Le Zuckerberg de Facebook discute du discours de haine avec Macron | France Nouvelles

Paris, France – Le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, a rencontré vendredi le président français Emmanuel Macron à l'Elysée pour évoquer le projet du gouvernement français de jouer un rôle plus actif dans la lutte contre les contenus préjudiciables publiés sur le troisième site Web le plus visité au monde.

Alors que Macron cherchait à renforcer le contrôle de l’État sur les réseaux sociaux dans l’Union européenne, Facebook et les autorités françaises ont mis à l’essai un système de "corégulation".

Les conclusions préliminaires du système de procès, publiées avant la réunion de vendredi, suggéraient que les autorités françaises ne faisaient pas confiance à Facebook pour se réguler seules et recommandaient au gouvernement de continuer à travailler avec le réseau pour éliminer les matières dangereuses.

"L'insuffisance et le manque de crédibilité de l'approche d'autorégulation adoptée par les plus grandes plates-formes justifient l'intervention publique pour les responsabiliser", indique le rapport.

Aral Balkan, activiste des droits numériques, discute de la répression du discours de haine et des fausses informations sur les réseaux sociaux (6:28)

En janvier, des responsables français ont été emmenés à huis clos sur Facebook pour voir comment l'équipe de modérateurs de contenu du site abordait des contenus préjudiciables tels que les discours de haine et les fausses informations.

Zuckerberg a quitté la réunion de vendredi optimiste.

"Je suis encouragé et optimiste quant au cadre réglementaire qui sera mis en place", a déclaré Zuckerberg aux journalistes au siège de Facebook à Paris. "Cela va être difficile pour nous, et il y aura des choses avec lesquelles nous ne serons pas d'accord. C'est naturel.

"Mais pour que les gens fassent confiance à Internet globalement et au fil du temps, il faut mettre en place une réglementation appropriée", a-t-il déclaré. "Et je pense que le meilleur moyen pour que cela soit mis en place est que des gouvernements comme celui-ci réfléchissent et fassent preuve de diligence quant à la manière de procéder."

Macron, critique acharné du géant des médias sociaux, a encouragé d'autres gouvernements européens à assumer un rôle similaire.

La réunion entre Macron et Zuckerberg survient alors que Facebook est soumis à la pression croissante des régulateurs internationaux pour qu’il fasse davantage pour lutter contre la diffusion de contenus préjudiciables.

En mars, un homme armé qui a tué 50 personnes dans deux mosquées à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, a utilisé Facebook pour diffuser son rage.

Facebook n'a pas arrêté le flux et il a fallu une journée pour supprimer plus de 1,5 million d'exemplaires de la vidéo de son site Web. Près de deux mois plus tard, certaines vidéos sont toujours disponibles sur le site.

Le retard initial a amené la première ministre néo-zélandaise, Jacinda Ardern, à demander aux entreprises de répondre à "l'appel de Christchurch", destiné à faire cesser les contenus violents en ligne. Ardern et Macron co-présideront un sommet à Paris la semaine prochaine, où ils rencontreront des géants de la technologie pour discuter de la manière dont ils peuvent faire davantage pour lutter contre la diffusion de ce contenu sur différentes plates-formes.

Les dirigeants de Facebook souhaitent ardemment éviter toute réglementation supplémentaire et ont publiquement accueilli favorablement les dernières recommandations suggérées par les Français, qui n’évitaient pas d’imposer une réglementation complète du réseau par les États.

"Ce rapport du gouvernement français reflète une compréhension profonde et sophistiquée des défis à relever pour maintenir un" Internet libre, ouvert et sûr "", a déclaré Richard Allan, vice-président des solutions politiques de Facebook, dans un communiqué envoyé à Al Jazeera.

"Le rapport trace la voie vers un nouveau modèle de réglementation du contenu qui pourrait être à la fois efficace et pratique. Il permettrait aux plates-formes de développer des solutions innovantes pour protéger leurs utilisateurs tout en étant clairement responsables devant un organisme de réglementation. ce."

Préoccupation des groupes de liberté d'expression

Alors que beaucoup ont applaudi le rôle impliqué de Macron dans la lutte contre le discours de haine sur Internet, les activistes de la liberté d'expression se disent préoccupés par les méthodes utilisées pour déterminer ce qui constitue un "discours de haine".

"Le manque général de transparence sur la manière dont la parole est réglementée a toujours été une préoccupation pour nous", a déclaré Ellery Biddle, directeur du plaidoyer de Global Voices, à Al Jazeera. "Ce n'est pas parce qu'un gouvernement intervient soudainement que nous sommes moins concernés."

Je veux savoir précisément ce que le gouvernement français et [Facebook] ont accepté de faire ensemble à l'avenir et je veux que cela soit visible pour le public français et le public mondial

Ellery Biddle

Biddle et d'autres demandent aux gouvernements et aux géants de la technologie d'être plus ouverts sur les détails de leurs partenariats.

"Je veux savoir précisément ce que le gouvernement français et [Facebook] ont accepté de faire ensemble à l'avenir et je veux que cela soit visible pour le public français et le public mondial ", a déclaré Biddle.

Le Parlement français envisage également une loi qui obligerait des entreprises telles que Facebook, Twitter et Google à supprimer tout contenu réputé haineux dans les 24 heures suivant sa notification. Ne pas le faire pourrait entraîner une amende pouvant aller jusqu'à 4% du chiffre d'affaires global d'une entreprise.

Il n'existe pas de définition internationale officielle du "discours de haine", ce qui rend difficile la mise en place de pratiques unifiées en matière de contrôle du contenu.

"Ce qu'une personne pourrait appeler un discours de haine pourrait juste être quelque chose d'offensant", a déclaré Gabrielle Guillemin, une haut responsable juridique au sein du groupe de défense de la liberté d'expression, Article 19.

Guillemin a également noté que la liberté d'expression n'est pas mentionnée "une seule fois" dans le projet de loi, ajoutant que l'inquiétude est que la législation ne tienne pas compte de la liberté d'expression.

"Il est temps de briser Facebook"

Mis à part l'inquiétude des activistes quant à la participation du gouvernement, les critiques sont unanimes: le pouvoir de Facebook est devenu trop important.

Dans un éditorial publié dans le New York Times cette semaine, le cofondateur de Facebook, Chris Hughes, a exhorté le gouvernement américain à dissoudre la société, qui possède également Instagram et WhatsApp.

"Le gouvernement doit tenir Mark responsable de sa responsabilité", a-t-il écrit. "Pendant trop longtemps, les législateurs se sont émerveillés de la croissance explosive de Facebook et ont négligé leur responsabilité d'assurer la protection des Américains et la compétitivité des marchés."

Encore plus inquiétant, écrivait Hughes, le pouvoir individuel de Zuckerberg au sein de la société.

"Il définit les règles permettant de distinguer le discours violent et incendiaire du discours simplement offensant, et il peut choisir de fermer un concurrent en l'acquérant, en le bloquant ou en le copiant."

Facebook, cependant, a rejeté les commentaires de Hughes.

"Facebook accepte que la réussite implique la responsabilité", a déclaré l'ancien vice-Premier ministre britannique Nick Clegg, désormais vice-président des affaires mondiales et de la communication de Facebook, dans un communiqué.

"Mais vous n'imposez pas l'obligation de rendre des comptes en appelant à la dissolution d'une entreprise américaine prospère."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *