La France salue le rachat de Fonderies du Poitou Liberty | Nouvelles de l'industrie automobile

French politicians have welcomed the takeover of Fonderies du Poitou by GFG Alliance division, Liberty

Les politiciens français ont salué le rachat de Fonderies du Poitou par la division GFG Alliance, Liberty

Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a salué la reprise du fournisseur de Renault, les Fonderies du Poitou d’Ingrandes-sur-Vienne, par la division GFG Alliance, Liberty, permettant de sauver 623 emplois.

Malgré les bonnes nouvelles concernant le sauvetage de la fonderie, 109 postes seront néanmoins perdus, ce qui accentuera le sentiment de malaise de la fabrication qui entoure les secteurs de production français traditionnels, en proie au passage à des mégatendances telles que l'électrification.

Le rachat – pour un prix d'achat non divulgué – de Saint-Jean Industrie du Poitou et des Fonderies du Poitou Fontes – a permis de sauver plus d'emplois que prévu au départ, ce qui soulagera un peu plus les syndicats qui militent pour leur préservation.

"Ces deux entreprises sont confrontées à des difficultés importantes depuis plus d'un an en raison de la baisse des commandes, de la fragilité financière de leurs actionnaires respectifs et de leur forte dépendance vis-à-vis d'un seul client", indique un communiqué du département financier de Le Maire.

"Elles avaient été mises sous séquestre respectivement les 29 novembre 2018 et 12 février 2019. La reprise des deux entreprises qui composent les Fonderies du Poitou marque la fin d'un processus organisé avec le soutien actif et constant de l'Etat l'égide du Comité interministériel aux restructurations d'entreprises.

"Elle permettra de maintenir 623 emplois sur 732 en industrie sur le site d'Ingrandes-sur-Vienne, le plus grand nombre d'entre eux quittant ce poste sur une base volontaire. L'offre Liberty permet ainsi de conserver la grande majorité des postes et Leurs compétences.

"Les ministres saluent l'esprit de grande responsabilité dont ont fait preuve les syndicats et les salariés au cours de ce long processus, malgré les nombreuses incertitudes sur l'avenir de leurs sites. Les ministres ont également salué l'attitude de Renault qui, par ses engagements en termes de volume, permettra une prise de contrôle. avec des conditions sociales satisfaisantes ".

La nouvelle de l’opération visant à négocier l’acquisition fait suite à des décisions des tribunaux d’administration de Lyon et de Poitiers, qui ont permis l’achat de GFG Alliance par l’intermédiaire de son entreprise Liberty.

GFG annonce à présent qu'il va lancer un plan de redressement des usines, notamment un "carnet de commandes actualisé" et l'introduction du système d'exploitation LMOS (Liberty Manufacturing Operating System), des investissements en équipements et des améliorations de la maintenance.

Les sites produisent une gamme de composants pour les ensembles de moteurs automobiles, les activités étant désormais connues sous le nom de Liberty Engineering Poitou, incorporant Liberty Aluminium Technologies Poitou et Liberty Cast Products Poitou.

"Les acquisitions constituent un prolongement de la stratégie de GFG visant à élargir et diversifier sa présence dans le secteur industriel français et à renforcer son rôle d'acteur industriel majeur en France", a déclaré GFG dans un communiqué. «Ils permettent également à l’Alliance de concrétiser sa stratégie d’acquisition d’actifs lui donnant une plate-forme propice à la croissance de l’avenir de Green Drive Trains, utilisé dans les véhicules électriques, qui nécessitera des quantités toujours plus importantes d’aluminium.

"À cette fin, et dans un mouvement de concentration et de consolidation, l'Alliance cherche à mobiliser son aluminium et ses autres activités dans des secteurs d'activité plus globaux, qui incluraient bien sûr les sociétés du Poitou."

Ces entreprises entrent dans le portefeuille français de l'Alliance aux côtés du deuxième constructeur de véhicules en France, Durisotti, le seul fabricant français de jantes en aluminium, maintenant Liberty Wheels France et le plus important fondeur d'aluminium en Europe, Liberty Aluminium Dunkerque.

"Nous avons clairement compris depuis le début l'importance du marché français pour nous. L'acquisition de ces équipementiers spécialisés dans le secteur automobile est stratégiquement très importante, car nous cherchons à nous développer d'abord au niveau national, puis au-delà, tout en ajoutant de la valeur et en préservant les emplois. compétences », a déclaré Douglas Dawson, directeur général du groupe Liberty Industries.

"Cela élargit clairement notre portée sur le marché et renforce notre objectif d'étendre nos capacités en tant que fournisseur de niveau 1 du secteur automobile européen. J'ai hâte de visiter les deux sites prochainement et d'accueillir nos nouveaux collègues dans notre groupe d'entreprises français."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *