la stratégie de Macron pour la campagne municipale.

Cédric Villani est un génie mathématique excentrique, reconnu pour ses cravates en soie et ses broches d'araignées, sans aucune expérience politique avant son élection en tant que législateur du LREM en 2017.

Initialement considéré comme un pari extérieur, il a touché un accord avec son franc-parler.

"Le gâchis actuel à Paris, si considérable soit-il, ne me fait pas peur", a déclaré Villani lors d'un rassemblement dans la capitale la semaine dernière.

Son rival Benjamin Griveaux est l’un des "Macron boys" – la clique qui a contribué à propulser l’ancien banquier investisseur à l’Elysée – dont la douceur de parole pourrait illustrer l’arrogance que Macron est accusé de manifester lors de ses deux premières années au pouvoir.

Alors que les socialistes et le centre-droit, autrefois dominants, étaient toujours en effondrement deux ans après que Macron eut bouleversé le paysage politique français, les sondages donnaient l'avantage à LREM dans la course parisienne.

Selon une enquête de la BVA menée en juin, Villani ou Griveaux avaient recueilli 25% des suffrages, soit quatre points de plus que la titulaire du parti socialiste Anne Hidalgo, dont la campagne contre les voitures en ville avait attisé le ressentiment.

"Le nombre de villes gagnées par le parti (au pouvoir) ne sera pas nécessairement élevé, mais ce qui compte, c'est de montrer qu'elles peuvent prendre des villes emblématiques telles que Paris ou Lyon", a déclaré Jean-Daniel Levy du sondeur Harris Interactive.

TIRER LES FICELLES

Macron s'est abstenu de soutenir publiquement les candidats potentiels, mais tire les ficelles en coulisse.

Il a également pris son élan en écrasant le parti de centre-droit Les Républicains aux élections européennes, réduisant ainsi ses espoirs de reconstruire une opposition crédible.

Quelque 72 maires du centre-droit et hauts responsables locaux ont annoncé qu'ils soutiendraient désormais le parti de Macron, notamment les maires de villes de taille moyenne telles qu'Angers, Tours, Orléans, Amiens et Nancy.

Les Republicains sont divisés en interne et ont du mal à se positionner entre les centristes de Macron et l'extrême droite.

Déterminé à finir le parti, Macron répétera l’année prochaine la stratégie qu’il avait utilisée pour les élections européennes: le concours municipal serait un duel entre des «progressistes» tels que lui-même et l’extrême droite.

Lors d'une récente visite à Marseille, il s'est dit "heureux" que cette fracture devienne un problème déterminant.

La dirigeante d'extrême droite Marine Le Pen, dont le parti a toujours obtenu de piètres résultats lors des élections municipales, a pour objectif de conserver les 10 villes gagnées la dernière fois dans le nord et le sud-est, tout en en ajoutant quelques-unes, dont Perpignan à la frontière espagnole.

Toutefois, selon des analystes, la véritable concurrence pour le LREM de Macron proviendrait plus probablement d’une augmentation du soutien à la protection de l’environnement dans les villes françaises, de plus en plus étouffée par la pollution et les embouteillages.

"Ils ont tous deux l'appui des électeurs instruits, notamment à Paris", a déclaré Dargent. "Ce sera le principal défi pour lui."

(Reportage additionnel par Elizabeth Pineau et Johnny Cotton; édité par Richard Lough et Kevin Liffey)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *