Les États-Unis ont organisé une confrontation en quart de finale avec la France – ARAB TIMES

Julie Ertz (États-Unis) (à droite) saute au ballon avec l'Espagne Patri Guijarro (au centre) et Lucia Garcia lors du match de la Coupe du Monde Féminine de football opposant l'Espagne et les États-Unis au Stade Auguste-Delaune de Reims en juin 24. (AP)

Rapinoe brise le coeur de l'Espagne

REIMS, France, le 24 juin
(RTRS):
Les États-Unis avaient besoin de deux sanctions de Megan Rapinoe, dont l'une
controversé confirmé après une longue revue du VAR, battre l'Espagne 2-1 sur
Lundi et affronter la France, hôte de la Coupe du Monde, en quart de finale avec la France
Tasse.

Le coup de pied gagnant était sujet
trop de débats, mais Rapinoe a converti avec 15 minutes après son ouverture
Le pénalty avait été annulé par Jennifer Hermoso au début de la première mi-temps.

Après avoir traversé le groupe
les États-Unis manquaient d’inspiration et concédaient leur premier objectif de la
tournoi alors que l'Espagne était à la hauteur de la chaleur du Stade
Auguste-Delaune.

La France, que les États-Unis vont rencontrer dans
Paris, vendredi, pour une place dans les quatre dernières places, a grimpé dans les 16 dernières
une victoire 2-1 contre le Brésil après la prolongation dimanche.

Il n'a fallu que sept minutes aux États-Unis
pour sortir de l'impasse lorsque Tobin Heath a été abattu dans la région, avec Rapinoe
convertir froidement la peine qui en résulte.

La gardienne américaine Alyssa Naeher,
cependant, elle n’était pas à son meilleur et un mauvais positionnement a permis à Hermoso d’égaliser
deux minutes plus tard avec un lob dans le filet.

Les champions étaient encore partout
Bien que l'Espagne et Rapinoe se soient approchés à deux reprises alors que Heath tourmentait la défense sur le
droite.

L'Espagne a bien défendu bien qu'ils
milieu de terrain perdu Vicky Losada, qui a été remplacé par Nahikari Garcia, à cause de
gonflement autour de son œil après un affrontement au début de la partie.

Les centres espagnols ont fait une
excellent travail pour contenir Alex Morgan et les États-Unis semblaient manquer d'idées au début.

Leur salut est venu quand Rose
Lavelle est tombé dans la boîte après un léger contact avec Virginia Torrecilla,
incitant l’arbitre Katalin Kulcsar à infliger une pénalité qui a été confirmée par
VAR à la frustration compréhensible de l’Espagne. Rapinoe a enterré le coup de pied
et, à seulement 15 minutes de la fin, les États-Unis ont contrôlé le reste de la partie.

France capitaine Amandine Henry
est venu à la rescousse alors que les hôtes se sont qualifiés pour la Coupe du monde féminine
quarts de finale avec une victoire 2-1 contre le Brésil après prolongation.

Henry a trouvé le fond du filet
à la 107e minute d'un match tendu au Stade Océane après que Thaisa eut
a annulé le premier match de Valerie Gauvin en deuxième demie.

Les Bleues ont du mal à faire
leur domination au début compte en raison de l'absence d'un instinct de tueur qui
les empêchait de remporter la victoire en 90 minutes.

“C’était un match… très tendu contre un formidable
adversaire mais nous n’avons pas abandonné et nous les avons épuisés ", a déclaré l'entraîneur de la France
Corinne Diacre.

“J'aurais aimé qu'on joue
plus dans la première moitié de sorte que la seconde moitié aurait été plus facile mais je suppose
cela nous libérera pour le reste du tournoi. »La Brésilienne Marta
«Je suis fier de notre performance, du courage que nous avons montré jusqu’à la fin.
C’est le sentiment que je vais garder avec moi.

«C’est le genre d’allumettes
qui aidera le football féminin à continuer à se développer. "Avec le vétéran du Brésil,
Formiga revenant à la composition de départ, les Sud-Américains ont semblé
souffrent physiquement alors que la France a imposé son autorité à un match sans merci.

Les Bleues, cependant, manquaient
netteté à l'avant jusqu'à la 26e minute, lorsque Gauvin a renvoyé son domicile à Kadidiatou
Centre de Diani, mais le but a été annulé après qu’une critique de VAR ait jugé l’attaquant
dirigeait le ballon hors des mains du gardien Barbara.

La décision a dégonflé la France et
Les joueurs de Diacre ont été moins agressifs, permettant ainsi au Brésil de se développer.

Les Français étaient de retour dans les affaires
après la pause et le duo Diani-Gauvin a encore frappé, le Montpellier
avant verrouiller sur une croix de l'aile pour ouvrir le score à la 52e
minute.

Le Brésil a failli égaliser
Quatre minutes plus tard, Sarah Bouhaddi, la gardienne de la France, donnait un en-tête à Cristiane
sur le bar.

Mais
le niveleur est arrivé à la 63e lorsque Thaisa a battu Bouhaddi avec un tir en contre-attaque,
l'objectif étant autorisé à la suite d'un examen VAR après avoir été exclu par
l'arbitre Marie-Soleil Beaudoin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *