Les Eglises du Pacifique appellent à la décolonisation de la Polynésie française

Les Eglises du Pacifique appellent à la décolonisation de la Polynésie française

Les Nations Unies ont été invitées à rester silencieuses sur le processus de décolonisation en Polynésie française.

Le président de l'Église protestante maohi de Polynésie française, la révérende Taaroarii Maraea, à droite, et le secrétaire général du Conseil oecuménique des Eglises (COE), le pasteur Olav Fykse Tveit lors du Synode de l'église en 2017.
Photo: COE

Le territoire français a été réinscrit sur la liste de décolonisation de l'ONU il y a six ans, mais la France a refusé de s'engager dans un processus visant à traiter les personnes cherchant à recouvrer leur souveraineté.

Le mois dernier, la Conférence des Eglises du Pacifique s'est jointe à l'église protestante Maohi à l'ONU et a critiqué l'instance mondiale pour son manque d'action pour obtenir réparation des victimes des essais nucléaires français.

Le secrétaire général de la Conférence, James Bhagwan, a déclaré que la délégation avait exhorté le comité spécial de l'ONU à mettre en œuvre le processus de décolonisation.

"Sinon, en réalité, vous vous réunissez chaque année et le processus ne se poursuit pas. S'il y a une volonté politique, s'il y a une volonté réelle de faire en sorte que les territoires passent par ce processus de décolonisation, il faut être un programme de travail et un budget doit être alloué. L’absence de ce programme, son absence de mouvement et le silence de cette question sont assourdissants. "

Le révérend Bhagwan faisait partie de la délégation à l'ONU composée de représentants de l'église protestante Maohi, de jeunes, du Moruroa e tatou – l'organisation qui défend la question de la justice pour les vétérans des essais nucléaires et des représentants des communautés locales.

"Le territoire de la Polynésie occupé par les Français, comme nous le savons dans le Pacifique sous le nom de Maohi Nui, a été réinscrit sur la liste des territoires de décolonisation rejoignant Kanaky-Nouvelle-Calédonie", a-t-il déclaré.

"Ainsi, une délégation de la Polynésie française Maohi Nui accompagnée de la conférence des Eglises du Pacifique à la session de l'ONU du comité spécial de la décolonisation."

Le révérend Bhagwan a déclaré qu'une des pétitions incluses dans le projet de résolution de la réunion du C24 serait soumise à l'Assemblée générale des Nations Unies.

"C'est autour de la question de la reconnaissance des impacts sur la santé et l'environnement des essais nucléaires menés par la France en tant que puissance administrative du territoire depuis 30 ans", a-t-il déclaré.

"La C24 reconnaît les préoccupations du territoire soulevées par Moruroa et son éthique morale en ce qui concerne les conséquences de ces activités sur la vie et la santé de la population, en particulier des enfants et des groupes vulnérables.

"Et a appelé la France à y prêter attention et à répondre à la nécessité pour la France de régler le problème des réparations."

 L'assemblée de la Polynésie française et les membres de la communauté ont protesté lorsque le territoire a été proposé comme site test, mais le projet a été rejeté. Prise en 2004

Un service religieux en Polynésie française
Photo: AFP / Valerie Macon

Rév Bhagwan a déclaré que les résolutions réaffirmaient le droit des insulaires à l'autodétermination.

"Il réaffirme le droit inaliénable du peuple de Maohi Nui à l'indépendance et appelle à ce que ce processus commence."

"Il a également été pris en compte le besoin de C24 d'envoyer une délégation à Maohi Nui pour effectuer une mission d'enquête et soutenir ce processus", a-t-il déclaré.

Taaroarii Maraea, président de l’Église protestante Ma'ohi, a déclaré qu’il continuerait de surveiller de près la manière dont l’ONU traiterait à l’avenir de ces tactiques de diplomatie furtive.

"Le président Emmanuel Macron a déclaré que la colonisation était un crime", a déclaré le révérend Maraea. «C’est un crime contre l’humanité. C’est vraiment barbare et fait partie d’un passé auquel nous devons faire face en nous excusant auprès de ceux contre qui nous avons commis ces actes.

"En même temps, nous ne devons pas balayer ce passé sous le tapis."

La révérende Maraea a déclaré qu'ils tenaient maintenant le président Macron à cet engagement.

"Cependant, les agissements d'un Etat membre de l'ONU et d'un membre du P-5 sont ceux d'un pouvoir colonial contemporain qui rejette totalement l'article 73 de la Charte des Nations Unies, reflétant le contraire de ses nobles paroles précédentes.

"En fait, il fait de son mieux pour" régler le problème sous le tapis "en cherchant à persécuter ceux qui ont bravement affronté le pouvoir colonial", a déclaré le pasteur Maraea.

Keisha Aniya, président du comité spécial de l'ONU, a déclaré que les pétitions émanant de 12 territoires non autonomes avaient été entendues et que 22 résolutions avaient été approuvées.

Notant qu'il reste un an avant la fin de la troisième Décennie internationale de l'éradication du colonialisme (IDEC 2011-2020), Mme Aniya a déclaré que des efforts supplémentaires étaient nécessaires pour progresser sur la voie de la mise en œuvre intégrale de toutes les résolutions pertinentes des Nations Unies, y compris la Déclaration.

"Le Comité spécial continuera et devrait continuer de jouer son rôle dans la promotion de la décolonisation, comme l'a mandaté l'Assemblée générale", a-t-elle déclaré.

L'Assemblée générale des Nations Unies se réunira en octobre pour débattre de la résolution relative à Maohi Nui en Polynésie française.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *