La France prépare un projet de loi pour permettre aux lesbiennes et aux femmes célibataires un accès universel à la procréation artificielle | Nouvelles

La France prépare un projet de loi pour permettre aux lesbiennes et aux femmes célibataires un accès universel à la procréation artificielle | Nouvelles

24 juin 2019 (LifeSiteNews) – Le projet de loi de la France sur la procréation médicalement assistée («PMA») est presque prêt pour une discussion au Parlement. Quelques heures après avoir été transmis par le gouvernement au Conseil d'État, plusieurs grands organes de presse, dont le quotidien catholique officieux «La Croix», ont pu obtenir le texte intégral dont les 32 articles – et les innovations majeures – ont été largement commentés. pendant le week-end.

Pour le président Emmanuel Macron, l'accès à la fécondation in vitro et à l'insémination artificielle pour tous, y compris les femmes célibataires et les couples de lesbiennes, était l'un de ses engagements les plus spectaculaires en matière de campagne. Le projet de loi de son gouvernement est certainement résolu à donner effet, toutes les options les plus transgressives ayant été choisies.

Le texte, qui devrait être présenté à l'Assemblée nationale le 26 juillet au plus tard, offre en fait un accès à la procréation médicalement assistée à toutes les femmes adultes, qu'il s'agisse d'une relation hétérosexuelle, homosexuelle ou "célibataire". Il a été publié intégralement par le Blog d'actualité catholique conservateur, Le Salon Beige.

À ce jour, «PMA» n’est disponible en France que pour les couples homme-femme mariés, unis civilement ou dans une relation stable et établis depuis deux ans, à la condition qu’au moins un des deux médicalement vérifié pour être stérile ou risque de transmettre une maladie grave à son enfant. Les deux doivent être en âge de procréer.

Avec la nouvelle loi, le gouvernement veut supprimer les conditions relatives à la fécondité et à la transmission potentielle d'une maladie grave, permettant ainsi à la procréation artificielle d'être accessible à tous sur demande, même avec une évaluation psychologique de la part des autorités sanitaires. Le texte offre explicitement l'accès à la technique à «tout couple composé d'un homme et d'une femme ou de deux femmes ou d'une femme célibataire».

En outre, la procédure serait couverte à 100% par la sécurité sociale, à l'instar de l'avortement volontaire, qui est déjà plus pleinement remboursé que les coûts liés à la grossesse. À l'heure actuelle, un maximum de quatre fécondations in vitro et six inséminations directes sont financées à 100% pour les couples éligibles à la «PMA» légale.

La nouvelle loi vise en fait à intégrer la procréation artificielle, en la transformant en une option pour toutes les femmes à n'importe quel moment de leur vie fertile, qu'elles vivent seules ou dans n'importe quel type de relation. Si cela réussit à l’Assemblée nationale et au Sénat, la procréation traditionnelle ne sera plus le moyen «normal» d’avoir un bébé, puisqu’une femme ou un couple sera en mesure d’utiliser une technique médicale éliminant ainsi la nécessité des rapports sexuels – la dépense du contribuable, pour faire bonne mesure.

En pratique, «PMA pour tous limite la venue d'un nouvel enfant à la fécondation de l'œuf», a commenté genethique.org, le service de presse de la Fondation pro-vie Fondation Jérôme-Lejeune.

On cite ensuite Michèle Fontanon-Missenard et Christian Flavigny, deux psychanalystes et pédopsychiatres opposés à l'accès systématique à la procréation médicalement assistée:

"Limiter son approche à un simple point de vue organique revient à" renoncer à la constitution symbolique du lien primordial entre parents et enfants qui transmet l'être humain. "La PMA, pour tous, entraînerait la disqualification des fondements de la vie familiale et détruirait ainsi il. C’est une société qui transforme la procréation en production pour enfants et n’affirme rien de moins que le droit d’avoir un enfant », a déclaré la Fondation.

La même logique est à l’œuvre lorsque le projet de loi propose de permettre à toutes les femmes de congeler leurs ovocytes en vue d’une procréation artificielle ultérieure, probablement entre 32 et 43 ans, pour celles qui ont retardé l’accouchement.

Selon le projet de loi, le seul «PMA» ne sera pas disponible, il s'agit de la «procréation assistée post mortem», que certains politiciens voulaient légaliser pour les femmes après la mort de leur mari ou de leurs compagnons, en utilisant son sperme oeufs fécondés avec son sperme.

Le projet de loi ne donne pas de réponse définitive aux questions juridiques concernant la filiation des enfants qui naîtront de couples de femmes sous son règne.

La première option est totalement basée sur la volonté des adultes. Cela créerait de la filiation au moyen d'une «déclaration de volonté anticipée» établie devant un notaire par le couple, hétérosexuel ou lesbien, ou la femme célibataire avant la naissance. Cette déclaration serait présentée à l'officier de l'état civil après la naissance. Une telle procédure dissocierait complètement l'identité civile de la biologie, la rendant le résultat d'une simple déclaration d'intention.

Actuellement, en droit civil français, le partenaire masculin légal d’une femme est présumé être le père biologique de l’enfant qui lui est né. Cette présomption serait affaiblie par une déclaration d'intention systématique.

La deuxième option consisterait à réserver cette déclaration d'intention aux couples de femmes de même sexe uniquement, mais des accusations de «discrimination» ont déjà été portées contre le gouvernement à propos de cette option.

La Croix rappelle toutefois que "dans un rapport publié en juillet 2018, le Conseil d'État a clairement préféré ce scénario car il maintient deux régimes distincts fondés sur" deux philosophies différentes: "le régime actuel des couples hétérosexuels, fondé sur des principes biologiques. la mimique, et le régime réservé aux couples de femmes, "sur la base du rôle accru de la volonté".

Quelle que soit la solution, il sera clairement basé sur une fiction juridique.

Enfin, à l'issue d'un processus qui dure depuis plusieurs décennies, le projet de loi vise à lever totalement l'anonymat du donneur, qui est la règle à l'heure actuelle afin de permettre aux enfants «artificiellement procréés» d'avoir accès à leurs origines, à la naissance. ou sur demande quand ils ont atteint leur majorité. Les donateurs seront autorisés à choisir si leur nom est révélé ou uniquement leurs «données non identifiantes» (âge, état de santé au moment du don, caractéristiques physiques, pays de naissance, motivation du don). Le don impliquerait la transmission et la conservation obligatoires de ces données non identifiantes.

L'anonymat complet des donneurs a été identifié comme problématique pour les enfants nés de procréation artificielle et a été de plus en plus critiqué, même s'il existe un risque que les donneurs soient plus réticents à donner du sperme ou des ovules.

La loi interdirait expressément tout type de filiation découlant du don de gamètes.

Les dons de spermatozoïdes et d'œufs sont déjà insuffisants en France pour répondre à la demande de «PMA», qui ne peut croître que lorsqu'elle devient disponible pour toutes les femmes.

À l'heure actuelle, environ 3 000 bébés naissent chaque année en France après avoir été conçus grâce à un donneur en dehors du couple.

Le projet de loi fait partie d'une ligne de la législation sur la bioéthique qui est révisée en principe tous les cinq ans et pratiquement tous les sept ans environ afin de suivre l'évolution scientifique.

Le texte du gouvernement propose d’assouplir les conditions de la recherche sur les lignées de cellules souches embryonnaires qui font actuellement l’objet de demandes d’autorisation. Le projet de loi propose également d'autoriser la destruction d'embryons congelés qui ne sont plus soumis à un «projet parental» et qui ont été conservés pendant cinq ans ou plus. À la fin de décembre 2016, rappelle «La Croix», près de 225 000 embryons étaient entreposés.

Le texte ne contient aucune disposition visant à étendre les tests génétiques préconceptionnels aux couples qui souhaitent en savoir plus sur d'éventuelles anomalies génétiques avant la procréation. D'autre part, le projet de loi veut autoriser les tests génétiques sur les personnes décédées afin de permettre aux généticiens de mieux connaître les antécédents médicaux de la famille.

La Manif pour Tous et d'autres associations se préparent à lutter contre la nouvelle loi sur la bioéthique, principalement au motif qu'elle promeut délibérément la «création» d'enfants sans père.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *