Le constructeur français Eiffage en négociations pour l’achat de l’aéroport Toulouse-Blagnac, créant ainsi un bel ouvrage pour l’investissement tumultueux du propriétaire chinois

Le constructeur français Eiffage en négociations pour l’achat de l’aéroport Toulouse-Blagnac, créant ainsi un bel ouvrage pour l’investissement tumultueux du propriétaire chinois

Eiffage SA, troisième constructeur de génie civil en France et sous-traitant du tunnel sous la Manche, a annoncé l'ouverture de négociations exclusives en vue de l'acquisition de 49,99% de l'aéroport de Toulouse-Blagnac, retirant ainsi la part de son propriétaire chinois tentative tumultueuse de privatiser le cinquième plus grand aérodrome du pays.

La participation a été mise en vente par Casil Europe, une filiale de China Airport Synergy Investment Limited (Casil), qui est à son tour une initiative entre le Shandong Hi-Speed ​​Group et le Friedman Pacific Asset Management de l’entrepreneur de Hong Kong Mike Poon Ho-man.

<p class = "toile-atome toile-texte Mb (1.0em) Mb (0) – sm Mt (0.8em) – sm" type = "text" content = "Casil payé 308 millions (US $ 345 millions /) en 2014 pour la plus grande participation de l'aérodrome d'Airbus dans sa ville d'origine. "Data-reactid =" 33 "> Casil a payé 308 millions (US $ 345 millions /) en 2014 pour la plus grande participation de l’aérodrome d’Airbus dans sa ville natale.

<p class = "toile-atome toile-texte Mb (1.0em) Mb (0) – sm Mt (0.8em) – sm" type = "text" content = "Les discussions exclusives pourraient être une fin de livre pour un tumultueux Cinq ans de propriété de Casil, qui n'avait pas pu «accéder» aux actionnaires restants de l'aéroport pour développer et développer conjointement Toulous-Blagnac, média français Le Figaro citant le ministère français de l’Economie en expliquant que les propriétaires de la participation «se désengageaient» avec leur actionnaire chinois. "data-reactid =" 34 "> Les pourparlers exclusifs pourraient être une fin en cinq ans de propriété tumultueuse de Casil, qui avait l'accès aux actionnaires restants de l'aéroport pour développer et développer conjointement Toulous-Blagnac, média français Le Figaro citant le ministère de l’Economie française en expliquant que les propriétaires de la participation étaient en train de se «désengager» avec leur actionnaire chinois.

«L’infrastructure liée à l’aviation est un bon investissement pour des rendements stables à long terme. Mais l'horizon temporel des investissements dans les infrastructures est plus long que les autres actifs, plus de 25 ans en moyenne », a déclaré David Yu, professeur de finance à l'Université de New York à Shanghai. "Il y a beaucoup d'incertitudes dans les acquisitions dans l'UE, en particulier avec des problèmes qui couvent, y compris" la sortie de la Grande-Bretagne de la région ".

L’investissement lui-même – salué plus tôt comme un exemple réussi de privatisation d’actifs publics par le gouvernement de François Hollande – a été entravé par des disputes juridiques.

L'État français n'a pas suivi les procédures nécessaires, l'offre de Casil ayant été initialement faite aux côtés de SNC Lavalin, mais le contrat final n'incluait pas le groupe canadien, a annoncé la Cour administrative d'appel de Paris le 16 avril. Le gouvernement français, désormais dirigé Emmanuel Macron, a interjeté appel du jugement rendu à Paris, le verdict étant en instance.

"Cela crée beaucoup d'incertitude autour de l'actif et de la transaction", a déclaré Yu. «Étant donné que la validité de la propriété est en question, cela affectera le prix des transactions en raison de la question du risque de clôture. Les poursuites en cours peuvent avoir des conséquences extrêmes extrêmes. "

<p class = "toile-atome toile-texte Mb (1.0em) Mb (0) – sm Mt (0.8em) – sm" type = "text" content = "Casil Europe s'est dit" très surpris par la Décision d'avril "par le tribunal de Paris, dans une déclaration envoyée par courrier électronique à Matin du sud de la Chine. «Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour soutenir la contestation par l’État contre la décision de la cour." Data-reactid = "71"> Casil Europe s’est déclaré "très surpris de la décision prise en avril" par la cour de Paris, dans un communiqué envoyé par courrier électronique à Matin du sud de la Chine. "Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour soutenir la contestation par l'État de la décision du tribunal."

Toulouse-Blagnac est le cinquième plus grand aérodrome de France après Charles de Gaulle à Paris. L'année dernière, il a accueilli 9,6 millions de passagers, soit 28% de plus qu'en 2014, en reliant 74 liaisons aériennes principalement en Europe et en Afrique du Nord.

Situé à moins de 7 kilomètres de la base d’Airbus à Toulouse, l’aérodrome a été le site d’essais pour la plupart des nouveaux appareils du constructeur. Lorsque l’avion à deux étages de l’Airbus A380 a effectué son vol inaugural en avril 2005, il l’a fait à Toulouse-Blagnac.

ATR, le constructeur franco-italien d’avions civils à hélices, a son siège sur le terrain de l’aéroport.

<p class = "toile-atome toile-texte Mb (1.0em) Mb (0) – sm Mt (0.8em) – sm" type = "text" content = "Les recettes à Toulouse-Blagnac ont augmenté de près de 22% cent à 147 millions l'an dernier, de 120,6 millions lors de son acquisition par Casil en 2014. Le bénéfice avant intérêts, impôts et amortissements (Ebitda) a augmenté pour s'établir à 51,9 millions de 41,4 millions en 2014. "data-reactid =" 91 "> Le chiffre d'affaires de Toulouse-Blagnac a augmenté de près de 22% à 147 millions l'an dernier, de 120,6 millions lors de son acquisition par Casil en 2014. Le bénéfice avant intérêts, impôts et amortissements (Ebitda) a augmenté pour s'établir à 51,9 millions de 41,4 millions en 2014.

Avant la privatisation de Toulouse-Blagnac, le gouvernement français possédait 60% du terrain d'aviation. Après avoir vendu la plus grande part à Casil, l'État français a conservé le contrôle par l'intermédiaire d'autorités locales telles que la chambre de commerce et d'industrie de Toulouse, avec une participation de 25%.

<p class = "toile-atome toile-texte Mb (1.0em) Mb (0) – sm Mt (0.8em) – sm" type = "text" content = "Infographie: Comment One Belt, One Road facilitera l’accès des pays voisins en développement à des produits fabriqués en Chine"data-reactid =" 97 ">Infographie: Comment One Belt, One Road facilitera l’accès des pays voisins en développement à des produits fabriqués en Chine

"Cette transaction potentielle marquerait le début d'un nouveau chapitre" dans l'histoire de Toulouse-Blagnac, a déclaré Casil Europe. «L’engagement résolu de Casil Europe sur la période, ainsi que [the airport’s] gestion, a entraîné une augmentation du trafic de près de 30%, 42 destinations supplémentaires pour les passagers et un aéroport nettement amélioré, rendant [Toulouse-Blagnac] troisième aéroport régional de France ».

Casil, créé en 2014, a adopté très tôt le projet de ceinture et de route du gouvernement chinois, dans le but d’exploiter le tourisme émetteur chinois vers ces pays. Outre Toulouse-Blagnac, Casil détient et exploite également l’aéroport de Tirana, capitale albanaise, dans le cadre d’un partenariat avec China Everbright.

Poon, analyste financier agréé de l'Université de Hong Kong et de l'Université Tsinghua, est également fondateur et directeur général du groupe China Aircraft Leasing (CALC), coté à la Bourse de Hong Kong depuis 2014. Casil et China Aircraft Leasing sont non apparentés, à l'exception de par Poon en tant qu’actionnaire ordinaire.

<p class = "toile-atome toile-texte Mb (1.0em) Mb (0) – sm Mt (0.8em) – sm" type = "text" content = "L'enchère gagnante de Casil en 2014 était 17% plus élevée que son rival le plus proche. La société a investi A la fin de l’année dernière, l’aéroport comptait 84,1 millions d’euros, soit près d’un tiers de plus que ses 63,9 millions d’euros au moment où elle a remporté son offre, a déclaré Poon dans un entretien avec le Poster en mars. "data-reactid =" 101 "> L'offre retenue par Casil en 2014 était supérieure de 17% à celle de son plus proche rival. La société a investi A la fin de l’année dernière, l’aéroport comptait 84,1 millions d’euros, soit près d’un tiers de plus que ses 63,9 millions d’euros au moment où elle a remporté son offre, a déclaré Poon dans un entretien avec le Poster en mars.

Néanmoins, la société chinoise est "optimiste quant aux perspectives d’investissement en France et en Europe", compte tenu de la vigueur des fondamentaux et de la stabilité économique au cours des années, ainsi que de la situation monétaire à faible taux d’intérêt. ”Avec ses co-actionnaires.

«Nous avons constaté une augmentation constante de la valorisation des infrastructures aéroportuaires dans la région au cours des deux dernières années», a-t-il déclaré. "Par conséquent, nous favorisons les infrastructures, en particulier celles liées à l'aviation."

<p class = "toile-atome toile-texte Mb (1.0em) Mb (0) – sm Mt (0.8em) – sm" type = "text" content = "Plus de South China Morning Post:"data-reactid =" 120 ">Plus de South China Morning Post:

<p class = "toile-atome toile-texte Mb (1.0em) Mb (0) – sm Mt (0.8em) – sm" type = "text" content = "Cet article Le constructeur français Eiffage en négociations pour l’achat de l’aéroport Toulouse-Blagnac, créant ainsi un bel ouvrage pour l’investissement tumultueux du propriétaire chinois d'abord apparu sur Matin du sud de la Chine"data-reactid =" 124 "> Cet article Le constructeur français Eiffage discute de l’achat de l’aéroport de Toulouse-Blagnac, créant ainsi un portefeuille pour l’investissement tumultueux du propriétaire chinois paru dans le South China Morning Post

<p class = "canvas-atom canvas-text Mb (1.0em) Mb (0) – sm Mt (0.8em) – sm" type = "text" content = "Pour les dernières nouvelles de la Matin du sud de la Chine télécharger notre application mobile. Copyright 2019. "data-reactid =" 125 "> Pour les dernières nouvelles du South China Morning Post, téléchargez notre application mobile. Copyright 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *