La Grande-Bretagne et la France vont envoyer des troupes en Syrie … mais les Américains vont payer pour cela, selon un rapport – RT World News

La Grande-Bretagne et la France vont envoyer des troupes en Syrie ... mais les Américains vont payer pour cela, selon un rapport - RT World News

Alors que le président américain Donald Trump a soif de se retirer de la Syrie, un nouveau rapport affirme que la Grande-Bretagne et la France enverront leurs propres forces pour prendre la relève, avec d'autres alliés. Mais l'échange va coûter à Washington.

Entre 1 000 et 2 000 soldats américains sont actuellement stationnés dans le nord-est de la Syrie pour soutenir des combattants kurdes antigouvernementaux. Cependant, alors que les États-Unis cherchent à réduire leur présence en Syrie, le gouvernement Trump s'est tourné vers ses alliés pour prendre le relais. L'Allemagne a repoussé une demande de troupes au sol lundi, citant "bien connu" Politique allemande.

La Grande-Bretagne et la France, d’autre part, sont disposées à répondre à l’appel de Washignton, selon un nouveau rapport de Foreign Policy. Les deux pays ont un nombre limité de forces spéciales sur le terrain en Syrie et s'engageront à augmenter leurs effectifs de 10 à 15% pour permettre aux États-Unis de se retirer.




Aussi sur rt.com
L'Allemagne réprimande l'appel américain à envoyer des troupes au sol en Syrie



Le président Trump n’est pas partisan de la sous-traitance des emplois américains aux étrangers. Pourquoi la Grande-Bretagne et la France doivent-elles faire le sale boulot de l’Amérique? Eh bien, d’une part, cela fera taire les rebelles comme John Bolton.

Trump a annoncé le retrait total des Etats-Unis de la Syrie en décembre, un pays qu’il avait déclaré à l’époque "Sable et mort." Cette démarche a été perçue comme un retour à la plate-forme non interventionniste qu’il a vantée pendant sa campagne électorale, quand il a médité "Pourquoi ne pas laisser ISIS aller combattre Assad puis ramasser les restes?"

Le retrait a suscité les protestations des faucons de la guerre de Washington et a incité le secrétaire à la Défense de l'époque, Jim Mattis, à démissionner. Partisan de longue date du changement de régime en Syrie, le conseiller à la Sécurité nationale, John Bolton, est intervenu pour rassurer les procès affamés par la guerre selon lesquels les forces américaines resteraient en Syrie jusqu'à ce que les dernières micro-poches de l'Etat islamique (IS, anciennement ISIS / ISIL) la défaite et l’influence iranienne dans le pays contiennent deux conditions qui pourraient prendre des mois, voire des années.




Aussi sur rt.com
«Banni en Mongolie»? L’absence de Bolton à la réunion Trump-Kim alimente de nouveau les rumeurs



Quelques jours plus tard, le secrétaire d’État, Mike Pompeo, a entamé une tournée sournoise du Moyen-Orient pour rassurer ses alliés sur le fait que Washington n’avait en fait pas perdu son appétit de destruction et qu’elle engagerait à nouveau une action militaire en Syrie. "Quand l'Amérique se retire, le chaos s'ensuit" Dit Pompeo. "L'Amérique ne se retirera pas avant la fin de la lutte terroriste."

Echanger des troupes américaines contre des troupes étrangères permet à Trump d'apaiser John Bolton et Mike Pompeos dans son cabinet, ainsi qu'aux législateurs pro-intervention des deux partis du Congrès. En même temps, il laisse le président se tourner vers sa base et dire «Vois, j'ai ramené nos garçons à la maison» Quelques mois seulement avant le début de sa campagne de réélection.

Alors, quel est le piège? En termes simples, l'étiquette de prix. La Grande-Bretagne et la France ne fourniront pas assez de troupes pour couvrir complètement le retrait américain. À cette fin, des troupes supplémentaires proviendront probablement d’Italie, ainsi que d’un certain nombre d’États des Balkans et des États baltes. Les Etats-Unis devront toutefois payer ces renforts, a déclaré une source de Foreign Policy.

Le président qui a promis de «Construis un mur et demande au Mexique de le payer» externalisera les combats aux alliés et les paiera pour le faire. Ne vous attendez pas à ce que ce fait soit mentionné dans le discours triomphant de Trump annonçant la nouvelle.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés? Partagez cette histoire!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *