La France et le Japon soutiennent l'alliance Renault-Nissan malgré l'affaire Ghosn

La France et le Japon soutiennent l'alliance Renault-Nissan malgré l'affaire Ghosn

Il n'était pas clair si le scandale Ghosn avait été abordé lors de discussions entre le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre japonais Shinzo Abe à Paris.

Le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre japonais Shinzo Abe ont annoncé mardi leur soutien à l'alliance des géants de l'automobile, Renault et Nissan, malgré les difficultés causées par l'arrestation de l'ancien chef de l'alliance, Carlos Ghosn.


Paris et Tokyo insistent sur le fait que leurs relations sont basées sur un "partenariat spécial" riche en coopération économique et militaire.

Mais les accusations d'inconduite financière présumée contre le ressortissant français Ghosn ont introduit un ingrédient délicat depuis son arrestation initiale en novembre.

Abe a eu des entretiens et un déjeuner avec Macron lors de la première étape d'une grande tournée en Europe et en Amérique du Nord afin de faire valoir les priorités de la présidence japonaise du G20 avant le sommet d'Osaka, fin juin.

L’affaire Ghosn était au centre des préoccupations, alors que le magnat de l’automobile, jadis vénéré, a fait l’objet de nouvelles accusations lundi dans son quatrième acte d’accusation.

Macron et Abe ont indiqué que l'affaire ne devrait pas affecter l'alliance stratégique entre Renault et Nissan, qui repose sur une participation croisée et qui existe depuis 1999, a déclaré l'Elysée Palace.

Les deux dirigeants "ont réaffirmé leur attachement à l'alliance Renault-Nissan, qui va célébrer son 20e anniversaire et qui est un symbole majeur de la coopération industrielle entre la France et le Japon", a indiqué le groupe dans un communiqué.

En ce qui concerne l’affaire Ghosn, la France a respecté l’indépendance du pouvoir judiciaire japonais mais a fait preuve d’une "grande vigilance en ce qui concerne le respect des droits et de l’intégrité de M. Ghosn en tant que citoyen français".

L'Elysée a souligné que, comme tout citoyen français, Ghosn avait droit à la présomption d'innocence et à la protection consulaire.

Un responsable japonais n’a pas immédiatement confirmé si l’affaire Ghosn avait été évoquée lors des pourparlers, mais avait déclaré que c’était à la partie française de le régler.

Si Macron le pressait, Abe "donnerait une explication générale du fonctionnement de notre autorité judiciaire. Cela fonctionne conformément à la procédure en vigueur", a déclaré le responsable.

Renault, Nissan et le troisième acteur de l'alliance, Mitsubishi Motors, avaient créé en mars une nouvelle structure de direction dirigée par le président de Renault, Jean-Dominique Senard.

Dans une structure de gestion complexe, Renault (dont 15% du capital est français) détient 43% du capital de Nissan.

Le responsable japonais a par ailleurs déclaré que la coopération franco-japonaise devait être particulièrement étroite pour assurer la "synergie" alors que le Japon présidait le G20 et la France le G7.

Des exercices maritimes communs étaient également prévus dans l’océan Indien avec le porte-avions français Charles de Gaulle, a déclaré un responsable japonais, bien que les navires ne soient pas censés se rendre au Japon.


La France pousse le Japon à accepter la fusion Renault-Nissan: selon des informations


© 2019 AFP

Citation:
                                                 La France et le Japon soutiennent l'alliance Renault-Nissan malgré l'affaire Ghosn (23 avril 2019)
                                                 récupéré le 23 avril 2019
                                                 sur https://phys.org/news/2019-04-france-japan-renault-nissan-alliance-ghosn.html

Ce document est soumis au droit d'auteur. Mis à part toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucun
                                            partie peut être reproduite sans autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *