Le norvégien Adevinta affirme que la nouvelle taxe numérique française pourrait peser sur les résultats | Nouvelles

Par Gwladys Fouche

OSLO (Reuters) – Le groupe de publicité en ligne Adevinta a déclaré que la taxe numérique nouvellement introduite en France manquait de clarté, mais qu'elle aurait un impact négatif sur les résultats de la société norvégienne, dont les résultats du deuxième trimestre correspondent à peu près aux attentes.

Le Sénat français a approuvé jeudi une taxe sur les grandes entreprises technologiques.

La taxe de 3% s’appliquerait aux revenus numériques tirés des services numériques réalisés en France par les entreprises dont le chiffre d’affaires français dépasse les 25 millions d’euros et 750 millions d’euros dans le monde. Il devrait entrer en vigueur rétroactivement à partir du début de 2019.

Leboncoin.fr, propriétaire de la première plate-forme en ligne pour acheteurs et vendeurs en France, Adevinta, a déclaré que la taxe semblait viser injustement les entreprises qui paient déjà des impôts en France.

"C'est un paradoxe. Cette taxe est destinée aux grandes entreprises internationales qui ne paient pas d'impôts", a déclaré à Reuters, Rolv Erik Ryssdal, PDG d'Adevinta.

"Nous payons déjà des impôts en France, c'est une double imposition. Je ne pense pas que ce soit l'intention."

Dans son rapport sur le deuxième trimestre publié lundi, Adevinta n'a pas précisé dans quelle mesure la taxe pourrait toucher son bénéfice net.

"A ce stade, il n'est pas possible de faire une estimation fiable de l'impact en raison de la complexité de l'application du libellé du projet de loi aux activités du groupe", indique le rapport.

Le cabinet cherchait à obtenir des éclaircissements de la part des autorités fiscales françaises sur les détails de la nouvelle loi, notamment sur le type de revenus à comptabiliser et sur le seuil de paiement de la taxe.

"Nous espérons que cela se produira au troisième trimestre", a déclaré Ryssdal.

Le bénéfice avant intérêts, impôts et amortissements (EBITDA) du deuxième trimestre a augmenté de 20% à 50 millions d’euros, hors coentreprises et activités associées, ce qui correspond à peu près aux 49 millions d’euros attendus par quatre analystes dans un sondage Refinitiv.

Adevinta a acheté ces deux entreprises en ligne en France, Locasun et PayCar, au cours des derniers mois, afin de renforcer l’offre de son leboncoin.fr. Des acquisitions supplémentaires étaient attendues en France, ainsi que sur d'autres marchés clés, en Espagne et en Italie, a déclaré Ryssdal.

"Je ne pense pas que nous ayons fini. Nous voulons continuer à nous développer en France", a déclaré Ryssdal. "En France, en Espagne et en Italie, nous rechercherons plus d'opportunités."

(Reportage par Gwladys Fouche et Victoria Klesty; édité par Sherry Jacob-Phillips et Edmund Blair)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *