Le site d'information français Les Jours veut marier narration, profondeur et reportage d'investigation »Nieman Journalism Lab

Le site d'information français Les Jours veut marier narration, profondeur et reportage d'investigation »Nieman Journalism Lab

Synopsis, bande sonore, épisode, ambiance: C'est la langue utilisée quotidiennement dans les bureaux parisiens du site d'information français Les Jours. Mais ne laissez pas son vocabulaire vous tromper: alors que cette société de médias âgée de trois ans emprunte de nombreux codes de scénarios et de fictions visuelles, elle exploite en réalité un site d’informations d’investigation percutant.

Le jargon partagé n'est pas une coïncidence. Lorsque les cofondateurs de Les Jours planifiaient secrètement leur départ de Libération – le quotidien français où travaillaient huit des neuf d'entre eux – dans le but de créer un site d'information consacré au reportage en profondeur, ils n'ont pas seulement contacté leurs collègues journalistes pour des conseils, mais aussi des scénaristes. La raison en était simple: leur grande idée était de mettre en série les nouvelles, en décomposant les histoires en épisode déchirant, épisode après épisode, qui rendrait le journalisme d'investigation de longue durée plus accessible et plus excitant aux lecteurs.

"Le principe fondateur est que les nouvelles se déroulent comme une saga", explique Isabelle Roberts, présidente de Les Jours. "Ainsi, si les nouvelles ressemblent à une saga, laissez-les sérialiser dans le format le plus populaire de notre époque, à savoir le format d’une série télévisée."

Les Jours qualifie sa série d’articles d ’« obsessions »(à ne pas confondre avec Obsession de Quartz, son bulletin électronique qui examine de près un sujet décalé, ou sa façon de cadrer les battements). Cela leur permet de s'étaler sur autant d'épisodes que le sujet le justifie. Certaines obsessions n'ont duré que quelques épisodes; Le plus long, "The Empire", qui traite de la prise de contrôle d’une chaîne de télévision majeure par un nabab des médias français, compte 115 épisodes, et ce n’est pas encore terminé.

«Nous prenons des sujets, nous les saisissons et nous ne les lâchons jamais», explique Roberts, co-auteur de «L'Empire». La méthodologie est reflétée dans le nom Les Jours («Les Jours»): «Il est dit que étaient là hier, que nous sommes là aujourd'hui et que nous serons là demain, même lorsque d'autres médias sont passés. "

Cette approche implacable de la couverture de l'actualité – avec 117 obsessions publiées à ce jour – a permis à cette publication de gagner 11 000 abonnés, des lecteurs captivés et, dans certains cas, un écho plus large dans la société française. Une obsession concernant le retour des djihadistes en France a été transformée en un livre à succès, a suscité un débat national sur la façon de gérer le problème et a récemment inspiré le réalisateur André Téchiné pour son dernier film, Adieu à la nuit.

Certaines obsessions ont plongé dans des histoires largement couvertes, telles que l’affaire Benalla et le mouvement Yellow Vest, alors que d’autres se focalisaient sur des idées plus excentriques, telles que celles sur l’industrie française du porno et la croissance de l’activité autour de tout ce qui avait trait au bébé. Mais quel que soit le sujet, le format unique de Les Jours signifie que ce n’est rien sinon complet.

"Dans le contexte d’un marché médiatique saturé, Les Jours ont tracé leur propre chemin en inventant le format des" obsessions "", déclare Clara-Doïna Schmelck, journaliste français et spécialiste des nouveaux médias. «La sérialisation du journalisme permet à Les Jours de mener des enquêtes qui sont également immersions: dans un palais de justice pendant un procès, dans un collège tout au long de l'année, dans une marche pendant un mouvement de contestation longue distance.»

Approfondir

Les Jours emploie 12 personnes – dont neuf journalistes – et collabore avec des dizaines de pigistes. Contrairement à la plupart des salles de presse, elle ne divise pas ses journalistes en bureaux ou en rythmes, mais leur donne le loisir d’explorer leurs intérêts. Roberts soutient que les enquêtes couvrent souvent naturellement plusieurs domaines de couverture, de sorte que les journalistes ne doivent pas se sentir menacés. Un rédacteur, Sophian Fanen, a écrit sur des sujets aussi variés que les camionneurs et l’industrie de la musique; Les auteurs de Les Jours sont davantage ancrés dans leurs obsessions personnelles que dans les conceptions traditionnelles de l’expertise journalistique.

Camille Polloni, une journaliste qui a rejoint Les Jours peu de temps avant son lancement, a déclaré qu'elle était impatiente de faire partie d'une salle de presse où elle aurait le temps d'explorer les domaines qui l'intéressent: la criminalité et le système de justice. «Avant Les Jours, j'avais l'impression de sauter toujours d'une histoire à l'autre», dit-elle. «Maintenant, quand je termine une série, j’ai vraiment l’impression d’y avoir jeté un regard complet. C’est très satisfaisant du point de vue journalistique. »Les personnes interrogées se sont également montrées réceptives à l’approche de Les Jours, s’ouvrant plus que jamais à un journaliste qui ne couvrait que furtivement une histoire.

«Cela aide à créer une relation basée sur la confiance», déclare Polloni, auteur de 11 obsessions. Son plus récent film, «Bang Bang», a plongé plus que tout autre travail journalistique dans l’utilisation abusive des armes de service de la police française, au cours de 16 épisodes et de quelque 30 000 mots.

Le risque d'un tel travail est que les journalistes deviennent insulaires – chacun se concentrant sur ses obsessions, à l'exclusion de tout ce qui se trouve dans la salle de rédaction. L’équipe évite cet écueil en organisant des réunions de rédaction deux fois par semaine, en s’impliquant de manière informelle dans son processus de réflexion et en s’associant à des projets.

Sébastien Calvetchef de la photographie, explique qu’il associe fréquemment des photojournalistes à des reporters pour travailler sur des obsessions spécifiques, dans l’espoir de se nourrir les uns des autres tout au long du processus de reportage. Cette pratique – courante sur le papier mais toujours inhabituelle en ligne – a favorisé l’esprit de collaboration au sein de l’équipe et placé la photographie au cœur de l’offre de Les Jours.

S'appuyant sur des photographes et des agences indépendants pour les images d'archives des grandes agences de presse et travailler avec ces pigistes pendant une période prolongée a permis au site de développer un look unique, avec des images qui alimentent de manière cohérente le récit de chaque obsession.

«Notre narration est à la fois textuelle et iconographique», explique Calvet.

Engagement accru des lecteurs

La narration prend également d'autres formes. Lorsque les enquêtes reposent sur des documents, ils sont publiés à côté du texte, ce qui permet au lecteur d’accéder directement au document source. Les Jours publie aussi généralement une liste de «personnages» avec chaque obsession de présenter les protagonistes du conte, ainsi qu’une bande-son qui crée l’ambiance du récit qui se déroule. La playlist de "Bang Bang" contient "Highway Patrolman" de Bruce Springsteen et une chanson sur la brutalité policière du rappeur français Abd Al Malik.

Loin d’être à la mode, ce format multimédia (activé par le site Web personnalisé de Les Jours) plonge les lecteurs dans l’histoire et les aide à les accrocher. Les lecteurs peuvent ensuite s'abonner à leurs obsessions préférées pour rester informés dès qu'un nouvel épisode est ajouté.

Bien que les épisodes puissent généralement être lus de manière isolée, Roberts dit que les abonnés lisent souvent des obsessions entières, et que les fans assoiffés réclament de nouveaux épisodes sur les réseaux sociaux. Pour répondre à cette demande, Les Jours envisage de lancer tout à la fois une obsession – une méthode mise au point par Netflix – pour mesurer l’appétit de ses lecteurs pour ce que Roberts appelle «la lecture exagérée».

Le site payant sans publicité est principalement financé par son abonnement de 9 € par mois. Les fondateurs avaient initialement déclaré vouloir atteindre 25 000 abonnés et 25 personnes à ce jour, de sorte que les chiffres actuels sont bien en deçà de la cible. Mais le personnel ne semble pas trop déçu de ce résultat. «En toute honnêteté, avoir atteint 11 000 abonnés en trois ans est une bonne chose», déclare Calvet. "Plus important encore, nous avons d'excellents retours de nos lecteurs."

Roberts est fière que plus de 95% des lecteurs renouvellent leur abonnement chaque année et que plus de la moitié d'entre eux aient moins de 35 ans. Elle explique que Les Jours est sur le point d'équilibrer son budget – un exploit impressionnant à l'heure où plusieurs autres startups La France a fermé ou est au bord de la faillite.

Les membres du public ont collecté 80 000 € lors d'une première campagne de financement participatif en ligne en 2015 et peuvent désormais, à partir de 200 € chacun, rejoindre Les Jours en tant qu'actionnaires. Ils détiennent actuellement 8% de la société de médias, tandis que ses fondateurs en détiennent environ 74%.

Les parts restantes appartiennent à de riches partisans, parmi lesquels les hommes d’affaires Xavier Niel et Matthieu Pigasse, bien connus pour leurs avoirs importants dans la presse française, y compris le quotidien national Le Monde. Leur participation à Les Jours a concerné des organes de surveillance des médias, notamment le site Web Arrêt sur Images. Les fondateurs de Les Jours ont quitté Libération principalement par désir de démarrer leur propre projet, mais aussi en partie parce qu'un autre nabab des médias, Patrick Drahi, avait pris le contrôle de ce journal. Ce serait donc un demi-tour décevant si leur site suivait maintenant le même chemin.

Mais Roberts dit que les participations de Niel et Pigasse ne portent pas atteinte à l’indépendance de Les Jours, car leurs participations sont faibles – 5,1% et 1,6%, respectivement – et que les deux hommes sont exclus des décisions éditoriales.

Pour souligner l’indépendance qu’offre le modèle de financement de Les Jours, Roberts note que l’absence de publicité a permis au site d’examiner des sujets que d’autres salles de presse pourraient éviter. L’industrie cosmétique, source majeure de revenus publicitaires pour la presse française, fait partie de ces objectifs.

Bien que les personnalités de Niel et de Pigasse ne soient pas autorisées à participer au processus éditorial, les lecteurs sont encouragés à participer en suggérant des idées d’article lors d’une réunion éditoriale annuelle. Une récente obsession sur le déclin des populations d’abeilles, par exemple, est venue des lecteurs.

Pour développer ces efforts, Polloni a récemment été chargé de l’engagement des lecteurs. Le site n'a jamais permis de faire de commentaires, en partie par crainte des trolls et en partie pour préserver son esthétique, mais M. Polloni a expliqué que cette décision avait créé une trop grande distance entre Les Jours et ses abonnés. Elle étudie des moyens de combler cet écart. La participation occasionnelle à des réunions de rédaction en est une; tenir des conférences en est un autre. Les Jours vient de lancer une série de conférences dans un bar près de ses bureaux, au cours desquelles les lecteurs peuvent discuter de certaines obsessions avec les journalistes qui les ont créées.

Bien qu’il s’agisse d’un petit point de vente, Les Jours s’étend dans de nouveaux domaines d’activité. Le site a passé un accord avec l'éditeur de livres français Seuil, ce qui lui donne les premières informations sur toute adaptation de livre de leurs obsessions. Sept d’entre eux ont déjà été transformés en livres, vendus à 80 000 exemplaires et donnant une seconde vie au journalisme de Les Jours avec un lectorat plus large.

"Ce ne sont ni des médias de masse, ni des médias de niche", note Schmelk. "Les Jours occupe une position unique dans le paysage médiatique français."

Les Jours a également produit des podcasts – originaux et des adaptations d’obsessions existantes – et a collaboré avec un magazine imprimé, La Revue Dessinée, sur des versions illustrées de ses enquêtes. Il est actuellement en pourparlers avec des sociétés de production télévisuelle sur des adaptations de documentaires.

«L’idée est vraiment de devenir un producteur polyvalent d’histoires vraies», a déclaré Roberts, soulignant que Les Jours est ouvert à n’importe quel format, dans la mesure où il est fidèle à la vision originale du site de journalisme d’investigation de longue durée.

Le site espère maintenant élargir son équipe éditoriale pour y inclure des journalistes ayant des compétences dans ces nouveaux domaines de la narration.

Pourtant, malgré ces succès, Les Jours a connu des moments difficiles: un de ses journalistes, Olivier Bertrand, a été brièvement détenu en 2016, puis expulsé de Turquie, où il se trouvait; Polloni a appris en 2017 que les services de renseignements militaires français avaient collecté illégalement des informations à son sujet (elle ne sait toujours pas pourquoi); et le groupe pharmaceutique Merck ont ​​menacé de poursuivre Les Jours dans le cadre de son enquête menée en 2018 sur l’un de ses médicaments.

Mais Roberts réfléchit sur ces revers avec sérénité, affirmant qu’ils font partie intégrante du métier de journaliste d’investigation. Elle n’a aucun regret de ne pas avoir quitté son rôle précédent de journaliste à Libération en 2015 et se dit ravie d’explorer les possibilités qui s’offrent à Les Jours.

«Nous voulons vraiment être un laboratoire pour les nouvelles idées et expérimenter de plus en plus, au fil des ans», a déclaré Roberts. Quoi qu'il en soit, il est peu probable que Les Jours s'épuisent. «Nous ne sommes pas ceux qui annoncent la nouvelle», dit-elle. "En fin de compte, le meilleur scénariste est la réalité."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *