Les Etats-Unis s'inquiètent du plan français visant à taxer les géants de la technologie

Les Etats-Unis s'inquiètent du plan français visant à taxer les géants de la technologie

Copyright de l'image
Getty Images

Légende

La nouvelle taxe ciblera d'énormes entreprises de technologie, principalement américaines.

Le président des États-Unis, Donald Trump, a ordonné l'ouverture d'une enquête sur le projet de taxe française sur les géants de l'internet et de la technologie.

"Les Etats-Unis sont très préoccupés par le fait que la taxe sur les services numériques … vise injustement les entreprises américaines", a déclaré mercredi le représentant américain au commerce.

Le Parlement français devrait approuver la nouvelle taxe jeudi.

Il visera des sociétés telles que Google et Facebook avec une taxe de 3% sur les revenus réalisés en France.

Il est prévu de lever environ 400 millions d’euros cette année (450 millions de dollars).

Toute entreprise numérique ayant un chiffre d'affaires supérieur à 750 millions d'euros – dont au moins 25 millions de dollars fabriqués en France – serait soumise à la taxe.

  • Guerres commerciales, tarifs Trump et protectionnisme expliqués

"[Mr Trump] a ordonné que nous examinions les effets de cette législation et déterminions si elle est discriminatoire ou déraisonnable et pèse ou restreint le commerce américain ", a déclaré le représentant du commerce Robert Lighthizer.

L'enquête américaine pourrait ouvrir la voie à des tarifs punitifs, que M. Trump a imposés à plusieurs reprises depuis son entrée en fonction.

Les précédentes enquêtes lancées par Washington ont porté sur les pratiques commerciales de l'Union européenne et de la Chine.

Copyright de l'image
Getty Images

Légende

Le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer, a déclaré que le président Trump avait ordonné l'ouverture d'une enquête.

Le gouvernement français a fait valoir que les entreprises ne devraient pas être en mesure d'échapper au paiement de l'impôt si leur siège est basé ailleurs.

Cette initiative répond au sentiment croissant de l'opinion publique que les pays perdent des milliards de taxes en raison de la nature immatérielle et extraterritoriale de l'économie numérique, a déclaré Hugh Schofield, correspondant de BBC Paris.

Environ 30 sociétés – principalement américaines – paieront la taxe. Les entreprises chinoises, allemandes, espagnoles et britanniques seront également touchées.

Le Royaume-Uni a déclaré étudier une taxe sur les services numériques similaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *