La taxe numérique en France pourrait déclencher une guerre commerciale avec les États-Unis

La taxe numérique en France pourrait déclencher une guerre commerciale avec les États-Unis

Président français Emmanuel

Macron. (LIONEL BONAVENTURE / AFP / Getty Images)

Le 11 juillet, le Sénat français a adopté une taxe de 3% sur les services numériques pour les entreprises de technologie qui génèrent un chiffre d'affaires supérieur à 25 millions d'euros en France et à plus de 750 millions d'euros dans le monde, affectant des entreprises basées aux États-Unis telles que Facebook et Amazon Reuters. L'administration Trump enquête sur la taxe et craint qu'elle ne provoque des restrictions commerciales.

Le président français, Emmanuel Macron, devrait promulguer la loi d'ici une semaine. La taxe s'appliquera rétroactivement à compter du 1er janvier 2019 et visera les revenus publicitaires en ligne des entreprises. Les politiciens français ont fait pression sur l'impôt après que les pays de l'UE n'aient pas réussi à se mettre d'accord sur un prélèvement uniforme à travers le bloc européen.

Selon le ministre français de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, de l'agence Reuters, "la France est un pays souverain, ses décisions en matière fiscale sont souveraines et continueront de l'être". Selon le gouvernement français, la taxe ne vise pas uniquement les entreprises américaines. mais affectera également les entreprises européennes et asiatiques.

La tour eiffel à paris, france. (ZAKARIA ABDELKAFI / AFP / Getty Images)

L'UE calcule que la croissance des revenus des sociétés numériques est quatre fois supérieure à celle des autres sociétés multinationales. Parce que les géants de la technologie ont une présence physique relativement faible en Europe, ils bénéficient des systèmes fiscaux actuels, qui taxent les sociétés en fonction du lieu où leurs opérations sont situées physiquement et non du lieu où leurs ventes sont générées. Les dirigeants européens veulent taxer ces entreprises en fonction du lieu où se trouvent leurs utilisateurs, a déclaré le New York Times.

L’impôt numérique de 3% devrait générer au moins 563 millions de dollars de recettes pour le gouvernement français, a annoncé le New York Times.

Dans une déclaration du 10 juillet, le bureau du représentant américain du commerce a annoncé qu’il avait ouvert une enquête sur la taxe sur les services numériques (DST) en France.

«Les États-Unis sont très préoccupés par le fait que la taxe sur les services numériques, qui devrait être adoptée par le Sénat français demain, vise injustement les entreprises américaines», a déclaré Robert Lighthizer, représentant américain du commerce extérieur. "Le président a ordonné que nous examinions les effets de cette législation et déterminions si elle est discriminatoire ou déraisonnable et constitue une charge ou une restriction du commerce aux États-Unis."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *