La liaison lyonnaise pourrait mener la France loin à la Coupe du Monde Féminine

La liaison lyonnaise pourrait mener la France loin à la Coupe du Monde Féminine
La Française Eugène Le Sommer célèbre le premier but de son équipe lors du match de football du Groupe A entre la France et la Corée du Sud dans la Coupe du Monde Féminine, au Parc des Princes à Paris, le vendredi 7 juin 2019.

La Française Eugène Le Sommer célèbre le premier but de son équipe lors du match de football du Groupe A entre la France et la Corée du Sud dans la Coupe du Monde Féminine, au Parc des Princes à Paris, le vendredi 7 juin 2019.

AP Photo

PARIS

La forme galopante de Lyon en Ligue des champions s'est immédiatement propagée au premier match de la Coupe du Monde Féminine en France.

La victoire 4-0 de vendredi à domicile contre la Corée du Sud a vu les chemises bleues de la France se déchaîner, comme beaucoup d'entre eux l'avaient fait le mois dernier lorsque Lyon a écrasé 4-1 Barcelone pour remporter la Ligue des champions pour la quatrième année consécutive et la sixième des huit dernières .

La formation française comptait sept joueurs lyonnais et l’entraîneur Reynald Pedros en a profité à fond au Parc des Princes.

Enchanté par ce qu'il a vu, mais probablement pas surpris.

Ce n’était pas seulement les deux brillants buts de l’imposant demi-centre Wendie Renard, mais également la finition élégante de la prolifique attaquante Eugénie Le Sommer; ajouté à la verve infectieuse et à la volonté implacable du puissant milieu de terrain Amandine Henry.

Les leaders lyonnais ouvrent la voie aux Bleues.

"C'est ce que nous essayons de faire: transmettre la confiance que nous avons acquise en Ligue des champions", a déclaré Le Sommer. "Les joueurs de Lyon ont été décisifs, mais c'est un effort d'équipe."

Pas étonnant que la France soit confiante de remporter sa première victoire en Coupe du monde, 21 ans après sa première victoire en tant qu'hôte chez les hommes.

La grève précoce de Le Sommer et le dernier but de Henry ont montré la profonde compréhension construite par des années de succès à Lyon, en Europe et au niveau national avec 13 titres français consécutifs étonnants depuis 2007.

Le Sommer est revenu au poteau arrière pour retrouver l'excellent centre de Henry qui se chevauchait dès la neuvième minute.

Puis, à la 85e, elle était encore une fois, utilisant sa force pour repousser deux défenseurs, permettant ainsi à Henry de se relever et de marquer un superbe but dans le poteau droit, juste à l'extérieur de la surface de réparation.

Le Sommer a 75 buts internationaux – 10 de plus que la superstar Lionel Messi.

"Oui, c'est pas mal," dit-elle en riant. "Mais je ne veux pas m'arrêter là."

Elle a le don étonnant de chronométrer.

"Il s'agit de sentir où la balle va finir et ça a fonctionné", a déclaré Le Sommer. "Je devais me mettre dans la bonne position. Amandine connaît bien mes capacités et a peut-être su où j'allais être."

Ce travail d'équipe lyonnais à nouveau chirurgicalement précis.

Et puis il y a Renard, imparable sur les morceaux arrêtés.

Utilisant son cadre de 6 pieds 2 pouces pour rentrer puissamment à la maison deux fois dans les coins, elle a porté son total à 22 buts – son deuxième en-tête assisté par son coéquipier lyonnais Amel Majri.

Remarquable Renard.

Elle a également inscrit un autre but en première mi-temps, tête en travers de la surface, et après avoir passé au peigne fin Henry, rien de moins. Mais les efforts de Griedge Mbock Bathy étaient hors-jeu suite à une critique vidéo.

En fait, le seul but des joueurs lyonnais n'était pas Gaëtane Thiney qui marquait le premier but de Renard après 35 minutes.

Thiney joue pour le Paris FC, son rival, en première division, mais peut difficilement ignorer l’impact des joueurs lyonnais.

"Bien sûr, ils représentent un atout considérable", a-t-elle déclaré. "Les joueurs qui remportent des trophées après les trophées nous les transmettent."

L'attaquant de Montpellier, Valérie Gauvin, est d'accord.

"Ce sont tous des leaders", a-t-elle dit. "Ils apportent leur expérience des grandes compétitions et nous suivons leur exemple."

UN APPEL DIFFICILE

L’entraîneure Corinne Diacre a laissé tomber Gauvin, semble-t-il, en raison d’un manque de temps dans la préparation du match.

Bien que Diacre ait insisté sur le fait qu'il s'agissait "simplement d'une décision tactique de ma part", sans rapport avec les problèmes de retard, Gauvin a déclaré que c'était le cas.

"Chronométrage. Pas de formation en soi, mais de chronométrage", a déclaré Gauvin aux journalistes. "C'est de ma faute."

Gauvin est entré en jeu en seconde période et a été amèrement déçu de ne pas commencer.

"Oui, je ne le cacherai pas. Mais c'est ainsi que ça se passe, je l'accepterai", dit-elle. "Je vais apprendre la leçon."

Elle veut retrouver sa place pour le match à domicile de mercredi prochain contre le rival du groupe A, la Norvège, à Nice.

"La compétition est longue et nous allons avoir besoin de tout le monde", a déclaré Gauvin. "J'étais derrière l'équipe et je suis heureux pour ceux qui ont joué."

MARGE D'AMÉLIORATION?

La Coupe du Monde de France a commencé parfaitement.

Ou l'a-t-il fait?

"Nous avons des choses à améliorer", a déclaré Thiney. "Nous aurions pu jouer un peu plus au milieu et avec plus de variété."

Au moins, la Norvège a été prévenue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *