L'Irlande est un exemple pour l'Europe – un politicien français de premier plan

L'Irlande est un exemple pour l'Europe - un politicien français de premier plan

L’Irlande offre une leçon à l’Europe de ne pas tomber dans le populisme, a déclaré le président du Sénat français.

Gérard Larcher, second en vertu de la constitution française du président Emmanuel Macron, s'est dit encouragé par le fait que 93% des Irlandais soient favorables à l'Union européenne, selon de récents sondages.

M. Larcher est membre du parti Les Républicains, héritier de la tradition gaulliste de la politique française. Il est également un ami politique du négociateur en chef de l’UE, Michel Barnier.

Avec un certain nombre d'anciens politiciens et d'anciens politiciens du parti, il s'est rendu en Irlande pour marquer le 50e anniversaire de la visite du général Charles de Gaulle dans le pays en 1969.

"Vous êtes une leçon de foi dans l'esprit collectif sans renoncer à ce qui fait une nation", a-t-il déclaré lors d'une interview avec The Irish Times.

«Les gaullistes croient aujourd'hui que notre souveraineté peut être plus forte si nous la partageons. Personne ne s’attendait à ce que l’Irlande s’immisce dans une sorte de scepticisme ou de vulgarisation, ce qui n’est pas le même pour des pays comme l’Italie, l’Autriche et l’Allemagne. ”

L'Irlande a servi d'exemple à d'autres pays en gagnant son indépendance par "la souffrance et sans renoncer", a-t-il déclaré. "Il est très gaulliste de ne jamais abandonner, même lorsque tout semble perdu."

M. Larcher a déclaré qu'il existait une "solidarité universelle" dans le système politique français pour la position de l'Irlande concernant le backstop et le Brexit, qui s'étend au président Macron, au Premier ministre Édouard Philippe et au président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand.

De même, il a déclaré que 26 autres États membres de l'UE étaient derrière l'Irlande en ce qui concerne le soutien et la position adoptée par M. Barnier et le président de l'UE, Jean-Claude Juncker.

Il a déclaré que l'interconnexion électrique d'un milliard d'euros proposée récemment entre la France et l'Irlande, devant laquelle la Commission européenne est financée, était un "grand symbole" de la solidarité française avec l'Irlande à propos du Brexit.

Il a également déclaré que la France envisageait de "privilégier" les produits irlandais qui utilisaient autrefois le pont terrestre via le Royaume-Uni pour l'exportation.

Solidarité

Le général de Gaulle s'est rendu en Irlande pendant cinq semaines en mai et juin 1969, douze jours seulement après avoir démissionné de ses fonctions.

Réfléchissant sur cette visite, M. Larcher a déclaré que de Gaulle avait «une grande solidarité avec l'Irlande en raison de ses racines» – ses ancêtres maternels comprenaient la famille McCartan de Co Down.

Il avait également connu des «soldats irlandais» au cours de la première guerre mondiale. Lorsqu'il était commandant de compagnie, il avait été blessé puis fait prisonnier. Il admire beaucoup les nationalistes irlandais qui se sont battus en France, a affirmé M. Larcher.

À Sneem, où il séjourna à l’Hôtel Heron Cove, de Gaulle commença à rédiger ses derniers mémoires (il mourut un an plus tard en 1970) sur la cinquième République qu’il fonda en 1958 et ses 10 ans de présidence française.

M. Larcher a loué «l’esprit de Sneem» et l’affirmation de De Gaulle alors qu’en Irlande, son destin «n’était rien comparé au destin de la France».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *