Le président d'un club de football lié à une enquête sur la corruption en France

Le président d'un club de football lié à une enquête sur la corruption en France
DOSSIER - Sur cette photo d'archive du 17 mai 2013, le président du club de football du Paris Saint-Germain, Nasser Al-Khelaifi, arrive pour s'entretenir avec les médias lors d'une conférence de presse au stade du Parc des Princes à Paris. Un responsable judiciaire français a déclaré qu'Al-Khelaifi avait été placé sous enquête pour corruption présumée.

DOSSIER – Sur cette photo d'archive du 17 mai 2013, le président du club de football du Paris Saint-Germain, Nasser Al-Khelaifi, arrive pour s'entretenir avec les médias lors d'une conférence de presse au stade du Parc des Princes à Paris. Un responsable judiciaire français a déclaré qu'Al-Khelaifi avait été placé sous enquête pour corruption présumée.

AP Photo

GENÈVE

Le président du champion de France de football, Paris Saint-Germain, est le dernier responsable sportif impliqué dans une vaste enquête de corruption qui se poursuit depuis cinq ans.

Les procureurs français ont accusé Nasser al-Khelaifi – qui dirige le PSG appartenant au Qatar, est président de la chaîne de télévision qIN appartenant au Qatar, et siège au comité exécutif de l'UEFA – dans le cadre de "corruption active". Ils l'ont associé jeudi à des paiements censés aider Doha à obtenir les droits d'organisation des championnats du monde d'athlétisme.

L'IAAF, l'instance dirigeante de la piste basée à Monaco, est au cœur des allégations de corruption, d'extorsion de fonds et de dopage systématique.

L'affaire plus large a conduit à exposer le dopage russe soutenu par l'État aux Jeux olympiques de 2014 à Sochi.

Les suspicions d'achat de voix dans les compétitions d'accueil des Jeux olympiques font également partie des enquêtes en cours.

Voici un aperçu de la portée des enquêtes françaises:

L'affaire source

La coureuse russe Liliya Shobukhova a remporté trois marathons consécutifs à Chicago de 2009 à 2011, ainsi qu'à Londres.

Elle a versé une somme d'argent aux officiels de l'athlétisme pour s'assurer que son dopage reste caché.

En 2014, quand elle a finalement été interdite, elle est devenue lanceuse d'alerte. Le réseau allemand ARD a affirmé dans un programme phare sur le dopage en Russie que Shobukhova avait reçu un remboursement de 300 000 euros (336 000 dollars) pour le fait qu'elle soit exposée.

Le paiement provenait d'un compte de Singapour appelé Black Tidings lié à Papa Massata Diack. Son père, Lamine Diack, a été président de l'IAAF pendant 16 ans et l'un des membres africains les plus influents du Comité international olympique.

Après l’émission en Allemagne, l’Agence mondiale antidopage a créé une équipe d’enquête chargée de vérifier les allégations.

LE PREMIER RAPPORT DE DOPAGE

En novembre 2015, un premier rapport dévastateur de l'équipe de l'AMA a détaillé le dopage orchestré dans l'athlétisme russe et la complicité de l'IAAF.

Valentin Balakhnichev, trésorier de l'IAAF et président de la Fédération russe d'athlétisme, a été accusé d'avoir extorqué des athlètes sous la menace d'une interdiction de dopage.

La Russie avait "saboté" les Jeux olympiques de Londres 2012 en envoyant des athlètes qui auraient dû être interdits, a écrit l'équipe d'enquête, composée du professeur de droit canadien Richard McLaren.

La réputation de Lamine Diack a été brisée plusieurs mois après sa retraite. Le CIO a mis fin à son statut de membre honoraire.

Les procureurs français ont ouvert une enquête formelle contre Diack pour corruption et blanchiment d’argent. Le Sénégalais de 85 ans est en résidence surveillée et a été mis en accusation cette semaine.

Le rapport de l'AMA a révélé le rôle clé joué par Grigori Rodchenkov, directeur des laboratoires de tests de dépistage à Moscou et à Sotchi.

LE SCIENTIFIQUE RUSSE

Les choix de vie de Rodchenkov au fur et à mesure de l'approfondissement du scandale ont été filmés pour le documentaire Icarus, lauréat d'un Oscar.

Craignant pour sa vie en Russie, Rodchenkov s'est enfui aux États-Unis et est entré dans un programme de protection des témoins.

En mai 2016, il a fait des déclarations explosives au New York Times concernant un plan soutenu par le gouvernement russe pour que les athlètes utilisant des stéroïdes pour gagner des médailles olympiques à Sochi. Les échantillons contaminés ont été échangés dans le laboratoire de Rodchenkov pour obtenir de l'urine propre pré-stockée.

L'AMA a ordonné à McLaren de mener une deuxième enquête. Ses conclusions provisoires ont conduit la Russie à envoyer une équipe d'athlétisme d'un seul sauteur aux Jeux olympiques de Rio.

Après la publication de l'intégralité du rapport McLaren, le CIO a laissé les athlètes russes concourir aux Jeux olympiques de Pyeongchang en 2018 uniquement après un examen approfondi.

VOTE OLYMPIQUE?

Frank Fredericks était parmi les hommes les plus rapides du monde dans les années 1990. La Namibienne a remporté les médailles d'argent aux 100 et 200 mètres consécutifs.

En octobre 2009, il était membre du CIO lorsque Rio de Janeiro a été élu hôte des Jeux olympiques de 2016. La candidature de Chicago, avec le lobbying de dernière minute du président Barack Obama et d'Oprah Winfrey au Danemark, a été éliminée au premier tour.

Ce jour-là, Fredericks a reçu un paiement de 300 000 dollars, qui aurait été envoyé par un homme d'affaires brésilien via Papa Massata Diack. Fredericks a été inculpé en novembre 2017 par des procureurs français soupçonnant un complot d'achat de voix.

Le responsable de l'organisation des Jeux olympiques de Rio, Carlos Nuzman, a été arrêté par les autorités brésiliennes qui travaillaient sur l'affaire des Français.

"Les Jeux Olympiques ont été utilisés comme un grand trampoline pour les actes de corruption", a déclaré la procureure fédérale Fabiana Schneider.

OLYMPIQUE DE TOKYO 2020

Tokyo a également perdu face à Rio en 2009, puis quatre ans plus tard, il a remporté le concours de candidature aux Jeux d'été de 2020.

Maintenant, Tokyo est ternie par association avec la famille Diack. En janvier, les procureurs français ont lancé une accusation de corruption préliminaire contre le plus haut responsable olympique japonais, Tsunekazu Takeda.

Takeda a reconnu avoir approuvé le versement de 2 millions de dollars de la candidature à Black Tidings avant le vote olympique de 2020. Il a nié tout acte répréhensible, mais a démissionné et a perdu son statut de membre du CIO.

Le rôle du géant japonais du marketing Dentsu a été remis en question. Avant de prendre sa retraite, Lamine Diack a prolongé le partenariat commercial de longue date entre l'IAAF et Dentsu jusqu'en 2029.

QATAR'S POINT MAN

La suite de la victoire du Qatar en 2010 sur la Coupe du monde de football 2022 du football a été un investissement plus important dans le sport.

Bientôt, la richesse de cet émirat riche en gaz a acheté le Paris Saint-Germain, afin de concourir pour des titres européens et davantage de droits de diffusion par le biais de la branche sportive d’Al Jazeera, rebaptisée beIN.

Nasser al-Khelaifi, un ancien professionnel de tennis, a couru les deux à Paris.

Jeudi, les procureurs de Paris ont confirmé qu'Al-Khelaifi – avec le directeur général de beIN à Paris – avait fait l'objet d'une enquête sur des paiements suspects d'un fonds d'investissement qatari en 2011. Ils totalisaient 3,5 millions de dollars avant que le vote de l'IAAF ne désigne son hôte pour les championnats du monde 2017. Londres a battu Doha, mais l'édition 2019 s'est ensuite rendue dans la capitale du Qatar.

L'avocat d'Al-Khelaifi a déclaré que l'argent était légitimement destiné aux droits commerciaux, et la plupart ont été transférés à Dentsu et à l'IAAF.

L'argent est passé par une agence fondée par Papa Massata Diack. Il se trouverait au Sénégal, où il aurait fait l'objet d'une ordonnance d'Interpol, sans coopérer avec les autorités françaises.

Le CIO a déclaré qu'il offrait toute l'aide dont les autorités françaises ont besoin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *