La France rejette le projet de Boris de modifier l'accord sur le Brexit "Nous ne jouerons pas de jeux" | UK | Nouvelles

La France rejette le projet de Boris de modifier l'accord sur le Brexit "Nous ne jouerons pas de jeux" | UK | Nouvelles

Le président français Emmanuel Macron veut éviter tout "jeu, geste et provocation", selon sa ministre de l'Europe, Amélie de Montchalin, alors que M. Johnson ne menaçait pas le Brexit. La France a déclaré qu'il était temps "de dépasser le stade" de l'accord de retrait. Au lieu de cela, elle a déclaré que M. Macron voulait continuer à négocier leurs relations futures "calmement" et était prêt à "travailler" avec le nouveau Premier ministre. Il a invité M. Johnson à sa résidence d'été pour des entretiens. M. Johnson a déclaré hier aux députés que son "option préférée" était de quitter l'Union européenne avec une version fortement modifiée de l'accord de son prédécesseur – en mettant fin au processus controversé de soutien de l'Irlande du Nord.

Il s'est également engagé à "mettre en accusation" les préparatifs de la Grande-Bretagne pour qu'aucun accord ne soit conclu afin de livrer le Brexit d'ici le 31 octobre.

Amélie de Montchalin, ministre française des Affaires européennes, a déclaré que son patron souhaiterait la bienvenue à M. Johnson en France dans les prochaines semaines.

Elle a insisté sur le fait que Paris continuerait à bloquer tout espoir de renégociation de l'accord actuel sur le Brexit, mais a admis qu'il était important de garder un œil sur l'avenir.

"Ce qui reste à négocier, ce sont les relations futures", a déclaré Mme Montchalin.

"Nous devons créer une relation de travail et ne pas entrer dans les jeux, les gestes et les provocations."

Même après que la première allocution de M. Johnson aux Communes ait été qualifiée de "combative" par Michel Barnier, Paris est prête à faire des affaires.

"Nous voulons travailler avec lui. Travaillez", a ajouté Mme Montchalin.

Elle a même déclaré que l'UE serait ouverte à un délai supplémentaire après le 31 octobre si le Royaume-Uni pouvait présenter une bonne raison.

Elle a ajouté que les lignes rouges "ne créaient que des tensions diplomatiques".

Hier, M. Barnier, principal négociateur de l'UE pour le Brexit, a déclaré aux dirigeants du bloc qu'il estimait "inacceptable" le plan de M. Johnson visant à supprimer le fonds de sécurité.

Dans une note diplomatique, l’eurocrate a écrit: "Le Premier ministre Johnson a déclaré que si un accord devait être conclu, il consistait à éliminer le backstop.

"Ceci est, bien sûr, inacceptable et ne relève pas du mandat du Conseil européen."

Il a averti que l'UE-27 "devrait être prête" à une situation dans laquelle M. Johnson commencerait à planifier un "no-deal" ("pas d'accord"), ce qui "créerait une pression considérable sur l'unité" des autres nations.

Jean-Claude Juncker, président sortant de la Commission européenne, a également eu ses premiers entretiens avec M. Johnson.

La paire a échangé des numéros de téléphone portable et a promis de poursuivre les discussions, mais M. Juncker a averti que l'accord de retrait ne serait pas modifié.

Une porte-parole de la Commission a déclaré: "Le président Juncker a félicité le Premier ministre Johnson pour sa nomination et a réaffirmé son engagement à travailler ensemble de la meilleure façon possible", a-t-elle déclaré.

"Le président Juncker a répété que la Commission resterait disponible au cours des prochaines semaines si le Royaume-Uni souhaitait tenir des pourparlers et clarifier sa position plus en détail."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *