Les Marines s'entraînent sur l'amphib français lors de l'arrêt Camp Lejeune

Les Marines s'entraînent sur l'amphib français lors de l'arrêt Camp Lejeune

Un MV-22 américain Osprey du Marine Medium Tiltrotor Squadron (VMM) 263 atterrit sur le navire amphibie français FS Tonnerre le 28 juin 2019, lors de l'exercice Semper Thunder au Camp Lejeune, au nord-ouest. Photo USNI News.

A BORD DE FS TONNERRE, AU DEPART DU CAMP LEJEUNE – Un groupe opérationnel français déployé avec 130 élèves-officiers s’est associé aux Marines américains de la 26ème unité d’expedition maritime du Camp Lejeune pour des opérations amphibies en mer en Caroline du Nord.

La 26e MEU en est aux premiers stades de son entraînement préalable au déploiement et la Force opérationnelle amphibie Jeanne d'Arc 2019 arrive à la fin de sa mission de cinq mois à travers le Moyen-Orient, autour de l'Afrique et le long des côtes atlantiques du sud et du nord. Amérique.

Avant le retour du groupe de travail Jeanne d’Arc en France, les navires et les cadets se sont alliés à des éléments du 26e MEU pour mettre en pratique des techniques qu’ils pourraient éventuellement être appelés à exercer ensemble dans le cadre d’opérations réelles.

«Cette opportunité d’entraînement est un grand moment pour nous, pour les Marines des États-Unis et les forces amphibies françaises, pour intégrer et renforcer notre interopérabilité lors de futurs exercices et opérations. C’est très important car vous ne pouvez pas créer la confiance et l’interopérabilité à tout moment en cas de crise. C’est la raison pour laquelle nous avons toujours mené des exercices bilatéraux et multilatéraux… et pourquoi nous continuerons de le faire à l’avenir », a déclaré à la presse le colonel Trevor Hall, commandant du 26e MUE, à la presse. Tonnerre (L9014).

«À mesure que nous progressons et que nous examinons les engagements futurs, qu’il s’agisse de mener des opérations militaires ou non, la formation d’une coalition – en particulier avec nos partenaires de l’OTAN – renforce considérablement la capacité où nous pouvons opérer à l’échelle mondiale dans le monde et être positionnés pour toute éventualité. crise imprévue », a-t-il poursuivi.
"Des moments comme ceux-ci, la capacité de s'entraîner ensemble, de construire sur cette intégration, est ce qui nous permet de le faire."

Au cours de l’exercice – baptisé Semper Thunder, pour honorer le slogan des Marines américains et la traduction de TonnerreLe nom des forces – les forces ont d’abord commencé par intégrer des parties de la 26ème MEU à leurs homologues de la marine et de l’armée françaises. La force de raid maritime du MEU a effectué la majeure partie des travaux initiaux. Elle a collaboré avec les forces françaises pour réaliser des levés hydrographiques des zones de débarquement possibles et des opérations de petits bateaux à partir de TonnerreLe pont est bien.

Un MV-22 Osprey du Marine Medium Tiltrotor Squadron (VMM) 263 décolle du navire amphibie français FS Tonnerre le 28 juin 2019, lors de l'exercice Semper Thunder au Camp Lejeune, au nord-ouest. Photo USNI News.

Le 28 juin, le Marine Medium Tiltrotor Squadron (VMM) 263 a entamé les qualifications pour l’atterrissage sur le pont avec deux de ses réservoirs Ospreys MV-22 à bord d’amphibs de la classe Mistral. Tonnerre. Le VMM-263 a tendance à fonctionner comme un détachement basé à terre plutôt que sur des navires faisant partie d'un MEU. La conduite d'opérations en mer depuis l'amphib français était donc une occasion unique pour de nombreux pilotes et équipages impliqués, le porte-parole du 26e MEU, le Capt. Dit Melissa Heisterberg. L’opportunité était également unique pour les Français: alors que l’hélicoptère de l’armée française Aérospatiale Gazelle mesure environ 39 pieds de long avec un diamètre de rotor d’environ 34 pieds et que l’hélicoptère de la marine française Aérospatiale Alouette mesure environ 32 pieds de long avec un rotor de 36 pieds de diamètre, Le V-22 mesure 84 pieds de large entre les ailes et les nacelles et mesure 57 pieds de long, ce qui en fait de loin le plus gros avion du monde. Tonnerre l'équipage a atterri sur son poste de pilotage.

Après ces efforts initiaux visant à se familiariser les uns avec les autres, les forces françaises et américaines envisageaient alors de mener une opération amphibie complète: en utilisant le navire comme base avancée, les forces de débarquement sécuriseraient une tête de plage, déplaceraient les troupes à terre pour sécuriser une zone plus vaste, envoyer des forces plus loin dans les terres pour récupérer le personnel à ramener à Tonnerre, puis ramenez toutes les forces de la plage sur le bateau, Tonnerre Le commandant Ludovic Poitou, commandant, a déclaré à USNI News à bord du navire.

«Nos procédures amphibies standard sont similaires en ce sens qu'elles découlent toutes des procédures de l'OTAN, que nous appliquons toutes. Ensuite, nous aurons nos spécificités que nous échangerons tout au long de l’exercice, aujourd’hui et dans les jours à venir, que nous utilisions de la puissance aérienne ou maritime pour projeter des forces d’un navire vers la terre », a-t-il déclaré. les tactiques sont similaires ou différentes.
"Toutes ces différences sont donc des forces vraiment additionnelles, quand vous les mettez ensemble, pour se compléter."

Deux hélicoptères de l'armée française Aérospatiale Gazelle sont assis dans le pont des hélicoptères du navire amphibie français FS Tonnerre. Photo USNI Nouvelles.

Pour les Américains, ces quelques jours passés en mer avec un allié de l’OTAN sont un élément d’une plus grande manifestation d’engagement.

"Cet exercice témoigne d'un engagement stratégique des États-Unis et de la France en faveur de la défense de l'Europe par le biais d'une OTAN hautement interopérable", a déclaré le général Brian Beaudreault, commandant du II Marine Expeditionary Force, à USNI News dans un communiqué.
«Sur le plan tactique, c’était une excellente occasion pour les Marines américains du II MEF et nos homologues français de mettre en pratique certaines de nos compétences en matière de combat afin de renforcer l’intégration de nos forces. Des engagements comme celui-ci offrent aux deux pays un lieu privilégié pour apprendre les uns des autres, se renseigner sur les capacités de chacun et, au bout du compte, renforcer notre relation de longue date. Nous remercions nos partenaires français de s’entraîner avec nous au large de la Caroline, et nous sommes impatients de nous entraîner avec eux à l’avenir. »

Pour les Français, c’était la dernière étape d’un voyage de cinq mois qui visait à montrer aux jeunes officiers non seulement à quoi ressemblait la vie en mer, mais aussi à quoi ressemblerait l’opération aux côtés d’alliés et de partenaires dans les opérations futures.

Le 28 juin 2019, un catamaran de débarquement français (LCAT) s’approche de Onslow Beach, au Camp Lejeune, au sud-est, alors qu’une péniche de débarquement et un navire amphibie français, la FSL Tonnerre, opèrent dans l’océan Atlantique derrière celle-ci. Tonnerre s’est rendu au Camp Lejeune dans le cadre de son déploiement de Jeanne d’Arc 2019, dans le cadre d’un exercice avec le Corps de la marine américain appelé Semper Thunder. Photo USNI Nouvelles.

Nicolas, un cadet qui étudie pour devenir officier de maintenance d'aéronefs, a déclaré aux journalistes que, pour les officiers en formation, «avant d'aller à la mission, nous n'avions qu'une formation théorique. Cette mission est donc notre véritable chance de découvrir opérations telles qu'elles sont dans le monde réel. C’est une occasion unique de découvrir des opérations interalliées et des exercices maritimes. "

La marine française n'autorise pas la publication des noms complets de certains membres de son personnel, y compris des cadets.

Un autre cadet, Antoine, a déclaré à USNI News qu'il y avait aussi de jeunes officiers du Royaume-Uni, d'Égypte, du Maroc, du Congo, du Brésil et d'Australie. Antoine est en formation pour devenir officier de détection chargé des radars et de la guerre électronique, ainsi que fonctionnaire du pont chargé de la navigation. Au cours de ce déploiement, il a affirmé avoir tenté de tirer le meilleur parti des échanges avec ses homologues étrangers pour comprendre leurs meilleures pratiques et partager ce qu'il avait appris au cours de ses deux ans et demi passés à l'École Navale.

«C’est toujours intéressant de voir comment ils fonctionnent, leur expérience, puis d’essayer d’apprendre nos méthodes de travail. Et nous essayons de faire de même et d'apprendre de leurs expériences », a-t-il déclaré.
"Il est toujours intéressant de voir les façons de faire des autres, en particulier lorsque nous allons être de plus en plus engagés dans des interopérations avec eux."

Un officier français surveille les opérations de poste de pilotage depuis le pont du navire amphibie français FS Tonnerre, où des hélicoptères de l'armée de terre et de la marine française ainsi que le MV-22 Ospreys du Corps de la marine américain ont été utilisés dans le cadre de l'exercice Semper Thunder le 28 juin 2019. Photo USNI News.

La Task Force Jeanne d’Arc 2019 comprend Tonnerre et frégate FS La Fayette (F710), ainsi que 130 cadets et jeunes officiers, les équipages du navire pour les encadrer, 150 soldats d’un groupe tactique de l’armée française, deux hélicoptères Gazelle et leur équipage. Le groupe de travail a quitté Toulon (France) le 25 février pour mener des exercices amphibies en Égypte, puis à Djibouti en mars, une mission d'assistance humanitaire et de secours en cas de catastrophe au Mozambique après le passage d'un ouragan en avril, d'un exercice amphibie au Brésil en mai. Exercice bilatéral HADR avec la marine néerlandaise dans les Antilles, puis exercice Semper Thunder au Camp Lejeune. Les cadets auront un dernier exercice en France avant leur retour chez eux et leur mise en service en tant qu'officiers.

Le groupe de travail a quatre missions: la formation en cours d’emploi pour les cadets et les jeunes officiers; interopérabilité et coopération internationale; soutien naval à la diplomatie; et un déploiement opérationnel dans des zones d’intérêt stratégique pour la France, mis en évidence par la capacité à s’intégrer aux opérations existantes en Méditerranée et en mer d’Arabie auxquelles la France contribue régulièrement et à la réalisation de patrouilles maritimes pour assurer la souveraineté des eaux territoriales françaises;

Poitou, le Tonnerre commandant de bord, a déclaré que la fusion des missions opérationnelles et la priorité accordée à l’interopérabilité avec les alliés et les partenaires donnent aux cadets impliqués dans Jeanne d’Arc 2019 une vue réaliste de ce à quoi s’attendre lors de leur entrée dans la flotte.

"Pour les jeunes officiers qui sont à bord avant leur mise en service dans quelques mois, pouvoir s'entraîner avec leurs futurs partenaires est primordial dans leur formation et leur programme."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *