L'Italie et la France se mobilisent pour lutter contre l'escalade du conflit en Libye | Nouvelles

L'Italie et la France se mobilisent pour lutter contre l'escalade du conflit en Libye | Nouvelles

Ulf Laessing et Giselda Vagnoni

TRIPOLI / ROME (Reuters) – La France et l'Italie se sont affrontées jeudi pour trouver une solution au conflit en Libye alors que les forces orientales sous Khalifa Haftar tentaient de s'emparer de Tripoli, bloquées face à une forte résistance à la périphérie sud de la capitale.

Les Nations Unies ont déclaré que les affrontements entre les forces de Haftar et les troupes sous le gouvernement de Tripoli, soutenu par la communauté internationale, avaient tué au moins 56 personnes et forcé 8 000 personnes à fuir leur domicile dans la ville la semaine dernière.

Un journaliste de Reuters a entendu des tirs nourris occasionnels et des explosions alors que l'Armée nationale libyenne de l'est (LNA) affrontait les forces du gouvernement du Premier ministre Fayez al-Serraj autour de l'ancien aéroport international et du district d'Ain Zara.

Les autorités ont emmené les familles déplacées par les combats dans les régions périphériques au sud de Tripoli. Les travailleurs du Croissant-Rouge distribuaient des rations dans une école alors que des coups de feu retentissaient au loin.

La poussée de Haftar à Tripoli, dans le nord-ouest de la Libye, marque le dernier tournant d'un cycle de violence et de chaos entre factions en Libye, qui remonte au soulèvement de 2011 qui avait renversé le dictateur Mouammar Kadhafi.

Après avoir balayé du sud, la LNA s'est enlisée dans la banlieue sud de Tripoli, à 11 km du centre-ville. Plusieurs endroits ont changé de mains plus d'une fois.

Plus de 190 soldats de l'ANL ont été capturés, ont déclaré des responsables à Tripoli, l'accusant d'avoir utilisé des adolescents. Un total de 116 combattants ont été capturés à Zawiya, une ville à l'ouest de Tripoli, et 75 autres à Ain Zara, dans la banlieue sud de la capitale, ont annoncé des responsables.

Dans une prison de Zawiya, des reporters de Reuters ont vu des prisonniers, principalement des hommes jeunes, certains habillés en civil, assis sur le sol d'une prison, tandis que d'autres se tenaient le visage tourné vers un mur.

À Rome, l'ancien dirigeant colonial libyen, l'Italie, a averti la France, qui entretient de bonnes relations avec Haftar, de ne soutenir aucune faction, après que des diplomates aient déclaré que Paris avait annulé une déclaration de l'Union européenne l'invitant à mettre fin à son offensive.

"Ce serait très grave si la France, pour des raisons économiques ou commerciales, bloquait une initiative de l'UE visant à rétablir la paix en Libye et soutiendrait un parti qui se battait", a déclaré le vice-Premier ministre Matteo Salvini à Radio RTL 102.5.

"En tant que ministre de l'Intérieur, je ne resterai pas là à regarder."

La France, qui possède des ressources pétrolières dans l'est de la Libye, a fourni une assistance militaire à Haftar, dans son fief oriental, ces dernières années, ont indiqué des responsables libyens et français. C’était également un acteur de premier plan dans la guerre qui a renversé Kadhafi.

L’Italie soutient le gouvernement de Serraj soutenu par les États-Unis.

L'ITALIE SPARS AVEC LA FRANCE

"Certains pensent que l'intervention (l'intervention militaire dirigée par l'OTAN en 2011) en Libye promue par Sarkozy (alors président français) était davantage provoquée par des intérêts économiques et commerciaux que par des préoccupations humanitaires", a déclaré Salvini.

"J'espère que nous ne reverrons pas le même film."

Un projet de déclaration de l'UE publié mercredi a déclaré que l'attaque de Haftar à Tripoli mettait en danger les civils, interrompait les efforts de normalisation et risquait de provoquer une escalade avec de graves conséquences pour la Libye et l'ensemble de la région. Cette déclaration a été écartée par la France.

Des sources diplomatiques françaises ont déclaré que Paris ne s'opposait pas à des appels à Haftar d'arrêter son avance, mais avait seulement demandé des amendements incluant des mentions sur le sort des migrants en Libye et la présence dans les forces anti-Haftar de militants islamistes qualifiés de terroristes par les Nations Unies. .

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), 56 personnes – principalement des combattants mais également des civils, dont deux médecins et un chauffeur d'ambulance – ont été tuées et 266 autres blessées à Tripoli.

En outre, 28 soldats de la LNA ont été tués et 92 blessés depuis le début de l'offensive la semaine dernière, selon la LNA.

Les combats ont porté à 8 075 le nombre de personnes obligées de quitter leur domicile, a annoncé l'OIM, l'agence américaine pour les migrations.

Outre les conséquences humanitaires, la reprise du conflit en Libye menace de perturber les approvisionnements en pétrole, d’accroître la migration de la Méditerranée vers l’Europe, de saboter le plan de paix américain pour le pays et d’encourager les militants à exploiter le chaos. La Libye est un point de transit principal pour les migrants qui ont afflué en Europe ces dernières années, principalement par des gangs de trafiquants.

Les forces de la LNA ont balayé leur fief dans l'est de la Libye pour s'emparer du sud peu peuplé mais riche en pétrole plus tôt cette année, avant de se diriger vers Tripoli, où siège le gouvernement soutenu par le gouvernement américain de Serraj.

Haftar faisait partie des officiers qui ont aidé Kadhafi à prendre le pouvoir lors d'un coup d'Etat en 1969 avant de se séparer de lui plus tard. Les critiques appellent Haftar un autre homme fort dans le moule de Kadhafi.

Haftar a résisté à la pression des États-Unis d’accepter un accord de partage du pouvoir pour stabiliser le pays, utilisant son influence comme un allié occidental contre l’islam militant en Afrique du Nord.

(Cette histoire a été refaite pour corriger l'orthographe de Tripoli, banlieue, à Ain Zara et non à Ain Sara, au paragraphe 7)

(Reportage supplémentaire par Ahmed Elumami à Tripoli, Tom Miles à Genève et John Irish à Paris; édité par Mark Heinrich)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *