La France maintient son objectif de créer une "armée européenne"

La France maintient son objectif de créer une "armée européenne"

L’ambition à long terme de la France est de travailler avec plusieurs autres États pour créer une armée européenne chargée de participer aux achats, au commandement et aux opérations, a déclaré la ministre de la Défense, Florence Parly, dans une interview au journal Le Parisien, réaffirmant le plan annoncé par le président Emmanuel Macron.

Les détails d'une armée continentale restent à définir et pourraient résulter de l'actuelle Initiative d'intervention européenne, un effort de coopération militaire en cours qui s'est concentré sur les achats et les opérations de 10 pays. De nouveaux pays, dont la Suède et la Norvège, devraient adhérer, a déclaré Parly.

Les chefs d’État et ministres de pays qui participent déjà à cette initiative se joindront à Macron pour le défilé militaire du 14 juillet à Paris, puis pour un déjeuner avec lui au palais de l’Élysée. La chancelière allemande Angela Merkel assistera aux événements. Dans un communiqué publié aujourd'hui sur son site Web, Macron a déclaré que le renforcement de notre capacité à agir ensemble était sa priorité.

Depuis sa prise de pouvoir, Macron a appelé à la création d’une armée de l’Union européenne, ce qui a provoqué des tensions avec le président américain Donald Trump, qui a interprété cette initiative comme un effort visant à exclure les États-Unis. Les États-Unis fournissent actuellement plus de 40% du personnel militaire. personnel de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord. Parly a déclaré que les menaces passées de Trump de quitter l’OTAN avaient donné un coup de fouet au projet de l’armée européenne.

Le président Trump a été un excellent ambassadeur de la défense de l’Europe, a-t-elle déclaré, citant les interrogations et la menace presque transparente qui pèse sur la poursuite de l’engagement des États-Unis en faveur de la protection de l’Europe.

Alors que l’OTAN a été créée pour construire un parapluie collectif contre l’Union soviétique, avec les États-Unis à l’avant-garde, Parly a déclaré qu’un éventuel conflit avec la Russie n’était pas une motivation pour la création d’une armée continentale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *