Les dirigeants se préparent à une confrontation épique au Tour de France – Actualités – La chronique d'Augusta

GAP, France – Imaginez la confrontation finale à "High Noon". Mais à plus d'un kilomètre au dessus du niveau de la mer.

Avec une trilogie alpine d'étapes comprenant six ascensions en air raréfié, des prévisions de tempête et seulement 39 secondes séparant cinq coureurs déterminés à renverser le détenteur du maillot jaune Julian Alaphilippe, les trois prochains jours à la course du cyclisme ont tous les ingrédients pour un explosif et suspensif conclusion.

Dans le rôle de l'ancien maréchal Will Kane, Alaphilippe. Avec sa belle allure et son style de course courageux, il est devenu le héros national français ces deux dernières semaines, ce qui laisse espérer que le pays hôte obtiendra enfin son champion du circuit après 34 ans d'attente.

Après avoir pris la tête de la course d'assaut avec quelques attaques très réussies, suivies d'une victoire éclatante lors du contre-la-montre individuel de la course, Alaphilippe s'est étonnamment accroché à la tunique tant convoitée dans les Pyrénées la semaine dernière.

Mais les chances sont fermement contre le coureur Quick Step-Deceuninck dans les Alpes, un terrain avec de très longues montées qui ne conviennent pas à son style percutant. Mais comme le maréchal Kane, "Ala-Panache" – le surnom qu'il a gagné cet été – est prêt pour une bataille finale.

"Je peux prendre des coups de poing dans les montagnes", a déclaré Alaphilippe mercredi après la victoire de Matteo Trentin à la 17ème étape. "Je suis impatient de voir les Alpes."

Alaphilippe n'était même pas né lorsque Bernard Hinault avait remporté le dernier de ses cinq titres du Tour de France en 1985. Jeudi, ce sera le 13e jour où il portera le maillot jaune, faisant de lui le premier Français à atteindre ce score lors d'un seul Tour depuis La victoire finale de Hinault.

"Un jour supplémentaire en jaune, c'est merveilleux", a déclaré Alaphilippe. "Je vais me battre jusqu'à la fin. Je vais tout donner."

Si Alaphilippe ne parvient pas à défendre son avance d'une minute, 35 secondes, un autre Français est prêt à prendre la relève en la personne de Thibaut Pinot. Le leader de FDJ-Groupama a démontré dans les Pyrénées qu'il était le meilleur alpiniste, prenant le temps de rattraper tous ses rivaux pour rattraper le temps perdu par vent de travers plus tôt dans la course.

Pinot fait partie des cinq coureurs qui peuvent croire avoir une chance de gagner le Tour dimanche sur les Champs-Elysées, aux côtés du champion en titre Geraint Thomas, de Steven Kruijswijk, d'Egan Bernal et d'Emanuel Buchmann.

Thomas et Kruijswijk, respectivement deuxième et troisième au classement général, ont reçu un coup dur mercredi, perdant chacun un coéquipier pour des raisons disciplinaires. Les organisateurs de la course ont déclaré que les coéquipiers de Thomas, Luke Rowe et Tony Martin, qui soutenaient Kruijswijk, avaient été expulsés à la suite d'une altercation. Malgré le revers, l'équipe Ineos a une double carte pour jouer avec Bernal et Thomas.

Bernal est un pur alpin colombien habitué à parcourir plus de 2 000 mètres, tandis que Thomas est le plus expérimenté de tous les prétendants. Il sait comment gagner une course de trois semaines et, malgré la chute mineure qu'il a subie mardi, son moral est élevé.

"Dans l'attente de le faire maintenant. Trois gros jours et un gros test", a déclaré Thomas.

Il a ajouté qu'Alaphilippe pourrait être dans une période difficile jeudi, alors que les équipes ont peut-être de la difficulté à le faire craquer. L'étape 18 à Valloire comprend deux ascensions époustouflantes et réputées, le Col d'Izoard et le Col du Galibier.

"Il n'était pas très bon il y a quelques jours et il a très bien couru toutes les courses, alors on pourrait penser qu'il commencerait à être fatigué maintenant", a déclaré Thomas. "Alors, oui, je suppose que les équipes vont penser à essayer de rendre les choses difficiles toute la journée."

Sur le papier, les étapes 19 et 20 semblent encore plus difficiles, avec la montagne Iseran et deux arrivées consécutives au sommet. À 2 770 mètres d'altitude, l'Iseran est un géant du Tour de France et l'un des plus hauts cols de routes d'Europe, où l'air raréfié rend les choses plus difficiles.

"Chaque jour sera important", a déclaré Thomas.

Pour Trentin et d'autres coureurs déjà épuisés et sans ambition au classement général, la dernière étape réellement importante est maintenant derrière eux. Et le pilote italien en a profité pour signer une troisième victoire en carrière sur le Tour.

Avec le peloton heureux de faire une échappée matinale au début du trekking vallonné de 200 km jusqu'à Gap, Trentin a pris la majeure partie de l'étape à l'avant et s'est éloigné du groupe de tête à environ 14 km de l'arrivée à Gap. bas du col de la sentinelle. Il était le premier au sommet et a tout mis en œuvre dans la descente menant à Gap. Kasper Asgreen a terminé deuxième avec 37 secondes de retard sur le podium, le champion olympique Greg Van Avermaet.

Pensant déjà aux Alpes, Alaphilippe et ses rivaux se sont croisés à plus de 20 minutes.

"Tout le monde est épuisé, c'était le dernier jour pour économiser de la force", a déclaré Alaphilippe. "La trilogie dans les Alpes décidera du vainqueur."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *