Les réductions d'impôt en France sans les réductions de dépenses menacent les objectifs budgétaires: auditeur | Nouvelles sur l'investissement

PARIS (Reuters) – Le gouvernement du président français Emmanuel Macron peut difficilement se permettre de nouvelles réductions d'impôts sans une réduction des dépenses pour les financer, et il risque de ne pas atteindre ses objectifs budgétaires déjà assouplis, a annoncé mardi le bureau de l'audit public.

Le ministre du Budget, Gerard Darmanin, a déclaré à la chaîne CNews que le gouvernement tablait toujours sur un déficit du secteur public d'environ 2% de la production économique l'année prochaine, après un pic temporaire de 3,1% cette année en raison d'une modification de la fiscalité des entreprises.

Il a ajouté que le gouvernement avait identifié les 5 milliards d'euros d'économies nécessaires pour compenser les réductions imminentes de l'impôt sur le revenu. Mais en privé, certains responsables reconnaissent que l'objectif de 2020 est en train de devenir hors de portée. Une source gouvernementale a déclaré qu'un déficit d'environ 2,1 à 2,3% était plus probable.

Le bureau de vérification a déclaré que l'objectif de 2% ne tenait pas compte de toutes les concessions faites par Macron aux manifestants "gilet jaune" qui manifestaient depuis plus de six mois contre les taxes élevées, la baisse du pouvoir d'achat et l'élitisme perçu de son administration.

Macron a annoncé en décembre un paquet de plus de 10 milliards d'euros (11,4 milliards de dollars) destiné à accroître les revenus des travailleurs les plus pauvres et des retraités. Il a poursuivi en avril avec le plan d'allégement de l'impôt sur le revenu de l'année prochaine.

Le bureau d'audit a déclaré qu'il était peu probable que des plans visant à financer la réduction en éliminant les échappatoires fiscales puissent être promulgués l'année prochaine, ce qui pourrait ajouter 0,3 point de pourcentage au déficit.

"On ne peut pas réduire davantage les impôts en assouplissant les objectifs de réduction (du déficit) en raison du niveau élevé de la dette et des déficits", a déclaré le bureau dans son rapport annuel.

"Ils doivent aller de pair avec un effort de dépense pour permettre à la France de garder le plein contrôle de ses choix budgétaires, en particulier en cas de ralentissement économique ou de choc financier."

Au-delà de 2020, le bureau de l'audit a déclaré que les projets du gouvernement visant à réduire son déficit s'appuyaient fortement sur des économies budgétaires jusqu'ici peu expliquées et risquant par conséquent de ne pas se concrétiser.

Dans ce contexte, le bureau de contrôle a déclaré que la France ferait probablement peu de progrès en réduisant sa dette publique, qui avoisine les 100% du produit intérieur brut.

(Reportage de Myriam Rivet et Leigh Thomas; édité par Richard Lough et John Stonestreet)

Copyright 2019 Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *