L'Inde et la France s'engagent à renforcer leur collaboration dans la lutte contre la radicalisation en ligne

L'Inde et la France s'engagent à renforcer leur collaboration dans la lutte contre la radicalisation en ligne

Au cours de ce dialogue, les deux parties ont partagé leur analyse de la menace et présenté les derniers développements de leurs politiques respectives en matière de cyber et les mesures prises pour la protection des infrastructures nationales critiques, a déclaré un communiqué conjoint publié à l'issue du dialogue. (Fichier / Twitter)

L'Inde et la France se sont engagés à renforcer leur coopération dans le secteur de la cybersécurité et à œuvrer conjointement à la réduction de l'utilisation d'Internet à des fins terroristes et pour la radicalisation en ligne.

Le troisième cyber-dialogue franco-indien s'est tenu à Paris jeudi avec la réunion intergouvernementale coprésidée par Henri Verdier, ambassadeur de France au numérique, et Upender Singh Rawat, secrétaire adjoint chargé de la gouvernance électronique, des technologies de l'information et de la cyber diplomatie à le ministère des Affaires extérieures.

Au cours de ce dialogue, les deux parties ont partagé leur analyse de la menace et présenté les derniers développements de leurs politiques respectives en matière de cyber et les mesures prises pour la protection des infrastructures nationales critiques, a déclaré un communiqué conjoint publié à l'issue du dialogue.

La France et l'Inde ont réaffirmé leur engagement à mettre en place un cyberespace ouvert, fiable, sécurisé, stable et pacifique, a ajouté le communiqué.

Ils ont également échangé des points de vue sur la lutte contre la cybercriminalité et l'utilisation d'Internet à des fins terroristes.

La France et l'Inde maintiendront un dialogue permanent sur la cybersécurité afin de répondre à leurs préoccupations communes, a indiqué le communiqué.

Dans le cadre de leur coopération en matière de lutte contre le terrorisme, ils poursuivront également leurs échanges pour lutter contre l'utilisation d'Internet à des fins terroristes et pour la radicalisation en ligne, a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *