La police française arrête un suspect après l'explosion à Lyon

La police française arrête un suspect après l'explosion à Lyon

LYON: La semaine dernière, la police française a arrêté un suspect qui a blessé 13 personnes au centre de Lyon, dans le sud-est du pays, a annoncé lundi le ministre américain de l'Intérieur, Christophe Castaner, lundi 27 mai.

La police recherchait un homme vus à bicyclette près du lieu de l'explosion et qui portait un t-shirt vert, un bermuda et un sac à dos noir.

"Un suspect a été arrêté", a écrit Castaner sur Twitter.

Le parquet de Paris, qui est compétent pour les enquêtes terroristes en France, a confirmé que cet homme, âgé de 24 ans et arrêté à Lyon, était le suspect du kamikaze.

Il était la cible d’une vaste chasse à l’homme depuis vendredi soir. Un engin explosif rempli de vis et de roulements à billes avait été placé devant une boulangerie près du coin de deux rues piétonnes surpeuplées du centre historique de Lyon.

La police a diffusé des photos du suspect sur Twitter, donnant lieu à "plusieurs douzaines" d'appels de personnes informées.

Des sources proches de l'enquête ont suspecté l'explosif comme étant du peroxyde d'acétone, ou APEX, un composé volatil utilisé dans les attaques meurtrières de Paris le 13 novembre 2015.

Les enquêteurs ont récupéré des petites vis, des roulements à billes et des piles ainsi qu'un circuit imprimé et un dispositif de déclenchement télécommandé. Les fonctionnaires ont plus tard déclaré que l'accusation était relativement faible.

Treize personnes ont été blessées dans l'explosion – huit femmes, quatre hommes et une fillette de 10 ans – dont 11 nécessitaient une hospitalisation.

Aucune de leurs blessures ne serait mortelle, mais les autorités ont indiqué que certaines interventions chirurgicales étaient nécessaires pour enlever les éclats d'obus.

La France est en alerte maximum à la suite d'une vague d'attentats terroristes meurtriers depuis 2015, qui ont tué plus de 250 personnes.

Le groupe État islamique a été à l'origine de nombreuses attaques, mais personne n'a revendiqué la responsabilité de l'explosion de Lyon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *