La leçon des ruines de Notre Dame: ne comptez pas sur les milliardaires | Aditya Chakrabortty | Opinion

YVous vous souvenez de l'histoire, bien sûr que vous faites. L'un des bâtiments les plus anciens et les plus sacrés sur Terre, la cathédrale Notre-Dame de Paris, est en flammes. Alors que les images de l'enfer sont diffusées à travers le monde, les adjectifs pleuvent: c'est atroce, désastreux, diabolique.

À peine l'incendie est-il éteint avant que certaines des personnes les plus riches de France ne s'empressent d'aider à le reconstruire. François-Henri Pinault, ultime propriétaire de Gucci, cède 100 M € (90 M £). Pour ne pas être en reste, la famille Arnault de Louis Vuitton a mobilisé 200 M €. De plus en plus de riches rejoignent les enchères, comme si un Damien Hirst se retrouvait sous le marteau. En trois jours à peine, la classe des milliardaires français a craché près de 600 millions d’euros. Ou alors leurs communiqués de presse indiquent.

La course à la restauration de la cathédrale Notre-Dame a atteint 1 milliard d'euros de dons.

Bernard Arnault: 200 M €L’homme d’affaires milliardaire Arnault a annoncé qu’il ferait don de 200 millions d’euros par l'intermédiaire de son groupe d'articles de luxe LVMH quelques heures à peine après l'annonce de la contribution de son rival François Pinault.

François-Henri Pinault: 100 M €
Pinault, le mari de l'actrice Salma Hayek, a été le premier à annoncer un don important de 100 millions d'euros via sa société Artemis.

L'Oréal: 200 M €
Le groupe de cosmétiques, ainsi que la famille Bettencourt Meyers, propriétaire de la société et la fondation Bettencourt Schueller, donneront un total de 200 millions d'euros.

Total: 100 M €
La grande entreprise pétrolière et gazière française a engagé 100 millions d'euros.

Ville de Paris: 50 M €
La ville donnera 50 millions d'euros aux efforts de reconstruction, a déclaré la maire Anne Hidalgo.

BNP: 20 M €
Le groupe bancaire a annoncé qu'il ferait un don de 20 millions d'euros.

JCDecaux: 20 millions d'euros
Le groupe français de publicité extérieure, connu pour ses systèmes de location de vélos et son mobilier urbain, apportera 20 millions d'euros.

Axa: 10 M €
L’assureur français a annoncé une contribution de 10 millions d’euros.

Fimalac: 10 millions d'euros
Marc Ladreit de Lacharrière, qui dirige la société d’investissement, donnera 10 millions d’euros.

Les frères Bouygues: 10 M €
Martin Bouygues et son frère Olivier, qui dirige l’une des plus grandes entreprises de construction en France, ont annoncé leur intention de donner 10 millions d’euros.

Société Générale: 10 M €
La banque s'est engagée à verser 10 millions d'euros.

Île de France: 10 M €
La collectivité régionale comprenant la capitale française a fait un don de 10 millions d’euros.

Walt Disney Company: 5 millions de dollars
Le groupe de divertissement américain fera un don de 5 millions de dollars, selon Robert Iger, président-directeur général de Disney.

Auvergne-Rhône-Alpes: 2 M €
Le gouvernement local a déclaré qu'il donnerait 2 millions d'euros.

Capgemini: 1 M €
La société de services informatiques s'est engagée à verser 1 million d'euros.

Comité International Olympique: 0,5 M €
Le CIO a annoncé qu'il donnerait un demi-million d'euros avant les Jeux olympiques de 2024.


Photo: Lionel Bonaventure / AFP

Quelques personnes s'interrogent sur cette manifestation très publique de piété ploutocratique, mais nous sommes bien sûr des mécontents professionnels. Certains des 3 600 personnes qui dorment dans la rue à Paris protestent contre l’argent obtenu pour un nouveau toit de cathédrale mais pas un centime pour un toit. Mais que savent encore les pauvres du sublime? De tous les autres sièges, les applaudissements sont assourdissants. «Les milliardaires peuvent parfois s'avérer très utiles», remarque l'éditeur de Moneyweek. «Tout le monde est à notre chevet», a déclaré Stéphane Bern, une star de la télévision française. Le président français Emmanuel Macron a déclaré que le chef-d'œuvre gothique serait reconstruit d'ici cinq ans. Les premières pages sont marquées, les heures de studio sont remplies, le monde avance. Vous n’avez sûrement pas entendu le reste de l’histoire – mais vous devriez le faire, car elle a un tour de force.

Les semaines passent, puis les mois, et Notre Dame ne voit rien des milliardaires. Les promesses de la mi-avril semblent avoir été oubliées à la mi-juin. «Les gros donateurs n’ont pas payé. Pas un centime », a déclaré à la presse un haut responsable de la cathédrale. Des sommes beaucoup plus modestes sont envoyées par des personnes beaucoup plus pauvres. «De beaux gestes», déclare un dirigeant d’organisme caritatif, mais à peine les grands prix.

Cela incite à une histoire de fil de presse, après laquelle deux des riches donateurs, les familles Arnault et Pinault, disposent chacun de 10 millions d’euros. Suivi par le silence. Les questions que j'ai posées cette semaine aux divers donateurs et organismes de bienfaisance sont restées en grande partie sans réponse. (Peut-être que leurs bureaux sont occupés ou vidés avant les vacances d'été.)

L'incendie de Notre Dame le 15 avril 2019



L’incendie de Notre-Dame du 15 avril 2019: «Les images de l’enfer défilent dans le monde, des adjectifs déferlent: c’est atroce, désastreux, diabolique».

Mais pour l’instant, appelons cela la parabole des milliardaires disparus – un récit qui va au cœur de tout ce qui ne va pas avec la philanthropie moderne. Qu'il soit dispensé par les Sacklers de la renommée des opioïdes ou sponsorisé par BP au British Museum, il se déroule souvent selon les conditions et la chronologie des riches, la générosité épique cachant un marché beaucoup plus difficile.

Au moment de l’incendie près de la Seine, vous ne pouviez pas bouger pour exprimer votre inquiétude comme un cachemire. Prenez la famille et la fondation derrière L’Oréal, qui à l’époque a déclaré à quel point «ils étaient touchés» par «ce drame qui unit au-delà des cultures et des croyances». [and] entendent participer aux efforts collectifs et aux talents nécessaires pour relever cet immense défi qui touche le cœur de notre pays ». À la mi-juin, ils avaient remis un gros zéro. Il en va de même pour le géant pétrolier Total.

"Il est plus heureux de donner que de recevoir", a déclaré Jésus. Ce à quoi quiconque surveille la débâcle de Notre-Dame pourrait conseiller au fils de Dieu d’avoir un meilleur responsable de marque. Parce que les milliardaires qui ont promis ces sommes énormes ont reçu tout le crédit sans donner plus d’une fraction de l’argent.

Ils ont misé sur la publicité, tout en imaginant des petits caractères qui n’existaient pas au printemps. Célia Vérot, une autre dirigeante caritative, a déclaré: «C’est un don volontaire, alors les entreprises attendent de la vision du gouvernement de voir précisément ce qu’elles veulent financer.» C’est comme si le vaste projet de reconstruction d’un chef-d’œuvre du XIIe siècle petit-déjeuner buffet dans lequel on peut choisir.

Pendant ce temps, les salaires de 150 travailleurs sur le site doivent être payés. Les quelque 300 tonnes de plomb sur le toit de l'église constituent une menace toxique qui doit être nettoyée avant la reconstruction. Et les femmes enceintes et les enfants vivant à proximité subissent des tests sanguins pour détecter une éventuelle intoxication. Mais financer un travail aussi sale, sans glamour et essentiel n’est pas pour les milliardaires du luxe. Comme l’a dit le responsable de Notre-Dame le mois dernier, ils ne veulent pas de leur argent «juste pour payer les salaires des employés». Le paradis se cache! Pas quand on pourrait donner aux générations futures la basilique Gucci ou une boutique de souvenirs Moët Hennessy, pour que vous aussi puissiez profiter du miracle du vin mousseux ou d’une nef de L’Oréal (slogan: Parce que Jésus la vaut bien).

Pour les super-riches, donner c'est vraiment prendre. Prendre le pouvoir, c'est-à-dire du reste de la société. Les milliardaires auront un accès exclusif à la «vision» de la reconstruction d’un monument national et pourront opposer leur veto à ces projets, car s’ils ne l’aiment pas, ils peuvent retenir leur argent. L'argent est toujours le vote le plus puissant, et ils l'ont. Peu importe le fait qu'une grande partie de cet argent provient réellement du public, la loi française accordant un allégement fiscal énorme de 66% sur tout don – le pouvoir est entièrement privé. Le plafond annuel de ces contributions constitue sans doute une raison prudente pour les gros donateurs d’échelonner leur générosité.

Le président français Emmanuel Macron s'engage dans une émission télévisée à reconstruire la cathédrale le lendemain de l'incendie.



Le président français Emmanuel Macron s'engage dans une émission télévisée à reconstruire la cathédrale le lendemain de l'incendie. Photo: Ludovic Marin / AFP / Getty Images

Que ce soit en France, en Grande-Bretagne ou aux États-Unis, les riches donnent de l'argent aux grandes institutions au cœur de nos cultures pour assurer leur statut social sous forme de plaques et d'opportunités de prendre des photos. De la même manière, ils financent nos partis politiques, puis profitent des pots-de-vin lorsqu'ils forment un gouvernement. Comme le souligne Julia Cagé, économiste à SciencesPo à Paris, certaines des personnes qui ont annoncé des dons à Notre Dame faisaient également partie des personnes qui ont financé l’ascension de Macron à la présidence. Dans son récent ouvrage primé, qui sera publié en anglais l’année prochaine sous le titre Le prix de la démocratie, Cagé estime que 600 personnes fortunées en France ont versé entre 3 et 4,5 millions d’euros à la campagne électorale de Macron. En d'autres termes, 2% de tous les donateurs représentaient entre 40% et 60% de tous les financements En Marche. En quelques mois, le nouveau président a réduit les impôts des riches, donnant à ses donateurs les plus riches «un retour sur investissement de près de 60 000%». Tout comme avec Notre Dame – un dépôt minuscule, beaucoup d’influence et un sacré gain.

Peut-être que d'autres et moi-même avons tout faux. Les milliardaires pourraient, avec la plume d'un stylo, payer intégralement l'argent sans conditions. Voyons voir. Mais l’ironie de tout ce gros argent est à quel point il est étranger à l’image que la France a de lui-même. Au milieu de cette décennie, le président de l'époque, François Hollande, pouvait se vanter de ne pas même aimer les riches. Mais à l'époque, le pays pouvait encore se consoler avec le souvenir de les trentes glorieuses: les trois glorieuses décennies d'après-guerre de gestion économique keynésienne et d'égalité relative. Pas plus. Thomas Piketty, entre autres, a récemment rédigé une étude qui indique que depuis l'ère de François Mitterrand dans les années 1980 et 90, il y a eu 30 autres années glorieuses – pour ceux qui se trouvent au sommet, dont les revenus réels ont triplé taux de la majorité de la population.

Les conséquences politiques et culturelles de cette situation nous attendent maintenant.

Macron peut passer de la banque d'investissement à l'Elysée, où il prétend être l'anti-atout, mais, tout comme sa bête noire, il ne peut pas réduire suffisamment les impôts pour aider ses riches amis, tout en réduisant considérablement les avantages sociaux et le financement des écoles. faire tenir son budget. Les dons de bienfaisance ont également été américanisés. Comme me l’a dit Thomas Roulet de l’Université de Cambridge, les gros donateurs de Paris captivent à présent les buveurs de champagne et les colporteurs d’influence de Wall Street.

La tragédie de Notre-Dame s’est accompagnée d’une fin heureuse pour le sac à dos plat: des Français riches se sont plongés dans leurs poches pour sauver une partie du patrimoine mondial. Mais ce qui paraissait jadis tragique a maintenant une apparence grotesque: une poignée de riches, tous communiqués de presse sans contrôle et qui comptent sur des milliers de Français ordinaires pour s'enrichir, alors même que toute l'économie est retournée au profit de ceux qui ont déjà le plus.

Aditya Chakrabortty est une chroniqueuse du Guardian

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *