Les législateurs français adoptent le projet de loi sur Notre-Dame; Un nouveau rapport indique que la cathédrale s'est presque effondrée lors d'un incendie

Notre-Dame de Paris. Credit: Sacha Fernandez via Flickr (CC BY-NC-ND 2.0). Filter added.

.- Trois mois après l’incendie qui a ravagé le toit de l’église, le Parlement français a adopté mardi un projet de loi sur la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame, malgré le désaccord sur la meilleure façon de procéder.

L'incendie du 15 avril a détruit le toit en bois de la cathédrale ainsi qu'une flèche qui a été ajoutée à l'église vieille de 800 ans lors d'une rénovation au XIXe siècle.

Le projet de loi établit un cadre juridique pour la distribution des fonds donnés pour la rénovation de la cathédrale.

Le Sénat français a d'abord approuvé le projet de loi le 27 mai, qui prévoyait à l'époque que la reconstruction soit fidèle au «dernier état visuel connu de Notre-Dame».

La proposition de loi d’hier a été adoptée à l’Assemblée nationale par 99 voix contre 8, 33. La forme architecturale de la reconstruction n’est pas directement abordée dans le texte de la nouvelle loi, rapporte l’AFP.

Le gouvernement du président Emmanuel Macron avait déjà lancé un concours d'architecture pour soumettre diverses suggestions concernant la restauration. Macron a également appelé à «une reconstruction inventive» de la cathédrale avec un design plus contemporain.

Macron a déclaré qu'il prévoyait que la restauration prenne cinq ans. Des critiques au parlement se seraient plaints que le projet fût précipité afin que la construction soit terminée à temps pour l’organisation des Jeux Olympiques à Paris en 2024.

"La chose la plus difficile est devant nous. Nous devons renforcer la cathédrale pour toujours, puis la restaurer", a déclaré le ministre de la Culture, Franck Riester, lors de l'adoption du projet de loi, comme indiqué par l'AFP.

Le projet de loi vise également à organiser les dons de près d’un milliard de dollars provenant du monde entier pour la reconstruction de la cathédrale. Les milliardaires français Bernard Arnault et François-Henri Pinault se sont engagés, chacun pour sa part, dans des contributions de 200 et 100 millions d’euros, a annoncé l’AFP.

Les fonctionnaires s’étaient engagés dans une levée de fonds massive pour rénover la cathédrale contre des siècles de délabrement, de pollution et d’inondation des visiteurs. Les écologistes français et l'archidiocèse ont annoncé en 2017 que les travaux de rénovation nécessaires à l'intégrité structurelle du bâtiment pourraient coûter jusqu'à 112 millions de dollars.

Une analyse récente du New York Times a également suggéré que la cathédrale était sur le point de s’effondrer complètement et que les actions courageuses du service des incendies de Paris avaient vraisemblablement sauvé le bâtiment de nouveaux dommages. La voûte en pierre voûtée est toujours exposée à un risque d'effondrement et les touristes ne sont pas encore autorisés à entrer.

Le rapport du Times a également fait état d’une mauvaise communication entre un agent de sécurité et un employé surveillant l’alarme incendie de l’immeuble, ce qui signifie que l’incendie n’a été découvert que 30 minutes plus tard.

La région autour de Notre-Dame contient toujours des quantités de plomb supérieures à la normale, en raison de l'effondrement de la flèche de plomb et du chêne, source d'inquiétude pour les autorités parisiennes. Les travailleurs travaillent actuellement à nettoyer les débris du site et n'ont pas encore commencé les travaux de rénovation.

En raison des lois françaises sur la laïcisation, le gouvernement français possède toutes les églises construites avant 1905, y compris Notre-Dame. Le gouvernement laisse l'archidiocèse de Paris utiliser le bâtiment gratuitement et continuera de le faire à perpétuité. L’archidiocèse de Paris est responsable de l’entretien de l’église ainsi que du paiement des employés.

Lors de la messe du 15 juin dans une chapelle latérale, la première de la cathédrale depuis l'incendie, l'archevêque Michel Aupetit a souligné que l'église n'est pas un simple patrimoine culturel de la France, mais est destinée au culte de Dieu.

Environ 30 personnes ont assisté à la messe, y compris des chanoines de la cathédrale et d'autres prêtres, portant un casque de sécurité. La messe a été dite à Notre-Dame des Sept Douleurs, une chapelle latérale abritant la couronne d'épines, relique qu'un pompier a sauvée de la flamme avec le Saint-Sacrement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *