L'étoile française d'extrême droite montante ressurgit et flirte avec le feu

FILE - In this June 22, 2018 file photo, Marion Marechal delivers a speech as she inaugurates the Institute of Social Sciences, Economics and Politics (ISSEP) in Lyon, central France. She vowed to stay out of politics and even dropped the French far right's signature name _ Le Pen _ from her moniker. But Marion Marechal, a former star lawmaker who’s still only in her 20s, is now tip-toeing back into the political arena, and is already causing trouble. Widely seen as a potential party leader, the 29-year-old’s discreet meetings in recent days to build bridges with enemy conservatives are further unsettling the mainstream right.
DOSSIER - Sur cette photo d'archive du 22 juin 2018, Marion Marechal prononce un discours lors de l'inauguration de l'Institut des sciences sociales, de l'économie et de la politique (ISSEP) à Lyon, dans le centre de la France. Elle a juré de rester en dehors de la politique et a même laissé tomber le nom de la signature d'extrême droite française, Le Pen, de son surnom. Mais Marion Marechal, une ancienne membre du parlement qui n’a toujours que 20 ans, est de retour dans l’arène politique et cause déjà des problèmes. Largement perçus comme un chef de parti potentiel, les réunions discrètes organisées ces derniers jours par le jeune homme de 29 ans dans le but de jeter des ponts avec les conservateurs ennemis bouleversent encore plus la droite traditionnelle.

DOSSIER – Sur cette photo d'archive du 22 juin 2018, Marion Marechal prononce un discours lors de l'inauguration de l'Institut des sciences sociales, de l'économie et de la politique (ISSEP) à Lyon, dans le centre de la France. Elle a juré de rester en dehors de la politique et a même laissé tomber le nom de la signature d'extrême droite française, Le Pen, de son surnom. Mais Marion Marechal, une ancienne membre du parlement qui n’a toujours que 20 ans, est de retour dans l’arène politique et cause déjà des problèmes. Largement perçus comme un chef de parti potentiel, les réunions discrètes organisées ces derniers jours par le jeune homme de 29 ans dans le but de jeter des ponts avec les conservateurs ennemis bouleversent encore plus la droite traditionnelle.

AP Photo

PARIS

Elle a juré de rester en dehors de la politique et a même laissé tomber le nom de la signature d'extrême droite française – Le Pen – de son surnom. Cependant, Marion Marechal, une ancienne législatrice vedette qui n’a toujours que 20 ans, est maintenant de retour dans l’arène politique et cause déjà des problèmes.

Largement perçus comme un chef de parti potentiel, les rencontres discrètes de ces 29 derniers jours visant à jeter des ponts avec les conservateurs ennemis, paralysés par leur défaite écrasante aux élections au Parlement européen, perturbent encore plus la droite dominante.

Les incursions de la femme dans le territoire interdit, une fois élue plus populaire dans le parti d'extrême droite du Rassemblement national (anciennement le Front national) dirigé par sa tante, Marine Le Pen, ont également soulevé des questions sur les intentions politiques de Maréchal – et de savoir si une nouvelle guerre le clan Le Pen est en marche.

Marechal est la coqueluche de son grand-père controversé, Jean-Marie Le Pen, cofondateur du Front national, expulsé par sa fille Marine pour avoir répété des propos antisémites qui l'ont condamné. Marechal est plus conservatrice que sa tante. S'adressant à un forum majeur des conservateurs américains l'année dernière, elle a décrié l'Union européenne et a déclaré que la France était en train de devenir "la petite nièce de l'islam".

À la déception de Jean-Marie, Marion s'est retirée de la politique il y a deux ans, refusant de solliciter un nouveau mandat de législateur pour un rallye national afin de fonder une école privée à Lyon, considérée comme un terrain d'entraînement pour les dirigeants d'extrême droite.

Elle nie toute hypothèse selon laquelle elle tenterait de faire demi-tour avec tante Marine. Néanmoins, le bruit créé après au moins deux réunions sous le radar est devenu connu, ce qui souligne le rôle potentiellement crucial de Maréchal dans la politique de puissance de la droite française.

Un dîner fin juin entre le maréchal et plus d'une douzaine de responsables et de législateurs des républicains, ou LR, a provoqué une tempête de feu au sein du principal parti conservateur. Le courant dominant des conservateurs a longtemps été extrêmement méfiant vis-à-vis des liaisons avec l'extrême droite française, mais la réunion a laissé entendre que certains conservateurs pourraient croire que le seul moyen de survivre est de s'associer à Maréchal.

Le chef du Sénat, Gérard Larcher, du LR, a déclaré que ceux qui se sont rencontrés dans un restaurant parisien avec Marechal se sont placés "à l'extérieur" du parti.

"J'ai toujours dit qu'il y avait un pare-feu entre nous et le rallye national", a-t-il déclaré à la télévision LCI. "Que cela vous plaise ou non, ce dîner était une brèche." Ceux qui ont assisté au congrès risquent d'être exclus du parti, a déclaré Larcher, précisant que pour lui, ils s'étaient déjà "positionnés en dehors des valeurs de notre formation politique".

Pendant ce temps, le puissant lobby des entreprises de presse français, le Medef, a invité Marechal à parler de la montée du populisme lors de sa réunion estivale annuelle – mais a ensuite annulé l'ensemble du panel après que l'idée ait laissé de nombreux émerveillés.

Le rallye national s'est imposé au premier rang de la politique française avec sa victoire aux élections européennes de mai. Le parti a amélioré les centres du président Emmanuel Macron et espère maintenir son élan avant les élections municipales de l'année prochaine.

Dans une interview télévisée début juin, elle a déclaré qu'elle souhaitait construire une "grande alliance de la droite" – tout en affirmant que ses intentions étaient dépourvues d'ambition personnelle.

Elle a eu des mots cinglants pour le rassemblement national, affirmant que c'était "indispensable à la vie politique, mais malheureusement, cela ne suffit pas." La défense de la nation et la lutte contre les progressistes de Macron ont besoin "d’autres voix provenant d’autres mouvements, courants" pour créer des alliances.

Marechal a été considérée comme une candidate potentielle à l'élection présidentielle de 2022, ou plus tard, ce qui a occasionné des tensions occasionnelles avec sa tante, qui a été battue sans ménagement en 2017 par Macron après avoir atteint le second tour. L'ancien stratège de la Maison Blanche, Steve Bannon, l'a louée comme une "étoile montante" – sur une étape qu'il a partagée avec Marine Le Pen lors d'un important congrès national de rallye.

Si Marine Le Pen craint que sa nièce prépare le terrain pour un retour à la vie politique, ni elle ni son camp ne le disent.

Le Pen refusa poliment les initiatives de sa nièce.

"Que Marion veuille créer des ponts avec des gens de la droite traditionnelle plus proches de nous que d'Emmanuel Macron, c'est encore mieux", a-t-elle déclaré dans une interview accordée à BFMTV ce mois-ci après les remarques de sa nièce. En ce qui concerne le "regret" de Maréchal au sujet des échecs du Rassemblement National, Le Pen a pris une fouille diplomatique.

"On ne doit pas être pessimiste quand on est jeune", a-t-elle déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *