L'Irak condamne à mort le quatrième membre français de l'EI »Capital News

L'Irak condamne à mort le quatrième membre français de l'EI »Capital News
L'Irak a condamné des centaines de membres étrangers présumés du groupe État islamique depuis le début de 2018 © AL-FURQAN MEDIA / AFP / Fichier

, Bagdad, Irak, le 27 mai – Un tribunal irakien a condamné lundi un quatrième citoyen français à mort pour avoir rejoint le groupe des États islamiques, alors que la France avait réitéré son opposition à la peine capitale.

Mustapha Merzoughi, ancien soldat de l'armée française âgé de 37 ans, a été condamné à mort par pendaison, selon un journaliste de l'AFP au tribunal.

Ces derniers mois, l’Iraq a arrêté des milliers de djihadistes, y compris des étrangers capturés en Syrie par les Forces démocratiques syriennes (SDF) soutenues par les États-Unis lors de la bataille pour la destruction du «califat» de l’Etat islamique.

Parmi eux se trouvent 12 citoyens français, dont trois – Kevin Gonot, Leonard Lopez et Salim Machou – ont été condamnés à mort dimanche par un tribunal de Bagdad, une première pour les djihadistes français.

Ils ont 30 jours pour faire appel.

Les procès ont été critiqués par des groupes de défense des droits qui affirment souvent se baser sur des preuves obtenues par la torture.

Ils ont également soulevé la question de savoir si les djihadistes présumés de l'EI devraient être jugés dans la région ou rapatriés, en dépit de la forte opposition publique dans leur pays.

La France insiste depuis longtemps sur le fait que ses citoyens adultes capturés en Irak ou en Syrie doivent être jugés localement, refusant de les rapatrier malgré le risque qu'ils encourent la peine capitale pour avoir mené leur guerre djihadiste dans la région.

Paris a réitéré lundi son opposition à la peine de mort, affirmant qu'il prendrait "les mesures nécessaires" pour empêcher l'Irak d'appliquer la peine capitale à ses citoyens.

"La France s'oppose en principe à la peine de mort à tout moment et en tout lieu", a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

La porte-parole du gouvernement français, Sibeth Ndiaye, a déclaré à BFMTV: "Nous n'allons pas demander au gouvernement irakien de surseoir à l'exécution de cette condamnation à mort… (mais) toutes les solutions ne sont pas encore épuisées".

– 'Demander le pardon' –

Avant de prononcer sa peine, le juge a déclaré lundi à Merzoughi que «les preuves et les aveux montrent que vous avez rejoint le groupe État islamique, que vous avez travaillé dans sa branche militaire».

Vêtu d'un uniforme jaune de prison, le citoyen français d'origine tunisienne a déclaré qu'il n'était «pas coupable de crimes et d'assassinats», mais simplement d'avoir voyagé en Syrie.

"Je demande pardon au peuple irakien, syrien, français et aux familles des victimes", a-t-il déclaré.

Originaire de Toulouse, dans le sud-ouest de la France, Merzoughi a déclaré aux enquêteurs qu'il avait servi dans l'armée française de 2000 à 2010, notamment lors d'une tournée en Afghanistan en 2009.

En passant par la Belgique puis le Maroc, Merzoughi a déclaré lundi devant le tribunal qu'il avait suivi un "entraînement religieux et militaire" dans la ville irakienne de Mossoul.

Il aurait auparavant déclaré aux enquêteurs avoir «prêté allégeance à un dirigeant masqué de l'EI à Mossoul», affirmant que de nombreux hauts djihadistes craignaient d'être «reconnus ou identifiés par des combattants étrangers, ce qu'ils craignaient d'être des espions».

Merzoughi a déclaré lundi au tribunal qu'il n'avait jamais fait allégeance au groupe djihadiste.

Témoignant pendant environ deux heures, il a affirmé qu'il ne lui restait "pas d'autre choix que de quitter" son pays d'origine, après avoir divorcé et perdu son emploi de chauffeur de camion.

Il a déclaré qu’il était rapidement déçu de la vie sous l’EI et qu’il avait été arrêté par le groupe djihadiste pour «espionnage» parce qu’il avait envisagé de fuir les griffes du groupe.

– «Justice sommaire» –

Fodil Tahar Aouidate, qui a déclaré avoir été battu par des interrogateurs, Vianney Ouraghi, Bilel Kabaoui et Mourad Delhomme, devrait comparaître à nouveau début juin.

Serrant la mâchoire et vêtu de l'uniforme jaune de la prison, Aouidate, 32 ans, a déclaré qu'il avait été battu pour qu'il «avoue ce que ses interrogateurs ont demandé».

Comme Merzoughi, il a affirmé avoir été emprisonné par l'EI après avoir été accusé d'espionnage.

Le juge a ordonné qu'Aouidate – emprisonné en France en 2010 pour trafic de drogue et faisant partie de la vingtaine de membres de la même famille voyageant en Syrie – soit envoyé pour un examen médical avant sa prochaine comparution devant le tribunal.

Avant les verdicts les plus récents, trois citoyens français avaient été condamnés pour rejoindre l’IS en Irak: Melina Boughedir, 27 ans, Djamila Boutoutaou, 29 ans et Lahcene Gueboudj, 58 ans.

Tous trois ont été condamnés à la peine de réclusion à perpétuité, soit 20 ans en Irak.

La justice irakienne a déclaré plus tôt en mai qu'elle avait jugé et condamné plus de 500 membres étrangers présumés de l'EI depuis le début de 2018.

Ses tribunaux ont condamné de nombreuses personnes à la prison à vie et à la peine de mort, bien qu'aucun membre étranger de l'EI n'ait encore été exécuté.

Le pays reste dans le top cinq des "bourreaux" dans le monde, selon un rapport d'Amnesty International publié en avril.


Publier des vues:
23

OBTENIR LES TOP NEWS DE LA JOURNÉE DIRECTEMENT DANS VOTRE INBOX

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *